Rude Boy Train

CLAUDE FONTAINE – Claude Fontaine – Innovative Leisure

Résultat de recherche d'images pour "claude fontaine"UN PEU D’HISTOIREOn en sait assez peu sur CLAUDE FONTAINE, américaine de L.A au nom français échouée à Londres. La légende raconte qu’elle est entrée chez un disquaire (Honest Jon’s) et qu’elle est tombée sur le bac des skeuds Trojan, Treasure Isle et Studio One.

On ne sait pas ce qui lui a pris, mais elle est allée en studio pour enregistrer un premier album éponyme totalement inattendu, avec des musiciens pas tout à fait manchots à l’instar du grand Tony Chin à la guitare (il a joué avec à peu près tout le monde), de Ronnie McQueen à la basse (Steel Pulse) ou de Rock Deadrick à la batterie.

LE DISQUE: C’est simple, le disque de Claude Fontaine est 50% bossa nova et 50% jamaïcain. Passons sur la moitié bossa nova (titres 6 à 10), d’excellente qualité, pleine de finesse et de sensualité, qui rappellera à certains d’entre-vous Nouvelle Vague, le groupe de reprises d’Olivier Libaux et Marc Collin, presque toujours chanté au féminin. On pourra qualifier ça d’easy listening, de lounge ou de musique d’ascenseur si on est très méchant, mais c’est de la bossa nova de l’hémisphère nord, tout simplement. (suite…)

Un biographie française dédiée à Paul Weller

L’image contient peut-être : 1 personne, texteDans le 25, on a du mal avec le football, mais on s’y connait en modernisme.

La preuve avec Nicolas Sauvage, chanteur-guitariste de l’excellent power-trio One Way Ticket, qui publie en juin « Life From A Window, Paul Weller et l’Angleterre pop« , qui comme son nom l’indique sera consacré au chanteur de The Jam et de Style Council qui a influencé une grande partie des rockeurs british de ces 30 dernières années, de Miles Kane à Noel Gallagher, d’Alex Turner à Richard Ashcroft. Bref, des types qui savent s’habiller aussi bien que George Abitbol.

Le livre sort en juin et c’est forcément chez les Nancéiens des éditions Camion Blanc que ça se passe. Mais même que c’est la première (et que ça restera peut-être la seule) biographie du modfather en français. Alors profitez-en. C’est par ici que ça se passe : Camion Blanc 

Du nouveau pour MARTA REN

Aucune description de photo disponible.MARTA REN, la soul girl lusitanienne de Porto qu’on adore du côté de Rude Boy Train, prépare un second album pour début 2020, afin de succéder au superbe « Stop Look Listen« , qu’elle avait enregistré avec The Groovelvets.

Et comme un bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la voilà qui publie déjà un premier extrait, « Worth It », tout juste sorti en 45 tours chez les Italiens de Records Kicks, avec la version instrumentale en face B.

Ça sort le 7 juin, c’est à commander par là et dépêchez-vous, car c’est excellent, limité à 500 exemplaires, donc bientôt collector. (suite…)

THE SKINTS en France

Aucune description de photo disponible.Excellente nouvelle ! Le groupe londonien THE SKINTS se pointe en France dans les mois qui viennent, alors que son nouvel album, « Swimming Lessons », est sorti aujourd’hui-même.

Comme d’habitude, leur son est très varié et on vous reparlera du disque très bientôt.

Pour ce qui est des live, ça se passe du côté de Strasbourg le 8 octobre (La Maison bleue), puis le 21 novembre à Gravelines (Salle Vauban), le 22 à Beauvais (L’Ouvre Boite), le 23 à Metz (Les Trinitaires) et le 24 à Paris (La Maroquinerie).

Et The Skints sur scène, c’est en général assez grandiose. Alors foncez. (suite…)

THE SPECIALS – Den Atelier (Luxembourg) – 31 mars 2019

Résultat de recherche d'images pour "the specials den atelier"Et alors, ça vaut quoi THE SPECIALS live en 2019 ?

Ben figurez-vous que ça tient toujours bien la route. Passons sur le débat vrais Specials/faux Specials, on en a déjà pas mal parlé à l’occasion de la sortie du dernier album.

Ici, on a donc droit à une formation avec Terry Hall au chant, Lynval Golding à la gratte et Horace Panter à la basse. Voilà pour les anciens. Mais les anciens sont accompagnés par Steve Cradock à la guitare (Ocean Colour Scene) et Nikolaj Torp Larsen aux claviers. Et les deux gars sont loin d’être des manchots. Vous ajoutez une section cuivres trompette/trombone et bim, c’est parti pour une ribambelle de hits.

Pour la setlist, c’est la même que celle de Cologne à une inversion près, et il faudra m’expliquer qui a eu l’idée de mettre « The Man At C & A » en entame de set. Parce que ce morceau est tout sauf calibré pour le live. Ok, le groupe a bien bossé l’intro pour lui donner de l’ampleur, du coffre, et le décor de scène (certainement signé Horace Panter), à base de pancartes revendicatives, colle parfaitement aux paroles. Mais ça n’est ni assez dansant, ni assez énergique pour débuter un live. (suite…)

Aidez Smokin’ Fuzz à sortir son nouvel album

On vous a parlé du nouvel album de SMOKIN FUZZ (« Revival ») qu’on a eu la chance d’écouter en avant-avant-avant première (ça ne sort que le 9 juin). On vous en reparlera bientôt, mais en attendant, le combo francilien de 20 ans d’âge a besoin de vous pour sortir le disque en CD et en vinyle.

Il a donc lancé une campagne KissKissBankBank avec une participation qui démarre à 10 € pour la version digitale (le CD à 15, le vinyle à 20, avec des bonus). Et pour 1 000 € vous pourrez même les avoir dans votre salon. (suite…)

THE BEAT – Public Confidential – DMF Records

UN PEU D’HISTOIRE: THE BEAT (aussi connu comme The English Beat parce qu’aux USA, le nom « TheBeat » était déjà pris) est un groupe de la période two tone né en 1978, comme The Specials. Le groupe de Birmingham emmené par Ranking Roger et Dave Wakeling a sorti une poignée de hits au basculement des 70’s, avant de se séparer pour voir les deux compères monter General Public dans un style plus new wave. A peu près au même momement, d’autres de The Beat créaient Fine Young Cannibals ou The International Beat, puis Special Beat avec des membres des Specials.

Après la séparation de General Public, Dave Wakeling, résident américain, a continué à jouer le répertoire de The Beat sous le nom de The English Beat (même s’il sort ses albums sous le nom de The Beat), pendant que Ranking Roger continuait à chanter le répertoire de The Beat sous le nom de The Beat. (suite…)

Un 45 tours pour The Mighty Megatons

THE MIGHTY MEGATONS, c’est le nouveau groupe de Madrid, créé au départ en 2018 pour accompagner Alpheus sur scène. Et les sept gaillards se sont pris au jeu, ont composé leurs propres morceaux, et ont aussi servi de backing-band à Roy Ellis.

Moins d’un an après leur formation, les voilà donc qui sortent leur premier enregistrement sous forme de 45 tours. Au programme deux titres, « Atomic Bomb » et « I Want To Know », avec un son vraiment à l’ancienne. Même que ça vient tout juste de sortir sur Liquidator Music, forcément (ça se commande ici). (suite…)

The Skints : un nouvel extrait

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assisesUne fois de plus, le nouvel opus de THE SKINTS risque d’être un événement, tant le groupe londonien fait partie en 2019 de ceux qu’il faut suivre de près.

Du nouvel album, « Swimming Lessons », on avait déjà pu écouter l’excellente « Learning To Swim », un peu reggae, un peu post-punk à la Weezer/No Doubt, et on avait trouve ça assez tubesque.

Le groupe vient juste de mettre en ligne « Armageddon feat Runkus », totalement reggae cette fois, et on vous met ça en écoute juste après. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE BUSTERS – Stompede (Mambo Music/Sony-1996)

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac’ de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIREC’est du côté de Wiesloch, dans le land du Bade-Wurtemberg, que THE BUSTERS voit le jour en l’an de grâce 1987. Au départ, The Busters c’est : Thomas Scholz et Klaus Huber au chant, Max Grittner à la basse, Hans-Jorg Fischer et Peter Quintern au sax, Jan-Hinrich Brahms au trombone, Hardy Appich à la trompette, Martin Keller à la guitare, Jesse Gunther aux percus, Markus Schramhauser et Stephan Keller aux claviers, ainsi que Gunther Hecker à la batterie. Douze musiciens donc, dont deux chanteurs, deux saxophonistes, deux claviers et un batteur + un percussionniste ! (suite…)

Page suivante »