Rude Boy Train

RUDE RICH & THE HIGH NOTES – The Soul In Ska – Grover Records

Afficher l'image d'origineUN PEU D’HISTOIRE : L’aventure RUDE RICH & THE HIGH NOTES ne date pas d’hier et le combo des Pays-Bas est assurément l’une des plus fines gâchettes européennes. Formé en 1998, le groupe sort l’année suivante son premier album, « The Right Track », sur Boombax Music et en 2001, c’est Grover Reocrds qui l’accueille pour la sortie d’un disque très remarqué: « Change The Mood », avec un featuring de Rico Rodriguez.

Mais The High Notes, c’est aussi un backing-band, qui accompagne notamment le grand Derrick Morgan en 2003 sur « Derrick Morgan Meet The High Notes Live ».  L’année suivante est publié « Soul Stomp, le troisième opus toujours sur la belle maison allemande, et il se passera huit ans avant que la sortie de « Tribute To The Greats », qui comme son nom l’indique reprend des titres de Slim Smith, Desmond Dekker ou Gregory Isaacs. (suite…)

THE PHANTOMS – Their Legendary 4th – Soul Stepper Records

Afficher l'image d'origineUN PEU D’HISTOIRE : Bon, on est tous d’accord pour dire qu’Oslo, c’est pas le bout du monde… Pourtant, si l’évolution du net  n’était pas passée par là, avec ses nouveaux moyens de com’ et de distribution musicale, nous ne serions surement pas encore au courant de la sortie de cet album des Phantoms.

Ils existent pourtant depuis 1996, ont sortis un 45t nommé « Phantoms Are Go ! » en 1998,  Un EP, « At Silvertone Studios en 1999, un live « Oslo By Night » en 2006 qui précèdent leur premier véritable album, « Phantoms Physics » sorti en 2011 et qui n’avait malheureusement pas passé nos frontières, tout excellent qu’il était… La tendance est ska 60’s, mais avec des arrangements musclés souvent sur le fil du  two-tone. Pourtant, à l’exception de leur guitariste, ex-No Torso, groupe plutôt Ska-Punk, les autres zicos, loins d’être des perdreaux de l’année, sont tous issus de formations jazz, souvent renommées… Avec leur basse bien lourde, leurs  cuivres aiguisés, les Phantoms viennent secouer les popotins avec ce « Their Legendary 4th » sorti cet été chez Soul Stepper Records. (suite…)

SKAFERLATINE – Séries Noires Pour Nuits Blanches – Schnitz Prod

Skaferlatine @ Estivales - Flers, FranceUN PEU D’HISTOIRE : C’est en 1990 que démarre l’aventure SKAFERLATINE à Metz, à une époque où les groupes de ska en France se comptent sur les doigts d’un main. Le groupe écume les scènes de Lorraine et va très rapidement jouer en Allemagne toute proche. Le line-up change puis se stabilise autour de huit membres dont deux choristes qui donneront un style très particulier au groupe, notamment en concert. Skaferlatine ouvre pour des tas de pointures, Busters, Toasters, Special Beat, Selecter… et publie son premier album autoproduit, « En Piste », en 1993, avec un certain Spirou (Molodoi) à la prod.

Après un changement de chanteur-guitariste (Laurent s’en va, remplacé par Piero, auparavant au clavier), Skaferlatine publie en 1995 un second album, « En chantier », toujours autoproduit et tourne dans toute l’Europe de l’Est.

Le troisième opus, « Basta Basta », sort en 1997, avant quelques changements de chanteurs qui vont un peu déstabiliser les dernières années du groupe. Car en 2000 c’est décidé, le combo de dix ans d’âge met un terme à sa carrière avec deux concerts blindés à Metz et une compilation, « 1990-2000… 10 ans de Skaf… », sortie uniquement en vinyle sur NOCO. (suite…)

CE QUE L’ON A OUBLIE DE VOUS DIRE AVANT LES VACANCES…

Voilà, les vacances, c’est fini, et tout le monde se remet  peu à peu au turbin. Et comme c’est la reprise aussi chez Rude Boy Train, on vous propose de faire un petit tour d’horizon ce dont on aurait pu, ou aurait dû, vous parler avant cette pause estivale…

the-autocratics-fall-of-the-wall-epLe  chouette EP « Fall Of The Wall » de The Autocratics : Il y a bien longtemps, RBT vous avait parlé de ces Japonnais qui démarraient leur carrière dans  un style plutôt two-tone… Depuis le groupe de Tokyo a changé de voie et fait beaucoup de chemin : ne jouant quasi exclusivement que de l’Early à la mode Aggro, ils ont pris une belle place sur la scène Nippone, pris sous les ailes du fameux label Ska In The World… Les six titres de ce « Fall Of The Wall » sont plutôt réussis, avec un son puissant et bien rêche, et des bonnes compos à l’image de ce « Beer Boy » aux chœurs bien foutus. Mais, car il y a un mais,  certains titres vous laisseront un goût de déjà entendu, comme ce « Upset The Stupid Stereotype » un peu trop proche d’un « Hot Stop »  des Aggrolites,  ou « Western Bloc Girl »  et sa rythmique pompée sur le « John Jones » de Rudy Mills. Malgré cela, avec sa version Reggae du  «Latin Goes Ska » excellente, l’ensemble attire la sympathie. (suite…)

THE CROMBIES – Dance Crazee – Jump Up Records

UN PEU D’HISTOIRETHE CROMBIES, c’est un combo américain originaire de Chicago amateur de son two tone créé en 2010 autour de musicos qu’on a déjà pu apercevoir chez des pointures locales comme les trop rares Deal’s Gone Bad ou Lord Mike et ses Dirty Calypsonians.

The Crombies envoie dès 2011 un 45 tours chez Jump Up Records, le label du coin qu’on ne présente plus, avec dessus une reprise de « Blood and Fire » de Niney The Observer, et « Mad At The World », empruntée à Deal’s Gone Bad.  Les reprises, The Crombies aime ça, puisqu’en 2013 il sort un split 45 tours avec Green Room Rockers sur lequel il reprend « English Civil War » du Clash pour Jump Up Records, puis pour la fameuse compile espagnole « The Clash Goes Jamaican » de Golden Singles Records.

« Dance Crazee », leur premier album, est sorti au printemps 2016 chez qui ? Chez Jump Up Records, forcément. (suite…)

SOUL RADICS – Radication – Grover Records

UN PEU D’HISTOIRE : SOUL RADICS, c’est le groupe de Nashville emmené depuis 2011 par la charismatique Dani accompagnée de musiciens du cru qui aiment le ska, le rocksteady et le reggae.

Un premier album, « Down To The Hall », sort en 2012 sur Jump Up Records, puis un second opus est édité en 2015 sur Grover (« Big Shot »). En comme les Soul Radics aiment voyager, ils viennent montrer l’étendue de leur talent lors de tournées européennes (surtout en Allemagne encore récemment).

Et 2016, c’est pas tout à fait un nouvel album qui voit le jour mais un maxi Ep chez Grover, « Radication », avec notamment une très belle édition en vinyle de couleur + CD dans un impeccable format 10′. (suite…)

THE STEADY 45′S – Greenleaf Special – Unstrictly Roots

Steady 45s - Greenleaf Special - Front Cover

UN PEU D’HISTOIRE : Le moins que l’on puisse dire, c’est que la scène ska/rocksteady californienne tient le haut du pavé ces derniers temps. Entre Jr Thomas, les pointures du Western Standard Time, The Lions, le Chris Murray Combo ou bien encore les sorties d’Angel City Records, Delirians en tête, rien à jeter ces derniers mois qui ne sorte de la côte ouest des US.

Et ce n’est pas encore avec ces Steady 45’s, jusqu’alors pourtant plutôt discrets, que cela va changer!

On vous parlait ici dès 2013 de ces six zicos, adorateurs de ska et de rocksteady, qui sortaient leur premier single sur l’incontournable label Steady Beat Recordings, avec deux titres prometteurs. Ils sillonnent alors la côte ouest pour tout un tas de dates où ils partagent l’affiche avec tout ce qui se fait de mieux dans le genre, et surtout avec leurs camarades de studio des Delirians, dont ils partagent la section cuivres, mais aussi parfois d’autres musiciens, comme le bassiste Eric Mauries, vu par chez nous sur l’excellente tournée de l’Angel City Revue. (suite…)

THE INTERRUPTERS – Say It Out Loud – Hellcat Records

UN PEU D’HISTOIRE : La première fois que j’ai entendu parler de THE INTERRUPTERS, c’était à l’occasion des reprises de Tim Armstrong sous le sobriquet de Tim Timebomb and Friends. The Interrupters, c’est un quatuor ska-punk de Los Angeles formé en 2012, avec dedans les trois frangins Bivona à la gratte, à la basse et à la batterie, et avec la charismatique Aimee Allen au chant. Le combo s’est fait rapidement connaître et nous avait fait plaisir avec sa reprise de « Treat The Youth Right » de Jimmy Cliff et avec quelques singles bien envoyés, avant de pondre un premier album en 2014 en version vinyle+CD sur Hellcat Records, le super label US plus si super que ça.

Le groupe est venu dans nos contrées l’année dernière, en première partie de Bad Religion notamment, et il revient cette année en forme, et avec un second album, « Say It Out Loud », sorti seulement un an et demi après le précédent, toujours sur le label au chat de l’enfer. Et avec un producteur nommé Tim Armstrong, comme par hasard (suite…)

CALYPSO ROSE – Far From Home – Because Music/Stonetree

R-8609607-1465062976-7071.jpegUN PEU D’HISTOIRE : CALYPSO ROSE, de son vrai nom Linda McArtha Monica Sandy-Lewis, est née il y a 76 ans sur l’archipel de Trinidad et Tobago. A 15 ans, elle commence sa carrière de chanteuse de calypso  sous le nom de Crusoe Kid, mais elle sera rebaptisée Calypso Rose par Mighty Spoiler. Au même moment, elle compose son premier morceau,   »Glass Thief ». En 1956, Harry Belafonte cartonne avec son album « Calypso », et Calypso Rose fait une apparition en 57 dans son film « Island in The Sun ».

Calypso Rose commence à voyager en dehors de Trinidad et Tobago à partir de 1963, alors que le ska s’est s’imposé. En 1967, elle accompagne sur scène Bob Marley et ses Wailers au Grand Ballroom de New-York, ville où elle est installée depuis le début des années 80.

Après plus de cinquante ans de carrière, Calypso Rose vient de sortir sur Because Music « Far From Home », son vingtième album, co-produit par Manu Chao. (suite…)

THE TIBBS – Takin’ Over – Record Kicks

Takin' Over cover art

UN PEU D’HISTOIRE : THE TIBBS, c’est un groupe formé en 2012 autour d’Elsa Bekman, la chanteuse, parfaitement entourée par une guitare, une basse, une batterie, un orgue Hammond, deux sax et une trompette. Ils aiment la soul façon northern, avec de l’énergie et un sens du hit que n’aurait pas renié The Inciters.

En 2014, le groupe avait publié « Cleaned Out », un mini album de huit titres (que vous pouvez écouter ici), et c’était déjà très bien.

Le 1er avril dernier, The Tibbs avait publié un 45 tours chez Records Kicks, qui est à l’Italie et à la soul ce que Liquidator est à l’Espagne et au rocksteady. Et ce 45 tours n’était qu’un avant-goût de « Takin’ Over », un premier album fraîchement édité par la belle maison italienne.

LE DISQUE : Bonne année pour Record Kick, puisqu’après le très bon album de Marta Ren & The Groovelvets, le label italien nous sort un nouvel opus gorgé de northern soul, « Takin’ Over », par THE TIBBS, un groupe qui fait plaisir à entendre. (suite…)

Page suivante »