Rude Boy Train

THE BLUEBEATERS – EVERYBODY KNOWS – RECORD KICKS

UN PEU D’HISTOIRE : Les Bluebeaters voient le jour officiellement en 1994, sous la forme d’un « One Night Band » pour un concert à Turin entre d’ex-membres de Casino Royale et d’Africa Unite qui reprennent pour l’occasion tout un tas de tubes ska, reggae mais aussi soul ou bien simplement pop à la sauce jamaïcaine.

Mais ce n’est qu’en 1999, à la suite d’une tournée d’une vingtaine de dates, qu’ils se créent un réel public en Italie et que se creuse l’idée d’un album… « The Album » (pas cons les gars), sort donc cette même année sous l’étiquette Kingsize Records et contient aussi bien des classiques de Marley, Alton Ellis ou des Skatalites, comme des hits du chanteur Italien Gino Paoli ou bien des tubes du moment comme le « Wonderful Life » de Black ou même « Believe » de la ressuscitée Cher. La mayonnaise prend fort bien et la voix exceptionnelle de Giuliano Palma est parfaitement servie par des zicos de pointe comme Mr T-Bone qu’on découvre à l’occasion. (suite…)

Hugo Lobo – Street Feeling – Tixa Records

 UN PEU D’HISTOIRE: On ne va pas vous présenter Dancing Mood, car vous connaissez forcément le big-band argentin très très fortement influencé par The Skatalites, big-band qui parfois monte sur scène dans une formation à 70 musiciens. Hé oui, c’est possible et les frenchies du Nancy Skankin’ Jazz Orchestra, les Australiens du Melbourne Ska Orchestra et les Californiens de Western Standard Time peuvent aller se rhabiller.

Et dans Dancing Mood, il y a un trompettiste parmi la section cuivres, et même un trompettiste frontman en la personne d’HUGO LOBO, personnage central avec sa casquette de camionneur et ses mèches grasses, as de l’instrument cher à Chet Baker, qui signe son premier album solo avec ce « Street Feeling » (sorti à l’automne 2014) sur lequel il joue aussi du trombone, des percus, de la batterie, et tous les dérivés de la trompette (cornet, flugelhorn…). Album solo presque, car le gars a pris soin de rameuter quelques invités de prestige… (suite…)

THE SKINTS – FM – Easy Star Records

1507121_10152324867989058_6198368557386721510_nUN PEU D’HISTOIRE: Créé à Londres en 2005, THE SKINTS est un quatuor aujourd’hui incontournable dans la scène reggae/ska britannique et au-delà. Jon Doyle à la basse, Jamie Kyriakides à la batterie, aux percussions et au chant, Josh Waters Rudge à la guitare et au chant et Marcia Richards aux claviers, mélodica, saxophone, flûte traversière et au chant, sortent ensemble un premier album en 2009 sur Rebel Alliance, puis l’excellent Part & Parcel » en 2012 (produit par Prince Fatty) qui bénéficiera d’une distribution française grâce à SoulBeats.

Le quatuor se retrouve donc sur les routes de France, sort un single, puis un sympathique EP début 2014 (« Short Change Ep »), avant de retourner en studio pour pondre un troisième opus, sobrement intitulé « FM », publié au printemps 2015 sur Easy Star Records… Et de revenir dans l’Hexagone avec une certaine Hollie Cook en première partie.

(suite…)

Dr Ring Ding Ska-Vaganza – Bingo Bongo – Pork Pie

UN PEU D’HISTOIRE: DR RING DING SKA-VAGANZA, c’est quand Dr Ring Ding fait ami ami avec ses potes espagnols du Freedom Street Band, auxquels il ajoute un Busters et un Senior Allstars, pour faire du ska à tendance 60′s. Parce que c’est bien connu, Dr Ring Ding aime un peu tous les style de musiques nées en Jamaïque. Y a qu’à voir, entre le premier album de ce combo sorti fin 2012 (« Piping Hot »), et celui qui nous intéresse aujourd’hui, le gars a trouvé le moyen de sortir un disque avec El Bosso und Die Ping Pongs, un avec The Busters et même un double avec le Sharp Axe Band. Et je ne vous parle pas de l’Ep avec les Coréens de Kingston Rudieska, ni de son boulot avec Jazzkantine ou de ses featurings chez Roy Paci, Jah On Slide ou Yellow Cap…

C’est donc en ce début d’année 2015 que Richie est ses potes se repointent un peu sans crier gare, avec un second opus qui vient fraîchement de sortir sur l’incontournable label Pork Pie Records, vieux compagnon de route du docteur. (suite…)

BOSS CAPONE – ’69 Reggae Bonanza – Grover Records

UN PEU D’HISTOIRE: BOSS CAPONE, c’est l’autre groupe de Boss Van Trigt, incontournable frontman des incontournables Upsessions venus des Pays-Bas. Le combo est une formation réduite en quatuor (guitare, basse, batterie, clavier/chant), dans laquelle on retrouve des gars qui sont passés par Mr Review, Beatbusters ou Mark Foggo Skasters, et qui a commencé à faire parler d’elle en 2013 avec un premier album sur Grover Records (et sur Excelsior), «Another 15 Dancefloor Shakers By Boss Capone ».

Des concerts ici ou là, un nouvel album avec The Upsessions, et voilà que le Boss emmène à nouveau sa troupe en studio pour enregistrer sur du vieux matos et dans des conditions vintage ce « ’69 Reggae Bonanza », un deuxième album aussi skinhead reggae que son prédécesseur, qui vient tout juste de sortir sur cette maison allemande de qualité qu’est Grover Records. (suite…)

ED ROME – SNAPSHOTS: DUB & SUBS – AUTOPROD

Snapshot: Dubs & Subs cover art

UN PEU D’HISTOIRE : Vous vous rappelez surement de Ed Rome, l’ancien chanteur du groupe ska anglais The Big, qui avait pondu l’année passée un excellent «Snapshot» 100% maison où il exerçait à la quasi-totalité des instruments exceptés les cuivres, sur des compos excellentes surfant entre early reggae, ska, rocksteady avec des pointes de soul soit un peu tout ce qu’on aime par ici chez RBT.

On vous avait annoncé il y a quelques semaines un album de versions réinterprétées avec plein de guests tip-top dedans… Et bien voilà la pépite tout juste sortie en ce mois de mars qu’on vous pond une bonne chronique toute chaude sur ce très bon « Snapshot, Dubs & Subs ». (suite…)

The Lions – Soul Riot – Stones Throw Records

UN PEU D’HISTOIRE: Depuis leur second album, l’excellent « This Generation » sorti il y a deux ans, les LIONS ne sont pas restés à se tourner les pouces. Un album dub tiré de « This Generation » en 2014 (« This Generation In Dub »), du travail pour les uns avec The Expanders, pour les autres avec Western Standart Time, et même un passage en France, ont occupé la fine équipe.

Et même que récemment, les deux gars d’Hepcat (Alex Desert et Deston Berry) ont repris le chemin des concerts avec leur cultissime groupe de ska/rocksteady.

Mais évidemment, il fallait que The Lions donne une suite à « This Generation », ce qui est désormais chose faite avec « Soul Riot », un troisième opus sorti le mois dernier sur lequel on retrouve quelques invités aussi prestigieux que Jesse Wagner et Angelo Moore. (suite…)

Louis Louis Louis – More Louis, Lads – Ginhouse Records

MORE LOUIS LADS cover artUN PEU D’HISTOIRE: LOUIS LOUIS LOUIS est un groupe qui voue un culte sans bornes à Louis Armstrong, Louis Jordan et Louis Prima. D’où son nom.

Originaire du Nord de l’Angleterre, de Scarborough à Liverpool en passant par Leeds, le groupe est un quintet guitare/ contrebasse/ batterie/ clavier/ sax dans lequel chaque musicien pousse la chansonnette, et qui aime le jazz, forcément avec des influences pareilles, mais aussi le swing, le blues, et bien entendu, le ska et le rocksteady.

Le combo démarre sa carrière en 2011, et publie dès 2013 un premier album, très jazz/swing, intitulé « Jump, JIve an’ Wail », en référence à Louis Prima que Louis Louis Louis reprend sur le disque.

Le second album, « More Louis Lads », composé de (seulement) huit titres, vient de sortir sur Ginhouse Records. (suite…)

Rhoda Dakar – sings The Bodysnatchers – autoprod

UN PEU D’HISTOIRE: RHODA DAKAR, c’était la chanteuse de The Bodysnatchers, ce groupe de l’ère two tone entièrement composé de filles qui n’a pas duré très longtemps, à peine trois ans entre 79 et 81. Deux  45 tours mais aucun album, des participations à plein de compiles, une présence dans le film « Dance Craze » et puis s’en va. Les Bodysnatchers resteront toujours dans l’ombre de Madness, The Specials et The Selecter.

Rhoda Dakar ira un temps prêter main forte à Jerry Dammers et ses Special AKA, avant de revenir, bien plus tard (en 2007) pour l’album « Cleaning In Another Woman’s Kitchen », sur lequel elle reprend, en version acoustiqueThe Bodysnatchers. En 2009, on la retrouve aux côtés de Nick Welsh (Bad Manners, Selecter, Skaville UK) pour l’album « Back To The Garage », et elle chante avec Madness sur « On The Town » (extrait de « The Liberty Of Norton Folgate »). (suite…)

The Nice Guys-Rude On Friday-Majestic Records

UN PEU D’HISTOIRE: L’histoire des gars de St Amandsberg, quartier de la ville de Gent, commence en 2001 lorsque trois membres du groupe punk The Accused cèdent à l’envie irrépressible de se mettre au ska. Rejoins par un quatrième larron, ils jouent un two tone de base et enregistrent une première démo deux titres.

Depuis ce jours, The Nice Guys ne cessent d’évoluer vers un son de plus en plus roots avec l’arrivée de cuivres et d’un contrebassiste et jouent avec un line-up constant depuis 2010. Ils sortent leur premier opus, « Sweet And Dirty » en août 2013 en le présentant au public lors d’une première partie des Skatalites…Ils ré-entrent en studio dès juin 2014 pour enregistrer les 14 nouveaux titres qui composent ce « Rude On Friday » sorti depuis déjà novembre

LE DISQUE: : C’est une sacrée belle surprise qui nous arrive des Flandres avec ce « Rude On Friday ». Surprise car il faut bien avouer que je n’avais jamais entendu parler du groupe avant l’annonce de la sortie de ce deuxième skeud en a peine deux ans. Ce qui marque dès la première écoute des Nice Guys, c’est le coté « couillu » de leur musique… De l’usage de la contrebasse en passant par le coté resté très punk du chant, ajouté à une grosse section de trois sax omniprésente en plus d’une trompette et d’un trombonne, tout est fait pour nous offrir un son « so rude ». (suite…)

Page suivante »