Rude Boy Train

LOS TRES PUNTOS – EL DORADO – La Onda Records

UN PEU D’HISTOIRE : Ca fait déjà 25 ans que Los Tres Puntos traîne ses guêtres sur les scènes de France et de Navarre avec leur ska-punk fiévreux aux textes engagés et rageurs.

Peut-être un peu trop punk dans l’âme pour certains, sûrement trop vite assimilés à la scène « festive » des années 2000 avec ce chant parfois en Espagnol, les Los Tres restent un des groupes incontournables de notre scène Française, définitivement ska, aujourd’hui bien trop étriquée.

On vous passera les multiples changements de line-up innérants à 25 ans de route quasi-incessante,  incroyablement bien détaillés dans l’histo de leur page… On soulignera quand même le boulot titanesque d’un groupe autoproduit depuis la première heure, véritable exemple de fonctionnement « Do It Yourself » de haut niveau. C’est encore plus remarquable de voir que Max et Pawal sont encore bien là, et qu’après avoir fait le tour de l’Europe et bien plus, ils sont toujours forts bien épaulés par six autres zicos avec  toujours la même énorme envie d’en découdre.

Ils sortent avec cet « El Dorado » leur 5eme album studio, et pas des moindres ! Read More

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – PRINCE BUSTER-ROLL ON CHARLES STREET – ROCK-A-SHACKA

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac’ de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! 

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : A-t-on besoin encore ici de présenter Prince Buster ? Cecil Bustamente Campbell de son vrai nom, après avoir trainé pas mal avec des bandes de son quartier, se met à la boxe et se trouve embauché comme videur par Coxsone Dodd, pour lequel il détectera ensuite les bons titres avant de finir «selector » derrière les platines. Il se lance solo dès 57 en ouvrant son premier magasin de disques, et quitte Coxsone pour monter son propre sound system, « Voice Of The People », basé sur Charles Street. En parlant au-dessus de ses galettes, il devient un des précurseurs du DJing.

Dans la guerre des sounds, comme ses farouches concurrents, et après avoir été pêcher ses disques aux Etats Unis, il se lance dans l’enregistrement de ses propres titres, avec « Oh Carolina » par les Folkes Brothers en 1960. Excellent chanteur, il enregistre une tripotée de hits, accompagné du groupe de Baba Brooks ou bien des Skatalites, et produira un nombre impressionnant d’artistes dont Derrick Morgan, Owen Gray, Stranger Cole, Don Drummond, Tommy Mc Cook ou bien encore les Maytals. Read More

THE UPPERTONES – Easy Snapping – Jump Up ! Records

UN PEU D’HISTOIRECe qu’on avait pris au départ pour un side-project de Mr T-Bone, célèbre tromboniste italien qui officiait il y a quelques années dans Mr T-Bone and The Young Lions, The Bluebeaters ou de The Sabaudians, est en fait rapidement devenu son groupe principal. Délaissant les Bluebeaters (sa formation la plus récente), le gaillard s’était entouré de Count Ferdi à la batterie et Peter Truffa au piano (un américain qu’on a souvent vu du côté du New York Ska Jazz Ensemble), pendant qu’il officiait lui même au chant et au trombone.

Après deux albums, « Closer To The Bone » en 2015 et « Up Up Up ! » en 2017, le trio revient avec son boogie jamaïcain et cette fois Phil Cuomo au piano pour un « Easy Snapping » toujours autant tourné vers le passé…

LE DISQUE10 titres, pas un de plus pour ce nouvel opus du trio turinois légèrement remanié. 10 titres, et presque autant de reprises, mais toujours largement revisitées à la sauce Uppertones. Read More

Un nouvel album d’Alpheus la semaine prochaine

The VictoryY a ALPHEUS, le chanteur anglo-jamaïcain qu’on ne présente plus, qui sort un nouvel album intitulé « Victory » le 9 avril prochain, deux ans après un « Light Of Day » d’excellente facture.

C’est forcément du côté de l’Espagne que ça se passe sur Liquidator Music, avec à la production comme d’habitude le fidèle Roberto Sanchez, et en accompagnement derrière les potes de la Lone Ark Riddim Force.

On vous remet le clip de « Rudies », titre du nouvel opus qui figurait déjà sur le 45 tours collector publié le mois dernier (sur Liquidator aussi, forcément). Read More

Du nouveau chez les Bluebeaters

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout et costumeOn reste du côté de Turin en compagnie de Count Ferdi. Le gars est aussi batteur des BLUEBEATERS, autrefois backing-band du grand Giuliano Palma (qui a sorti quelques chefs-d’oeuvre).

Le premier album du groupe était magistral, et on est impatient de lui trouver une descendance. Ça pourrait arriver bientôt et le combo a laissé entendre que ça devrait être pour 2020.

On croise les doigts et les testicules pour que ça arrive, et on écoute le nouveau single (le premier du nouvel opus ?), « Mamma Perdonami », en version studio, et en version live chacun chez soi pendant le confinement. Read More

Le SKANKY COMBO en session live

L’image contient peut-être : texteTHE SKANKY COMBO, c’est le quatuor de Nantes qui aime le son à l’ancienne façon rocksteady et qu’on vous a déjà présenté dans les colonnes de Rude Boy Train.

Le groupe était récemment dans les locaux de SUN (le Son UNique, la radio du coin) pour enregistrer une petite session live « Sun Music Addict » en studio avec au programme quatre compositions:   « Without you I’m Cold », « American Girl », « Unexpected Encounter » et « Near the Ocean ».

C’est par là que ça se passe : Read More

JOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION – Trouble – Pork Pie Recrods

UN PEU D’HISTOIRECologne est définitivement un ville où ça bouge côté ska, rocksteady, reggae. Masons Arms, The Clerks, l’exemplaire Freedom Sounds Festival…

Et donc depuis quelques année avec le quatuor JOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION qui avait mis tout le monde d’accord il y a trois ans avec son premier opus « No Bam Bam ».

Ça continue cette année avec un « Trouble » dans la continuité, toujours chez Pork Pie Records, et ça fait plaisir de voir que depuis toutes ces décennies, ce label majeur de l’histoire du ska n’a toujours pas dit son dernier mot.

LE DISQUE: Comme la dernière fois, l’impression première qui se dégage de cet album de Johnny Reggae est la variété. Variété dans le bon sens du terme : du reggae, du rocksteady, du ska, de la lenteur, de la vitesse, des voix masculines et de voix féminines. Ici, il y en a pour tous les goûts. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit d’un fourre tout sans saveur, sans colonne vertébrale et sans particularités. Car des particularités il y en a la pelle (la variété des titres donc), et même avec un bandeau sur les yeux, on reconnait fastoche la fine équipe teutonne. Read More

Un nouveau single pour SkaPara

Résultat de recherche d'images pour "tokyo ska good morning"Franchement, comme les gars n’écrivent quasiment qu’en japonais, je ne peux pas vous dire si ce nouveau single du TOKYO SKA PARADISE ORCHESTRA, dans le top 5 des meilleurs groupes au monde depuis 30 ans, est annonciateur d’un nouvel album ou non (apparemment ça serait plutôt sur un best-of, qui comprendrait plusieurs inédits – « Tokyo Ska Treasures »).

Ce qui est sûr, c’est qu’il est annonciateur d’un début d’érection dans votre falzar, parce qu’avec cette vitesse, toujours très maîtrisée, cette grosse artillerie, et ce voix façon j-pop, y a de quoi prendre un maximum de plaisir en moins de 4mn30. Read More

C’est déjà le retour des Prizefighters

THE PRIZEFIGHTERS, groupe bien comme il faut de Minneapolis qui aime assez jouer à l’ancienne depuis 2006, avait sorti il y a quasi un an un album qui tenait parfaitement bien la route (« Firewalk« ). C’était (forcément) chez les potes de Jump Up ! Records, le label US d’une remarquable stabilité depuis des décennies.

Le groupe n’est pas resté très longtemps à rien faire, et il vient de mettre en ligne deux nouveau titres : « The Prizefighter Beat », et « A Fistfull Of Credits » (thème principal de la série spin-off de Star Wars « The Mandolarian »). Read More

ORANGE STREET – Ghost Town Rockin’: Tales From the Other Side – Rockin Time Records

UN PEU D’HISTOIRE : Orange Street nous viens de Cergy, terreau fertile pendant la fin des années 90 pour les groupes reggae/ska, et fait partie de ceux qui ont fait les belles heures d’une période faste pour cette musique en France.

Fondé en 1997, ils sortent le déjà excellent « Step In » en 2000 sur Small Axe. Le son est bon et les compos riches et variées… Un EP «Dub Cayenne Sessions » et une grosse rasade de concerts plus tard, les revoilà en 2002 avec « Shakin’ Up » en tous points excellent avec ses  compos flirtantes avec toutes les musiques Jamaïcaines avec classe, du mento au reggae 70’s et un son affirmé.

Le groupe prend aussi de l’envergure sur scène comme en témoignera l’excellent « One Live, One Ska » enregistré un grand soir à l’EMB de Sannois.

Comme beaucoup des groupes de la scène de cette époque, avec la faillite de Small Axe et des salles qui se détournent du style, le milieu des années 2000 sera difficile à passer. Pourtant en 2007, ils montent « Odysée Jamaïque », un beau projet liant concerts expo et conférence autour des 50 ans de la musique de l’île, et enregistrent un double album, « Pirates & Treasures », édité dans un somptueux coffret par Patate Records,   qui survole en 24 titres et avec une belle réussite,  tous les styles riches et variés nés dans le pays, du Nyahbinghi au ragga-dancehall pur et dur. Read More

Page suivante »