Rude Boy Train

THE MAGNETICS – Coffee & Sugar – Grover Records

Résultat de recherche d'images pour "the magnetics coffee and sugar"UN PEU D’HISTOIRE : C’est y’a un peu plus de deux ans que The Magnetics déboulaient sans vraiment avoir prévenu. Les 4 zicos menés par l’ex Shandon, groupe de ska-punk incontournable en Italie, Olly Riva, nous pondaient un premier LP nommé sans équivoque « Jamaïca Ska » qui avait un sacré répondant.Ils avaient emballé pas mal de monde, Rude Boy Train y compris, avec leurs chansons immédiates,  rudement efficaces se baladant allègrement du ska 60’s à un early reggae à la prod nickel

Après avoir fait tourner cet album sur pas mal de scènes Européennes, le line-up du groupe a été largement chamboulé avec les départs pour raisons personnelles du clavier Mr Massa et du guitariste Jack Giacalone, non sans avoir pris le temps d’enregistrer auparavant les sessions du futur album. Ils seront dorénavant remplacés par Mr Gange et William Nicastro et le groupe est maintenant renforcé sur scène par le saxophoniste de Shandon, Mr Cello, ce qui doit valoir le détour. Sans réel distributeur jusqu’alors, c’est avec l’appui de l’incontournable Grover Records qu’est sorti en décembre ce nouvel opus nommé « Coffee & Sugar ». (suite…)

Les TOP 5 2018 de la rédac’ de Rude Boy Train !

Résultat de recherche d'images pour "best of 2018"Encore une belle année de musique qui se termine, et encore une belle brochette de galettes qu’on vous recommande d’écouter sans modération pour faire passer le foie gras et la bûche. On se retrouve en 2019 !

 

BRONSKY:

1 – JUNIOR THOMAS & THE VOLCANOS – Rockstone – Colemine Records

Parce que même un poil moins affolant que son premier opus « Beware », le reggae proposé sur « Rockstone» est digne de toutes les plus grosses productions de l’âge d’or de la musique jamaïcaine. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE DUALERS – Melting Pot (2006-Galley Music)

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac’ de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Quand, au beau milieu des années 60,  Bill Cranstoun revient de Jamaïque avec ses skeuds sous le bras et lance son Savoy Sound System pour balancer du reggae et du ska dans les clubs de Londres, il ne se doute pas que ses deux futurs rejetons créeraient, une poignée d’années plus tard, un des plus emblématiques groupes de ska de sa génération. Forcément biberonnés aux Skatalites, Stranger Cole, Blues Busters mais aussi au Sam Cooke et autre Otis Redding, c’est tout naturellement que Si et Tyber se dirigent vers la Guidhall School of Music and Drama, une des plus prestigieuses écoles d’arts du spectacle du pays. L’aventure The Dualers débute en 99, quand les deux frangins commencent à « busker » aux quatre coins de Londres sur des bandes enregistrées et des accords de guitare acoustique. Les qualités vocales du duo, bien au-dessus de la moyenne et un sens du show évident  leurs amènent rapidement une belle popularité. (suite…)

THE DELIRIANS – El Remedio – Angel City Records

UN PEU D’HISTOIRE : On avait finalement plus beaucoup entendu parlé des Delirians depuis l’année dernière et leur passage en France avec les frangins des Steady 45’s et un set convaincant, enfin accompagné de leur propre section cuivre. Elle avait été précédée de peu par la sortie d’un EP 5 titres nommé « Mezcla de Musica y Amor », produit par Roger Rivas et forcément édité par Angel City Records, en guise de support promo qui avait quand même charmé le chef Vince a défaut de l’avoir emballé.

On n’est pas tous d’accord d’ailleurs chez RBT quand il s’agit d’évoquer la tête de gondole du label Californien Angel City Records : génies pour certains, simples bons ouvriers pour d’autres, tout le monde est tout de même d’accord pour considérer que depuis leurs débuts en 2007, le groupe fait quand même dans le niveau au-dessus de la moyenne, mais distille ses productions au compte-goutte, n’ayant sorti que quelques singles avant leur premier album « Get Up ! » datant de 2015. Le line up du groupe est régulièrement chamboulé et commence seulement à se stabiliser, avec l’arrivée tout de même récente d’un trombone et d’un percussionniste attitré. C’est une nouvelle fois à Roger Rivas qu’ils confient les manettes pour ce « El Remedio » dont nous allons donc vous parler. (suite…)

KINGSTON FACTORY PRESENTS THE EAST COAST SESSIONS – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : Rude Boy Train vous parle souvent, sans que vous vous en doutiez forcément, d’Esteban Descalzo. Et pour cause, il est quasiment dans tous les bons coups venus d’Argentine ces dernières années… La liste serait trop longue, mais le batteur et producteur natif de Buenos Aires tient ce rôle dans deux des meilleures formations locales, j’ai nommé Gigantes Magneticos et les fabuleux Los Aggrotones.

Avec son bon goût pour les sons jamaïcains old school et son appétit dévorant, il collabore au grés de ses aventures avec de très nombreux artistes comme Pat Kelly, Derrick Harriot,  The Upsttemians, The Upshifters ou bien les locaux Mimi Maura, Hogo Lobo, Smocking Flamingos et autres Satelite Kingston ou Los Hamptons.

Après un voyage sur la côte est des Etats Unis où il rencontre de nombreux artistes locaux de la scène ska et reggae, il est convaincu qu’il se doit d’y revenir pour monter un projet musical… Bagages sur le dos, remplis de titres aux contours déjà dessinés à Buenos Aires par le noyau des Gigantes Magneticos, il se pointe mi-2017, pour trois semaines de boulot, pendant lesquelles  il multiplie les sessions d’enregistrement un peu partout dans les studios des uns et des autres, de Washington en passant par Brooklyn ou le Queens entres autres coins de New York, lui permettant d’échanger en live avec chacune de ses rencontres parmis lesquelles figurent,  excusez du peu, Jay Nugent, Dave Hillyard, Larry Mac Donald, Victor Rice ou bien encore le batteur des Frightnrs Rich Terrana. (suite…)

CAZ GARDINER & THE BADASONICS – S/T – Badasonic Records

UN PEU D’HISTOIRE : On n’en peut plus de vous dire du bien de Caz Gardiner depuis des lustres ici chez Rude Boy Train ! Il faut dire que l’ex-chanteuse du groupe ska Checkered Cabs et du plus soul The Ambitions nous en fout plein la vue depuis quelques années, avec ses excellentes sorties accompagnée par les Day Laborers du Granadians Teddy Garcia, nous offrant un superbe album éponyme en 2013, puis en solo mais toujours accompagnée par une partie de la même bande pour un « It’s Allright » à l’avenant sorti lui en 2017 chez Mount Grove…

Nous ne nous sentions plus de joie lorsque nous avions appris qu’elle s’acoquinait avec les Badasonics, nouveau studio band de Nico Leonard composé d’ex-Caroloregians et Moon Invaders, surtout qu’ils avaient bien fait monter la sauce avec un premier EP digital 4 titres avec le formidable « Wheel Of Life », entre autres, dessus, puis un premier 45t en guise de première sortie physique du label Badasonics Records au printemps avec deux titres non moins fameux, « Never Gonna Let » et « Tic Tac Toe» qui nous avaient méchamment ouvert l’appétit.

C’est donc avec la langue pendante que nous attendions ce premier LP,  sobrement nommé Caz Gardiner & The Badasonics, sortit depuis vendredi dernier chez Badasonics Records, forcément, et dont nous allons donc ici tenter, la tête froide, de vous décrire l’incommensurable beauté. (suite…)

RICHIE STEPHENS & THE SKA NATION BAND – Root Of The Music – Pot Of Gold

UN PEU D’HISTOIRE : Il y a deux ans, on découvrait Richie Stephens, qui, avec le soutien du Ska Nation Band venu d’Italie, nous offrait un premier album  nommé « Internationally » débordant d’énergie et de bonnes vibes. Le gars n’était pourtant pas né de la dernière pluie, puisqu’il a à son actif une grosse poignée d’albums, plutôt dancehall à ses débuts, virant plus reggae « new roots » par la suite, tendance lover, qui en défriseront plus d’un ici…

Mais après avoir rencontré sur une scène de festoche le groupe Italien Ska Nation Band, il se décide de vouer son opus suivant au ska, qui sort en 2016 sur son label «Pot Of Gold », avec un bon goût certain, des gros moyens et du gros son… Ils écumeront ensemble la plupart des festivals reggae d’Europe l’été suivant. (suite…)

JANET KUMAH – Yellow Flower – JAAK Music

UN PEU D’HISTOIRE : Elle nous manquait, la belle Janet, depuis la fin des Delegators en 2014. Il faut dire qu’avec son groupe, elle avait conquis l’Europe, grâce à un superbe premier album nommé « All Aboard » sorti trop peu de temps avant ce malheureux split, et surtout à coup de grosses performances scéniques dont ils avaient le secret.

Après un trop long silence, on la retrouve avec plaisir sur l’album de Teddy Garcia avec l’excellent « Let Me Talk About It », mais ça parait bien trop peu!

Mais heureusement, le virus de l’écriture revient à la charge et elle se remet naturellement à réécrire quelques chansons. Quand son ami John Runefelt, multi instrumentiste de talent, qui jouait déjà les claviers de « All Aboard », lui propose quelques jours de session, elle s’envole aussitôt avec ses textes sous le bras pour le rejoindre à Stockolm, avec juste l’envie de goûter à nouveau aux joies du studio. Trois jours de travail acharné, tricotant, détricotant et retricotant leurs compos, et les voilà déjà avec trois titres fins prêts ! Un nouveau voyage quelques mois plus tard leur permettra d’en enregistrer quatre de plus. Il n’en fallait pas plus pour que l’évidence d’un nouvel album se dessine. Janet sort un premier titre dont nous vous avions parlé ici il y a plus de deux ans sur 45t, un excellent ska nommé « Words To Say ». (suite…)

THE FUSS – Ourselves – Jump Up Records

UN PEU D’HISTOIRE : Y’a pas que du mauvais à tirer des réseaux sociaux ! En effet, avant que Jayson Nugent, guitariste des Slackers et producteur à ses heures, ne publie un post signalant qu’il bossait sur le premier album de The Fuss, ben j’avais jamais entendu la moindre note du groupe.

Une fois n’est pas coutume, c’est sur la côte Est des US, Washington DC, que l’on retrouve la trace des neuf membres de ce groupe fondé en 2014. Après un premier EP « In Trouble », sorti en 2016, plutôt costaud, ils jouent en première partie de la majorité des groupes passant dans le coin, aussi divers que les Skatalites, Save Ferris ou les Interrupters…

Un petit 45t plus tard, produit par Brian Dixon s’il vous plaît, sur lequel figure le très bon « We’re Going Out » qui, connection Californienne oblige, figure sur la compil d’Angel City Records sortie un peu plus tôt cette année. Pour la suite de leurs aventures, ils s’adjoingnent une autre pointure avec le bon Agent Jay pour ce premier album nommé « Ourselves », qui sort cet été sous le non moins excellent label Jump Up Records…

LE DISQUE : Y’a du talent du côté de The Fuss, du talent mais aussi et surtout un super trio vocal féminin et une grosse section cuivre qui leurs permettent d’aborder tous les genres de notre bonne vieille musique Jamaïcaine sans aucun complexe. (suite…)

THE PRESSURE DROPPERS – Ricochet – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE : Oui, vraiment un tout petit peu d’histoire, puisque fondé en 2014, autour de quelques ex-membres de Fishhedz, les Pressure Droppers from Cologne, n’ont jusqu’à ce jour à leur tableau de chasse qu’un seul 45 tours sur lequel on trouve deux titres déjà prometteurs « Let’s Go » et « The Scorchers » sorti début 2017.

Ils ont par contre largement écumé les différentes scènes de leur pays, ouvrant notamment pour les Aggrolites ou les Skatalites… Ils bossent parallèlement sur leur  premier album depuis plus d’un an et ont eu la merveilleuse idée de confier la prod à l’excellent Victor Rice… Voyons donc ce que vaut le résultat sorti en ce mois de juillet et nommé « Ricochet » (suite…)

Page suivante »