Rude Boy Train

THE NEW NORMAL COLLABORATION: UN EP POUR UN GROUPE LOIN D’ETRE « NORMAL »!

The New Normal Collaboration, c’est un des nombreux projets issus de cette période de quarantaine si frustrante, mais qui à laissé a de nombreux musiciens beaucoup de temps pour murir des projets et tisser de nouveaux liens d’amitié.

Sauf que celui là est mené par John Roy, le sax des feus Unsteady et Allen Teboul, le batteur proche de Jay Nugent des Slackers qui vient lui porter main forte.

Si vous rajoutez a tout cela Buford O’ Sullivan, Dave Hillyard, Victor Rice et autres pointures d’un peu partout dans le monde, on n’est forcément plus étonnés de la qualité des 4 titres proposés sur ce « Sneak Preview EP », composé d’un instru reggae nommé « Braintrust », d’une chanson ska aux influences latino chantée par John Roy nommée « Nobody Did It » et de deux instrus ska, « Hazard Pay » et « Quarantined On Easy Street », dans une veine très proche des prod de Victor Rice justement, le tout foisonnant de percus, débordant de cuivres et de solos de guitare impeccables. Read More

LA GROSSE COMPIL’ HOT SAUCE VOL.1 D’HARLEM SHUFFLE

Harlem Shuffle, c’est à la base un duo de DJ qui sévissait il y a un peu plus d’une dizaine d’année sur nos terres.

Parti vers la perfide Albion, Jack, fana de garage soul, d’early reggae, de rythm’n’blues et de ska 60’s, lance naturellement Harlem Shuffle Records, un label qui réédite sur 45 tours de la precious oldies du feu de dieu, dans tous les domaines musicaux cités précédement.

Nouveau projet en ce début d’automne, la confection soignée d’un premier volume compilé sur LP, nommé « Hot Sauce », habillé fort joliment par Alteau de Harmod himself et distribué en France via les incontournables Patate Records https://www.patate-records.com/

Au programme, un hommage à Trojan Records au travers de ses labels affiliés tels Attack, Blue Cat, High Notes, Doctor Bird et consorts, au travers 14 titres période 65-75, choisis et organisés comme une bonne vieille soirée des familles, celles auxquelles on n’a plus le droit en ce moment. Read More

PIRATES PRESS RECORDS CONTINUE DE REEDITER THE AGGROLITES!

Y’a plus un mois sans qu’on parle un peu partout de Pirates Press Records, le label spécialisé punk qui s’est accoquiné avec les Slackers, Rancid et depuis leur dernier album, The Aggrolites…

Après la réédition de « Dirty Reggae » il y a pas si longtemps, les voilà qu’ils annoncent pour le 27 Novembre, la sortie des quatre albums suivants de la disco sans faille des Californiens. Si « Rugged Road », coédité par chez nous par Grover Records n’est pas trop difficile a chopper, l’album « self titled » et « IV » sont quasi impossibles a trouver à un prix raisonnable aujourd’hui… Quand à « Reggae Hit L.A. », il n’a carrément jamais vu le jour en vinyle…

Coutumiers du fait, on espère que Pirates Press aura le bon goût d’y ajouter quelques bonus, genre l’incontournable « Countryman Fiddle » qui n’était inclus que le la version CD du ST !

Une bonne grosse nouvelle pour les fanas de la bande à Jesse Wagner et Roger Rivas!

MANGO WOOD DE RETOUR AVEC BEGONA BANG MATU!

On a carrément adoré ici le premier LP de Mango Wood, aussi, quand Respect Records a annoncé leur retour sur 45 tours, qui plus est accompagnés par Begona Bang Matu qu’on espérait plus, on est forcément restés au aguets!

Et on a bien fait, car les deux titres proposés sont deux méchantes tueries, « Think Youself » un ska qui balance comme aux plus belles heures des Malarians, avec des cuivres virvolatant, pendant que « Set Things Right » recentre le sujet sur le coeur de métier des Mango Wood, l’early reggae de classe internationale, sombre et tortueux, encore relevé si c’était possible par la voix incroyable de la belle Begona qui se fait décidément trop rare. Read More

TOP SHOTTA BAND FEAT. SCREECHY DAN – SPREAD LOVE – AL PARAGUS/LIQUIDATOR MUSIC

UN PEU D’HISTOIRE : On n’est pas forcément infaillibles chez Rude Boy Train, même si j’arrive pas encore à comprendre comment j’ai pu me faire traverser par ce Top Shotta Band, jusqu’ici… Faute avouée à moitié pardonnée, merci d’avance!

Donc, dès 2013, le groupe mené par Mush One, membres des Slackers des débuts, indice qui aurait dû nous tirer l’oreille, le groupe sort un premier album autoproduit, sous le label Al Paragus. Déjà associés à Screechy Dan, un raggaman qui sait un peu tout faire, qui traînait dans le posse de Shaggy à ses début et qu’on a pu croiser aussi, dans un autre genre, chez les excellents Megative, ils proposent d’excellents morceaux  dans une veine ska vintage tout à fait séduisante.

Après ça,  plus grand-chose, malgré quelques lives sporadiques, avant le single sorti l’année dernière sur Liquidator, forcement gage de qualité. Les deux titres proposés, « Share My Love » et « Cool & Deadly » nous avaient cette fois ci fait de l’œil, mais on n’attendait pas forcément le groupe avec un album complet de ce niveau… Faut dire qu’on nous avait aussi caché les participations de Vic Ruggiero aux claviers et de Maddie Ruthless à la guitare. Voici donc « Spread love » publié en ce début d’automne une nouvelle fois sous l’égide de Liquidator Music Read More

Le nouvel album de THE TIBBS en précommande

A Rude Boy Train, on avait super apprécié le premier album de THE TIBBS, excellent groupe soul d’Amsterdam emmené jadis par Elsa, un peu la Marta Ren du nord de l’Europe, aujourd’hui remplacée par Roxanne, un peu la Marta Ren du nord de l’Europe. Sur « Takin’ Over » (c’est son titre), on trouvait notamment la superbe « Next Time », petite touche ska très bienvenue sur un album bien balancé.

C’était chez Record Kicks en 2016, et ça revient en 2020 sur le même label avec le second opus, « Another Shot Fired », cuivré bien comme on aime, avec un premier extrait, « Damaged Heart », qui laisse entrevoir le meilleur. Ça sort en novembre et c’est en précommande ici. Regardez-moi ça : Read More

LONG BEACH DUB ALLSTARS – Long Beach Dub Allstars – Regime 72

Long Beach Dub Allstars : Long Beach Dub Allstars: Amazon.fr: MusiqueUN PEU D’HISTOIRE: LONG BEACH DUB ALLSTARS, c’est le groupe californien (comme son nom l’indique) amateur de reggae, de ska et de punk-rock aussi un peu, avec ici où là des éléments pêchés à droite à gauche (dub, rap…) formé en 1997. Le combo a rapidement attiré l’attention parce qu’on y retrouvait Bud Gaugh et Eric Wilson, ex-membres des multi-platinés Sublime.

Toujours emmené par Opie Ortiz et ses tatouages, et depuis quelque temps avec Roger Rivas (Aggrolites) au clavier, le groupe à publié son nouvel album, le troisième, au début de l’été, soit 19 ans après le précédent LP.

L’ALBUM: Dès qu’on écoute ce genre de son, on sait qu’on est en Californie. A la rigueur en Floride ou à Hawaii, mais pour sûr pas dans le Montana ou le Vermont. Car la musique de Long Beach Dub Allstars transpire le soleil et le sable chaud, avec en plus, un Opie Ortiz qu’on croirait tout droit sorti d’un film ghetto de Dennis Hopper. Read More

La machine à remonter le temps de Kevin Flowerdew

Kevin FLOWERDEW, c’est un Anglais (du groupe The Bakesys) passionné de ska qui publie depuis 1996 le fanzine Do The Dog, qui malgré l’avènement d’internet continue contre vents et marrées à publier sces news mondiales sur papier glacé. Do The Dog est aussi un label spécialisé dans les groupes qui démarrent et qui avait notamment découvert The Skints à peu près avant tout le monde.

Mais avant Do the Dog skazine, il y  eu RUDE. 52 numéros entre 1989 et 1996, à une époque où le papier était le meilleur moyen de s’informer de tout ce qu’il se passait sur la planète ska.

Kevin a eu la bonne idée de sortir sa 2 TONE TIME MACHINE. Il s’agit en fait de 4 numéros inédits de Rude qui reprennent l’actualité d’avant la naissance de Rude, comme si on y était. Au programme donc, un volume consacré à la période 79/80 et au mouvement two tone (avec les Specials en couv’), un second consacré aux années 81/83 avec les Australiens de The Allnighters, puis la période 83/86 avec les Californiens de The Intouchables, et enfin un quatrième volumes pour explorer les années 87/89 (avec Los Fabulosos Cadillacs). Read More

KING KONG 4 -PUNCH IT! – JUMP UP! RECORDS

UN PEU D’HISTOIRE : King Kong 4, c’est le dernier projet en date de Mitch « King Kong » Girio. Le Canadien est plus connu en tant que membre de King Apparatus, groupe dans lequel il coécrivait la plupart des titres avec un certain Chris Murray.

Après la fin du groupe, il se concentre plutôt sur la compo et la production pour d’autres groupes, notamment les Kingpins, le groupe de Lorraine Muller, dont il produira le fabuleux « Let’s Go To Work ». Il participe même en tant que bassiste à l’album suivant « Plan Of Action ».

Beaucoup plus discret par la suite, on ne le retrouvera qu’occasionnellement, notamment aux côtés de Lorraine Muller, encore une fois, pour « My Favourite Heart To Break » un album sorti sous le nom de The Fabulous Lolo & King Kong Girio, en 2015, mais aussi sur l’excellent EP de Susan Cadogan « Take me Back » sorti en 2016.

Depuis il se consacre au projet King Kong 4, monté avec Brendan Bauer, croisé au sein de Prince Perry, à la basse, Andrew McMullen à la batterie et Ronald Poon aux claviers en tous genres,  développant, avec un ska et un reggae sous haute influence pop, très proche des voisins de The Pomps, sortant majoritairement les titres en digital via leur page bandcamp. Read More

TOOTS AND THE MAYTALS – Got To Be Tough – Trojan Jamaica

Got to Be Tough: Toots and the Maytals, Toots and the Maytals: Amazon.fr: MusiqueUN PEU D’HISTOIRE: 1942 – 2020. On ne va pas vous faire une biographie exhaustive de FREDERICK « TOOTS » HIBBERT. Vous le connaissez tous. Au même titre que Laurel Aitken, Prince Buster ou Desmond Dekker, ce type est un monument de la musique jamaïcaine.

D’abord passé par le ska puis par le rocksteady avant d’exceller dans le reggae, Toots était au départ l’un des trois de THE MAYTALS, en tant que trio vocal (aux côtés de Henry « Raleigh » Gordon et Nathaniel « Jerry » Mathias), et ce n’est qu’à partir de l’album « Sweet and Dandy », en 1969, qu’on voit apparaître le nom de « Toots and The Maytals », semble-t-il à la demande de Chris Blackwell. Le disque est chargé de hits jusqu’à ras-bord, avec « Monkey Man, « Pressure Drop », « We Shall Overcome », « Sweet and Dandy », « 54-46, That’s my Number »…

C’est en 1968 qu’apparaît pour la première fois le mot « reggae » orthographié à l’ancienne sur le single « Do The Reggay » (Berverley’s Records). Read More

Page suivante »