Rude Boy Train

Rhoda Dakar – sings The Bodysnatchers – autoprod

UN PEU D’HISTOIRE: RHODA DAKAR, c’était la chanteuse de The Bodysnatchers, ce groupe de l’ère two tone entièrement composé de filles qui n’a pas duré très longtemps, à peine trois ans entre 79 et 81. Deux  45 tours mais aucun album, des participations à plein de compiles, une présence dans le film « Dance Craze » et puis s’en va. Les Bodysnatchers resteront toujours dans l’ombre de Madness, The Specials et The Selecter.

Rhoda Dakar ira un temps prêter main forte à Jerry Dammers et ses Special AKA, avant de revenir, bien plus tard (en 2007) pour l’album « Cleaning In Another Woman’s Kitchen », sur lequel elle reprend, en version acoustiqueThe Bodysnatchers. En 2009, on la retrouve aux côtés de Nick Welsh (Bad Manners, Selecter, Skaville UK) pour l’album « Back To The Garage », et elle chante avec Madness sur « On The Town » (extrait de « The Liberty Of Norton Folgate »). (suite…)

The Nice Guys-Rude On Friday-Majestic Records

UN PEU D’HISTOIRE: L’histoire des gars de St Amandsberg, quartier de la ville de Gent, commence en 2001 lorsque trois membres du groupe punk The Accused cèdent à l’envie irrépressible de se mettre au ska. Rejoins par un quatrième larron, ils jouent un two tone de base et enregistrent une première démo deux titres.

Depuis ce jours, The Nice Guys ne cessent d’évoluer vers un son de plus en plus roots avec l’arrivée de cuivres et d’un contrebassiste et jouent avec un line-up constant depuis 2010. Ils sortent leur premier opus, « Sweet And Dirty » en août 2013 en le présentant au public lors d’une première partie des Skatalites…Ils ré-entrent en studio dès juin 2014 pour enregistrer les 14 nouveaux titres qui composent ce « Rude On Friday » sorti depuis déjà novembre

LE DISQUE: : C’est une sacrée belle surprise qui nous arrive des Flandres avec ce « Rude On Friday ». Surprise car il faut bien avouer que je n’avais jamais entendu parler du groupe avant l’annonce de la sortie de ce deuxième skeud en a peine deux ans. Ce qui marque dès la première écoute des Nice Guys, c’est le coté « couillu » de leur musique… De l’usage de la contrebasse en passant par le coté resté très punk du chant, ajouté à une grosse section de trois sax omniprésente en plus d’une trompette et d’un trombonne, tout est fait pour nous offrir un son « so rude ». (suite…)

Rude Boy George – Confessions – Trilby Records

rbg confessions

UN PEU D’HISTOIRE: Nous vous déjà avons parlé de Rude Boy George à plusieurs reprises, rappelons que c’est Stephen Shaffer qui est à l’origine du projet, connu pour avoir participé activement à l’aventure Moon Ska pour la partie marketing, production et promotion. Steve est aujourd’hui l’homme derrière notre très sympathique confrère The Duff Guide To Ska.

Dans le milieu des années 80, au cours de ses années Lycée, une radio de Long Island appelée WLIR diffuse tous les meilleurs groupes de New wave mais aussi une bonne part de 2 tone. Comme les deux styles sont diffusés indifféremment, les deux vont naturellement ensemble dans l’esprit de Steve. Quand il évoque son idée de fusionner les deux genres devant des amis du groupe Bigger Thomas, ils lui disent que c’est une excellente idée et qu’eux aussi ont grandi en écoutant les mêmes musiques.

C’est en janvier 2013 que Rude Boy George voit le jour et Steve s’entoure de musiciens renommés de la scène New-Yorkaise, issus de groupes comme Bigger Thomas, Across The Aisle ou The Toasters. Parmi eux, nous noterons le présence de Marc Wasserman à la basse, membre du groupe Bigger Thomas et éminent blogueur auteur de Marco on the bass.

(suite…)

Los Tres Puntos – Contre Vents et Marées – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE: Faut-il encore présenter LOS TRES PUNTOS ? C’est en 1995 que démarre l’aventure en banlieue parisienne, avec Yann à la basse, Greg à la batterie, Max à la guitare solo et aux choeurs et Pawal à la guitare rythmique et au chant. Ils aiment le ska et le punk-rock, ils feront donc du ska punk.

Au départ y a pas de cuivres, mais les cuivres vont arriver, et repartir, car en vingt ans, le combo en a connu des changements de line-up.

Aujourd’hui, Los Très Puntos est un octet avec sax, trompette et trombone, parce qu’ils sont pas du genre fromage ou dessert. Et c’est aussi quatre album, un live cd + dvd et une belle brochette de compilations, toujours en mode do it yourself, et toujours résolument antifasciste. (suite…)

Train’s Tone – Blow A Fuse – Autoprod

Blow a fuseUN PEU D’HISTOIRE: Initié sous le nom de Tsunami’s Band, l’aventure des Girondins commence il y a maintenant plus de 14 ans. Après avoir assisté à un concert des Skatalites mémorable, 8 musiciens décident de se réunir avec l’ambition de défendre cette musique jamaïcaine qui les avait conquis ce soir la.

En 2005, après avoir enchaîné les premières parties prestigieuses et changé de nom suite à la catastrophe bien connue, les désormais Train’s Tone sortent leur premier skeud nommé « Hot Twelve » qui dessine le profil de leur musique, proche d’un Jim Murple Memorial ou d’un Western Special, un ska-jazz roots, profondément marqué du swing des années 40-50… S’en suivirent «Birth Of Hope » et « Back On The Rails”, tous deux sortis sous la bannière de l’excellent label Patate Records… (suite…)

El Bosso & Die Ping Pongs – Hier Und Jetz Oder Nie – Pork Pie

UN PEU D’HISTOIREEL BOSSO UND DIE PING PONGS, c’est un groupe de ska revival allemand qui chante en allemand depuis 1985 avec un certain Markus dit El Bosso au chant (celui qui chante aussi avec les Skadiolas) et un certain Dr Ring Ding au trombone.

Le combo avait trois albums au compteur : Le premier que l’on a tendance à appeler « Immer Nur ska » alors qu’il est éponyme, sorti en 1990 en autoproduction, « Ich Bin Touri » publié l’année suivante sur Pork Pie Records (les deux ont été réédités plus tard sur un seul CD), et plus de vingt ans plus tard, après une longue période d’hibernation « Tag Vor Dem Abend » en 2012, toujours sur le label au petit chapeau de feutre.

Le groupe qui s’était aussi fait connaitre au travers des compilations « Ska Ska Skandal » a sorti un nouvel album, « Hier Und Jetz Oder Nie » à la rentrée 2014 (chez Pork Pie Records évidemment), toujours très rock et toujours en teuton. (suite…)

The Delirians – Get Up! with the Delirians – Angel City Records

693065

UN PEU D’HISTOIRE: Les Delirians ont vu le jour en 2007, et l’ossature du groupe : Tony, Joe et Angel jouaient déjà ensemble depuis 2001. Autant dire que le groupe est composé de musiciens expérimentés. Après des début punk et ska, le groupe s’oriente vers un ska plus roots pour finalement découvrir le reggae et en tombé amoureux.

C’est un bon ami du groupe, Aaron Perez, qui trouve le nom  de The Delirians en disant : » You guys are a bunch of delirious guys you should be named The Delirians ». C’est ce même ami qui donne au groupe un tas de CD à ce moment et qui leur permet la découverte d’artistes comme les Wailers,Derrick Morgan, Stranger Cole, Dennis Brown, The Pioneers, The Skatalites, The Jamaicans, Pat Kelly et un grand nombre d’autres. (suite…)

The Georgetown Orbits-Third Rocksteady-Kickstarter campaign

Photo de The Georgetown Orbits.

UN PEU D’HISTOIRE: Seattle, c’est le berceau du grunge, de Nirvana et du label mythique Sub Pop. Mais, bon, j’ai passé l’âge du headbanging , et jamais vraiment eût la chevelure pour… Seattle, c’est aussi et surtout pour les fans de ska que nous sommes, la ville des Georgetown Orbits, dont nous vous parlions récemment ici pour la sortie d’un EP d’inédits, un de ces excellents groupes US a la réputation bien trop discrète, qui mènent une carrière des plus respectables avec les moyens du bord, et dont vous n’avez, à coup sûr, que trop peu entendu parlé sur notre vieux continent.

Formés en 2004, ils ont pourtant un paquet d’arguments à faire valloir :une belle section cuivre, de bonnes compos et des arrangements aux petits oignons… Ils ont partagé la scène avec a peu près tous les cadors du style passant par chez eux, a défaut de réelles tournées ailleurs que sur la côte ouest du pays de l’oncle Sam. L’écoute des deux premiers albums à leur actif, « The Georgetown Orbits » sorti en 2007 et « Supersonic » paru en 2011 nous démontre que même au taquet, il est vraiment difficile de ne pas passer à coté des nombreux bons groupes qui font vivre la scène ska aux quatre coins du monde. (suite…)

Kingston Rudieska – Everyday People – Rudie System

UN PEU D’HISTOIRE: Vous commencez à bien connaitre KINGSTON RUDIESKA, ce groupe coréen originaire de Séoul qui évolue depuis 2004 en grande formation sur les traces de leurs cousins japonais du Tokyo Ska Paradise Orchestra.

Depuis la sortie de »3rd Kind », le troisième opus en 2012, le combo n’a pas chômé : un single éponyme en 2013, un split Ep avec les Nippons de The Eskargot Miles en 2014, et un autre Ep, « Ska’n'Seoul », avec une guest-star de tout premier ordre en la personne de Dr Ring Ding.

Pour son quatrième album, « Everyday People », Kingston Rudieska continue les collaborations occidentales avec un certain Brian Dixon à la production. La pochette, très réussie, est signée de l’artiste mexicain Chema Scandal. (suite…)

Many Loves Ska Jazz – Dreamlike – Cinedelic Records

10645231_1546071082315832_4737770940202898300_nUN PEU D’HISTOIRE: Many Loves Ska Jazz n’est probablement pas le combo ska-jazz le plus connu mais il vaut le détour à plus d’un titre. Originaire de Lecce en Italie, le groupe se forme en 2013 sous l’impulsion du guitariste Emanuele Dell’Atti qui n’est pas un inconnu pour les fans de ska transalpin puisqu’il écumera les scènes locales avec son groupe Vento di Fronda du début des années 90 jusqu’en 2004.

Sans être un big band version XXL les Many Loves Ska Jazz se composent de 11 musiciens particulièrement efficaces issus de différents ensembles de jazz locaux ou groupes tels « Roy Paci & Aretuska », « Banda Adriatica » ou « Bunda Move ». Les MLSJ pratiquent une musique allant du jazz dixieland au funk en passant par le jazz 60’s, la musique des caraïbes comme le calypso et des références revendiquées aux grands compositeurs du cinéma italien comme Armando Trovajoli, Piero Umiliani ou Roberto Pregadio. Voilà pour les présentations, voyons pour le disque ! (suite…)

Page suivante »