Rude Boy Train

THE BUSTERS – Straight Ahead – Ska Revolution Records

Résultat de recherche d'images pour "the busters straight ahead amazon"UN PEU D’HISTOIRE: Wiesloch, près d’Heidelberg. c’est là que tout démarre en 1987. THE BUSTERS, c’est bientôt un tiers de siècle de ska, sans le moindre split, sans le moindre hiatus, sans la moindre chute de régime. Des changements de line-up par contre, il y en a eu. The Busters a presque toujours été un groupe à deux chanteurs, avec notamment l’exceptionnelle paire des débuts (jusqu’à « Sexy Money »), Thomas Scholz et Klaus Huber, et puis bien sûr il y avait, jusqu’en 2000, le compositeur et bassiste Markus Grittner…

Treize albums en 28 ans, trois live, un superbe best-of  en 1997 avec les morceaux entièrement réenregistrés (« Boost Best »), des concerts à la tonne (mais surtout en Allemagne où le groupe a connu pas mal de succès), trois premiers disques archi-cultes et une rencontre au  sommet avec Laurel Aitken en 1989. The Busters a sorti ses albums sur WeserLabel, puis sur Sony Music, Dogsteady et Ska Revolution Records, le label créé pour le groupe par Markus Schramhauser, l’un des deux claviers. (suite…)

DEATH OF GUITAR POP- 69 Candy Street – Ska Club Essex

UN PEU D’HISTOIRE : Death Of Guitar Pop, en voilà un nom qui tabasse! Une fois n’est pas coutume, c’est bien d’un tout nouveau groupe dont on va vous parler, tout droit venu d’Essex, Great Britain, ce qui laisse augurer des influences à venir.

Jonny et Silky sont donc les leaders de ce groupe qui semble n’avoir qu’une poignée de semaines d’existence, et qui n’a joué pour la première fois en live band que ce 1er décembre dernier !

Ils se consacrent donc à bichonner ce premier album nommé « 69 Candy Street » sorti il y a quelques jours en version numérique et CD, une version vinyle étant prévue pour le début de l’année 2018. (suite…)

JAYA THE CAT – A Good Day For The Damned – Bomber Music

UN PEU D’HISTOIRE : JAYA THE CAT au départ, c’est un groupe de Boston. Des Ricains, des vrais, qui démarrent en 1998 autour du chanteur-guitariste, Geoff Lagadec, et enregistrent un premier album, sas titre, en 1999. Ce premier opus qui n’a pas vraiment connu de sortie officielle et qui s’échangeait surtout sous le manteau sera réédité et augmenté en 2013 sous le nom de « O’Farrell » chez Ring Of Fire Records. Le premier album « officiel », ‘Basement Style », sort en 2001 chez Gold Circle Entertainment, et c’est pour « First Beer Of A New Day » en 2003 chez 4 Tune Records que David Germain alias « The Germ », rejoint Geoff pour aller voir comment ça se passe en Europe. Le binôme pose ses valises à Amsterdam, et ne quittera plus la capitale néerlandaise, son quartier rouge et ses coffee shops. (suite…)

JOKERFACE – JokerFace – Newport Music

UN PEU D’HISTOIRE : Mine de rien, et malgré une jeunesse évidente, ça fait plus de dix ans que les Italiens de JokerFace balladent leur « Ska From The Alps ». Ils sortent un premier album, « A Piece Of My Way Of Life » en 2007. La tendance est aux sons 60’s, à la façon Allemande, propre et moderne, influence de la proximité de leur Tyrol natal, sans doute. Ils tournent dès lors tout autant chez eux qu’en Allemagne. C’est donc assez naturellement que sort en 2012 chez Rocking Records, leur second album, « On The Road Again », plutôt chouette.

Pris sous l’aile du tourneur Teuton FF Dabei, qui s’occupe de plus de la moitié des bons groupes allemands d’aujourd’hui, c’est toujours Outre-Rhin qu’ils obtiennent leur plus beau succès. Ils sont même choisis pour backer Roy et Yvonne lors de leur courte tournée de 2015. Plutôt discrets depuis, avec seulement quelques dates à droite à gauche, ils viennent de sortir ce troisième album, « Self Titled », « JokerFace ». (suite…)

L’HOME LLOP & THE ASTRAMATS – Hotel Jamaica – Natros Sols

UN PEU D’HISTOIRE : Encore un groupe espagnol ! Je sais pas ce qu’il se passe de l’autre côté des Pyrénées mais ça ressemble à une épidémie. Enfin, c’est plutôt des Catalans ceux-là, n’allons pas mélanger les torchons et les serviettes, et c’est autour de Pau Llop que ça s’organise.

Le gars se fait donc appeler L’HOME LLOP pour les besoins de la scène (apparemment ça voudrait dire « loup-garou ») et avec ses ASTRAMATS, il avait déjà sorti en juillet 2015 un Ep téléchargeable gratuitement, puis un album chargé de reprises à la fin de l’année, sobrement intitulé « Volum 1 » (dispo en vinyle).

Le voici donc qui se repointe avec ses potes, et avec un nouvel Ep, « Hotel Jamaica », qui sort début décembre en 45 tours. (suite…)

SOWETO – Turn On The Music Again – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : Barcelone, l’Espagne, la Catalogne, les émeutes, les musiciens qui se prennent des coups de matraques… Comme vous le savez, l’Espagne est la nouvelles patrie du ska et du son jamaïcain depuis pas mal d’années, et Barcelone en est une place forte.

A Barcelone, on trouve SOWETO, un groupe qui a largement fait ses preuves et qui mine de rien envoie du lourd depuis bientôt vingt piges.

Après un premier 45 tours tardif en 2007 chez Silver Bullets, le groupe a publié deux albums : « You Give Me Fever » en 2008 chez Brixton Records, puis en 2011 « South West Town » chez les mêmes. Avec à chaque fois une édition vinyle chez les Bretons de Red Head Man. (suite…)

Erin Bardwell Collective – Great Western Reggae Soundclash – Pop A Top Records

UN PEU D’HISTOIRE: C’est en 2003 à Swindon (entre Londres et Bristol) que se forme le Erin Bardwell Collective. Véritable collectif, comme son nom l’indique, le groupe gravite autour de la personnalité du fondateur Erin Bardwell. Compositeur, DJ, claviériste et chanteur du groupe il est un vieux routard de la scène ska des années 90 (membre fondateur des Skanxters, More Specials).

En 2003 Erin décide de sortir son premier album sous son propre nom « The Erin Bardwell Collective Vol.1 » sur son propre label Pop-A-Top Records. L’idée de collectif prend alors tout son sens puisque c’est tout un panel de musiciens et amis qui se joignent à lui pour la réalisation de ce premier LP. Dans la continuité du premier opus le groupe sort en 2006 le volume 2 puis en 2008 le volume 3 du projet initial. (suite…)

GRAMOPHONE ALLSTARS BIG BAND – Maraca Soul – Bankrobber

UN PEU D’HISTOIRE : Vous vous rappelez surement des Gramophone All Stars Big Band, dont on vous parlait début 2015 à l’occasion de la sortie de leur 4eme album, « Jazzmaica » sorti sur le label Catalan Bankrobber. Ce quatrième album n’en était pas vraiment un, puisque c’est sous le nom de Gramophone AllStars « tout court » et avec une formation plus basique  qu’il officiaient depuis le milieu des années 2000, sortant, à un rythme cadencé, trois albums plutôt sympatoches, « Just Delightin’ » dès 2008 chez Silver Bullets, puis « Simbiosi » et « Levitant A La Deriva » en 2010 et 2011 tout deux chez l’incontournable  Liquidator.

Ils réapparaissent seulement début 2015, après le renfort de leur  formation,  portant leur nombre a  15 membres  dont 9 cuivres, et l’ajout de « Big Band »  à leur patronyme, pour la sortie de ce « Jazzmaica » qui nous avait laissé un peu le cul entre deux chaises, entre des orchestrations de dingues, une prod qui tue et beaucoup d’options musicales déstabilisantes et autres gimmick jazzeux un peu bancals. Les revoilà donc de retour sur le devant de la scène en cette fin d’année, avec ce « Maraca Soul » sous le bras, toujours sorti chez Bankrobber. (suite…)

LOS AGGROTONES – Brixton – Interrogator Records/Red Head Man

Résultat de recherche d'images pour "los aggrotones brixton"UN PEU D’HISTOIRE: Ça fait maintenant dix piges que s’est formé à Buenos Aires LOS AGGROTONES, combo amateur de skinhead reggae aux accents seventies.

Le premier album, « Moods », était sorti en 2011 sur Una Isla ClubRecords. Le suivant , « 10 Reggae Shots », est publié en 2014 sur Jewels, Interrogator et Una Isla Club, avec comme invités Freddie Notes, Derrick Harriot et Lambert Briscoe.

L’année dernière, les Argentins avaient sorti un album avec la chanteuse portoricaine Mimi Maura, et c’était encore de grande qualité.

On est donc content de s’être procuré « Brixton », le troisième (quatrième ?) opus de Los Aggrotones, le groupe qui réhabilite définitivement les rouflaquettes.  (suite…)

WILD MAN RIDDIM – Worldwide Frequency – Brixton Records

UN PEU D’HISTOIRE : on vous la fera courte pour l’occasion, et pour cause, on n’a pas des tonnes  d’infos sur ce groupe nommé Wild Man Riddim. Tout juste saura-t-on vous dire qu’il s’agit d’un gros noyau des Phantoms, d’Oslo, dont nous avions salué « Their Legendary 4th »,  leur excellent quatrième album,  sorti  l’année dernière, qui nous avait fait belle impression. Ce pendant instrumental distille ses compos entre reggae ska et jazz depuis 2012, faisant office de backing band pour un paquet d’artistes reggae locaux.

Après un premier EP sorti en 2014, ils enregistrent en une seule journée, s’il vous plait, ce  « Worldwide Frequency »  qui sort en ce début d’automne avec l’appui de Brixton Records. (suite…)

Page suivante »