Rude Boy Train

Solid’Air Fest (Soul Delighta – Les Wayfarers – Boss Capone – Los Granadians) – 28 février 2015 – Chaligny (54)

Le SOLID’AIR Fest, c’est le rendez-vous lorrain annuel des amateurs de sons d’inspiration jamaïcaine, mais pas que.

Comme souvent en cette période hivernale, mon arrivée est tardive, mais pourtant, la soirée n’en est qu’à son premier groupe, SOUL DELIGHTA, un combo reggae du coin assez classique, avec deux chanteurs et un percu, qui maîtrise plutôt bien son affaire, même si l’ensemble n’est pas d’un originalité folle. Le public est clairsemé, mais va tout doucement se pointer, entre le bar, le sound-system tenu comme à l’accoutumée par les joyeux drille du PRECIOUS OLDIES SOUND SYSTEM, et la belle table de distro de Casual Records, avec cette année des tas de skeuds soldés.

C’est au tour des WAYFARERS de monter sur scène. Les Wayfarers, c’est un groupe de Nancy qui fait comme s’il venait de Las Vegas, entre rockab’, rock’n'roll, garage, avec un petit côté très frenchy, limite mod/dandy façon Gainsbourg/Dutronc/Katerine/Biolay, et même que c’est bien. Les gars ont une super dégaine, surtout le chanteur avec son costume impeccable, et tous sont affublés des Ray-Ban de circonstance. Le chanteur, justement, est un vrai showman avec une façon de bouger très à propos, un peu branleur, mais juste ce qu’il faut pour plaire aux filles. De leur set, j’ai surtout retenu « Chambre 607″, excellente, et une sympathique reprise du « Dr Jekyll et Mr Hyde » de Gainsbourg, mais ici en version qui poutre. Le dernier disque en date des Wayfarers s’écoute sur bandcamp et il est bien fun. Allez donc y jeter une oreille. (suite…)

Soul Radics : le clip

Alors, les SOUL RADICS… Il est cool ce groupe, autant que son premier opus sorti il y a presque ans sur Jump Up Records était cool. Ils sont de Nashville, Tennessee, et auraient pu (dû) faire de la country. Mais non, ils ont décidé de faire du ska. Et nous on dit bravo.

On vous avait annoncé la sorti prochaine de leur deuxième album, « Big Shot », qui sera dans les bacs le 2 avril prochain grâce aux bons soins de cette maison de qualité qu’est Grover Records. C’est une bonne nouvelle, nous sommes impatients, et en plus nous sommes très contents d’avoir enfin un extrait à se mettre sous la dent. Et en guise d’extrait, l’octet emmené par l’inénarrable Dani nous a confectionné un bon petit clip ambiance « Incorruptibles » bien comme on aime, pour illustrer « One Time », un morceau qui annonce la couleur d’un skeud qui devrait être éminemment sympathique. (suite…)

The Skints et Hollie Cook, ensemble

C’est presque le monde à l’envers. HOLLIE COOK, incontournable chanteuse Anglaise branchée reggae dont le derneir album est une tuerie, ouvrira pour ses voisins de THE SKINTS sur leur prochaine tournée européenne. C’est le monde à l’envers parce que niveau notoriété, Hollie Cook est un cran au-dessus du quatuor londonien. En tout cas, c’est pas ici qu’on va se plaindre. Surtout que dans le lot, il y a deux dates françaises. Vous pourrez donc voir Hollie Cook + The Skints le 27 mars à Cognac (West Rock), et le 28 à la Paris (La Maroquinerie). Le tournée se poursuivra avec le binôme jusqu’au 21 avril, en grande partie en Allemagne. (suite…)

Y a Bigtopp qui va sortir son deuxième album

BIGTOPP, c’est un groupe anglais originaire de Portsmouth, tout en bas en face de l’île de Wight, qui aime le ska et le reggae et qui en joue depuis le début des années 2010.

Après un premier album autoproduit en 2013, « Mischief« , le groupe s’est lancé récemment dans une campagne Pledge Music pour récolter des fonds pour la sortie du deuxième opus qui s’appellera « Next Stage », lui aussi autoproduit, au printemps prochain. La campagne est d’ores et déjà réussie, mais elle n’est pas terminée et vous avez encore la possibilité d’y participer durant quelques jours. (suite…)

Rhoda Dakar – sings The Bodysnatchers – autoprod

UN PEU D’HISTOIRE: RHODA DAKAR, c’était la chanteuse de The Bodysnatchers, ce groupe de l’ère two tone entièrement composé de filles qui n’a pas duré très longtemps, à peine trois ans entre 79 et 81. Deux  45 tours mais aucun album, des participations à plein de compiles, une présence dans le film « Dance Craze » et puis s’en va. Les Bodysnatchers resteront toujours dans l’ombre de Madness, The Specials et The Selecter.

Rhoda Dakar ira un temps prêter main forte à Jerry Dammers et ses Special AKA, avant de revenir, bien plus tard (en 2007) pour l’album « Cleaning In Another Woman’s Kitchen », sur lequel elle reprend, en version acoustiqueThe Bodysnatchers. En 2009, on la retrouve aux côtés de Nick Welsh (Bad Manners, Selecter, Skaville UK) pour l’album « Back To The Garage », et elle chante avec Madness sur « On The Town » (extrait de « The Liberty Of Norton Folgate »). (suite…)

Encore une belle compile Soul Jazz

Ça va faire vingt-cinq piges que SOUL JAZZ RECORDS, label, magasin Londonien et club du quartier de Brick Lane, réédite et compile de la vieille black music, et notamment du son oldies made in Jamaïca avec des belles tracklists et des pochettes/livrets bien propres. Et ça c’est très cool.

Et bien voilà-t’y pas qu’en ce début d’année 2015, Soul Jazz nous sort une compilation avec du vieux, du très vieux, du très très vieux, du quasi préhistorique même, sorti du formol, et du début des aventures de Coxsone Dodd à Studio One. C’est du son du début des 60′s, et même de la fin des 50′s. La préhistoire que j’vous dis, directement inspirée par le boogie-woogie et le rhythm’n'blues de Fats Domino ou de Louis Jordan. (suite…)

Moon Hop : le clip de type cool

On vous le disait l’autre jour, les Girondins de MOON HOP, adaptes d’un ska comme on aime, un brin vintage, un brin swing, sont de retour dans les bacs avec un 45 tours de bien belle facture sur Casual Records, le label qui fait rien qu’à sortir des bonnes choses, avec ici un bien beau visuel comme si on était chez Liquidator Music, pour un skeud qui s’inscrit dans la série « Casual Original », sur laquelle y aurait plein de bons groupes orientés ska, rocksteady ou soul. Et même qu’il s’agit de la trentième référence du label. Vivement la centième.

On vous avait aussi annoncé l’arrivée d’un clip, et c’est chose faite depuis aujourd’hui, avec un « Never Go Back Home » de très belle facture. Train’s Tone, Rockin’ Preachers, Moon Hop, Jacques Chaban-Delmas (Camera Silens diront les vieux skinheads)… Dans l’Bordelais, y a décidément plein de bonnes choses à se mettre dans le gosier, et dans les esgourdes ! (suite…)

Un nouveau 45 tours pour Akatz

On vous a déjà parlé de AKATZ ici, ce très bon groupe de Bilbao, chanson des Ludwig, mais aussi ville principale du Pays basque. En deux décennies d’existence, Akatz a sorti pas mal de disques, d’abord en autoproduction, puis au cours des années 2000 sur Brixton Records, le label d’Euskadi spécialisé dans le ska, le rocksteady et le reggae. Ça faisait un moment qu’on n’avait pas eu des nouvelle de la fine épique, en fait depuis la sortie en 2012 d’une compilation pour fêter dignement leurs vingt piges.

Cette fois-ci, Akatz revient avec un 45 tours, pas chez Brixton, mais chez Liquidator Music, le label omniprésent dans la péninsule, et dans la qualité.

Deux morceaux au programme : « Fiesta Del 73″ et « 10 Especial », tous deux inédits. Le premier est une chanson, le second est un instru reggae avec un gros trombone qui prend toute la place. C’est donc au format 45 tours, c’est limité à 500 exemplaires, il parait même que c’est un « limited DJ pressing » (!), et ça se commande par  pour 6 pièces seulement.

Et c’est aujourd’hui que ça sort, pile poil… Allez-y, y en aura pas pour tout le monde.

Skannibal, 13e édition

Bouh ça porte malheur nan ? C’est la treizième édition des compilations SKANNIBAL PARTY de nos amis allemands de Mad Butcher Records, ou plutôt de Black Butcher, la subdivision qui s’occupe de la musique jamaïcaine, car Mad Butcher fait aussi beaucoup quand le punk-rock qui tabasse sa mère, ou son père. Le premier volume de Skannibal Party était sorti en 2002, et dessus y avait des groupes de l’époque qu’on aimait bien comme The Kingpins, Dr Woggle & The Radio ou Regatta 69, et  une pochette qui se moquait toujours joyeusement des vilains méchants d’extrême droite. Ça d’ailleurs, c’est presque devenu une marque de fabrique. (suite…)

Los Tres Puntos – Contre Vents et Marées – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE: Faut-il encore présenter LOS TRES PUNTOS ? C’est en 1995 que démarre l’aventure en banlieue parisienne, avec Yann à la basse, Greg à la batterie, Max à la guitare solo et aux choeurs et Pawal à la guitare rythmique et au chant. Ils aiment le ska et le punk-rock, ils feront donc du ska punk.

Au départ y a pas de cuivres, mais les cuivres vont arriver, et repartir, car en vingt ans, le combo en a connu des changements de line-up.

Aujourd’hui, Los Très Puntos est un octet avec sax, trompette et trombone, parce qu’ils sont pas du genre fromage ou dessert. Et c’est aussi quatre album, un live cd + dvd et une belle brochette de compilations, toujours en mode do it yourself, et toujours résolument antifasciste. (suite…)

Page suivante »