Rude Boy Train

AKATZ – Vuelta Y Vuelta – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : AKATZ, c’est un groupe du Pays Basque, de Bilbao plus précisément. Et comme vous le savez, le Pays Basque est en Espagne (enfin en grande partie).

Depuis deux décennies, Akatz a sorti pas mal de disques, des albums et des Ep, d’abord en autoproduction, puis au cours des années 2000 sur Brixton Records, le label d’Euzkadi spécialisé dans la bonne musique d’inspiration jamaïcaine malheureusement pas aussi productive que Liquidator. Début 2013, le groupe fêtait ses vingts ans et il en profitait pour nous servir sur un plateau d’argent sa compilation, « 20 años no es nada » (« vingt ans c’est pas rien »), autoproduite, avec pas mal de morceaux inédits issus notamment de leur première partie de carrière. (suite…)

THE SELECTER – Subculture – DMF Records

UN PEU D’HISTOIRE : THE SELECTER, c’est l’un des groupes phare de l’ère two tone (depuis 1977)  originaire de Conventry qu’on ne présente plus. Pas mal de formations différentes, la première, puis celle de la reformation avec Pauline Black et Neol Davis, puis la troisième sans Neol Davis, puis les autres, souvent avec Nich Welsh et Martin Stewart, puis la nouvelle il y a quelques années avec des cuivres et le retour de Gaps Hendrickson…

Et puis vint « The String Theory », le précédent album sorti en 2013, pas mal pour un groupe de vieux, et une belle brochette de concerts la même année, notamment aux USA  (Coachella) où ils sont encore nombreux à vouer un culte à Pauline Black (Gwen Stefani par exemple).

La discographie du groupe est assez pléthorique, mais disons que si on enlève les disques de reprises, les compiles et les live, « Subculture » doit être le dixième album de The Selecter. (suite…)

THE BEATDOWN – The Beatdown Meets Hugo Mudie – Stomp Records

The Beatdown Meets Hugo Mudie cover art

UN PEU D’HISTOIRE : C’est donc qui côté de Montréal, Québec, que démarre l’aventure THE BEATDOWN début 2009. Alex et Pascal, membres des excellents One Night Band, montent un nouveau quatuor musicalement quasi jumeau.

Un premier album sort sur Stomp Records en 2010, suivi par « Walkin Proud’ », second opus en 2012. Début 2014, c’est un Ep quatre titres, « Let’s Go », qui est édité, cette fois chez les Espagnols de Liquidator Music.

En 2015, le groupe décide de reprendre le chemin des studios, mais pour changer un peu de son, il invite HUGO MUDIE (ancien chanteur de The Sainte Catherines et de Yesterday’s Ring), à venir tenir la gratte et pousser la chansonnette avec sa voix un peu rauque, un peu rock. (suite…)

Monkey – Bananarchy – Asian Man Records

banana_originalUN PEU D’HISTOIRE : Vous connaissez sûrement Monkey si vous suivez le ska US depuis plusieurs années, ce groupe créé en 1995 par Curtis Meacham et Kevin Miller nous vient de la baie de San Francisco et plus précisément d’une ville appelée San Jose.

En 1997, le groupe autoproduit son premier CD, ¡Changito!, résolument orienté vers un son ska 60s à forte consonance sud américaine, un excellent album que nous vous conseillons d’acquérir si vous êtes passé à côté. Malgré de multiples changement de musiciens, le groupe continue de tourner avec comme axe principal les deux membres fondateurs. Monkey remporte un Bay Area Music Award en 1999 mais en 2001, Kevin Miller quitte le groupe laissant seul aux commandes Curtis Meacham qui passe à l’occasion du clavier à la guitare tout en continuant le chant. (suite…)

Nancy Ska Jazz Orchestra – Anachronisme – Autoprod

nsjoUN PEU D’HISTOIRE : Le NANCY SKA JAZZ ORCHESTRA, qui s’appelait jusqu’à il y a peu Nancy Skankin’ Jazz Orchestra, s’est formé dans la cité des Ducs de Lorraine (Nancy quoi) il y a un peu plus de deux ans autour de quinze musiciens, dont des membres de la Casa Bancale (le noyau dur du NSJO), des actuels ou ex-Skaferlatine et autres Magic Dub Skatalogg Allstars.

Rapidement, le groupe met en écoute quelques morceaux démo ou live ici ou là, et on comprend qu’on tient là notre big-bang band ska-jazz français de qualité dans les lignée de l’OBMJ ou du Melbourne Ska Orchestra.

Le groupe donne des concerts dans la région et un peu au delà, et fin 2014 il lance une souscription pour la sortie de son premier album, « Anachronisme », qui sort en Cd en juin 2015 puis en vinyle en août. (suite…)

SKAPITAL SOUND – SKAPITAL SOUND – AUTOPROD

UN PEU D’HISTOIRE : Skapital Sound, c’est tout neuf, et c’est l’exemple parfait pour démontrer que le ska a encore de beaux jours devant lui un peu partout dans ce beau monde…

On est donc ici a Monterrey, au Mexique et en creusant un peu parmi les maigres infos disponibles, on est a peine surpris de découvrir derrière ce nom un side-project d’un des membres des incontournables Inspector, soit « Padrino » Arriaga, saxophoniste de son état qui se colle ici aussi au chant sur les titres les plus musclés.

Le groupe né en fin 2014 de la seule ambition de jouer du ska entre amis se retrouve à monter un set à la va-vite pour assurer la première partie des Toasters qui passent dans le coin… Leurs reprises des Wailers, Dragonaires, Prince Buster et autres Skatalites ont tellement de succès qu’ils décident de composer ensemble. Ils sortent donc en téléchargement gratos ce mini-album le mois dernier… (suite…)

Spred The Dub – Coming Home Drunk – Citrus Records

Ça Coming Home Drunk cover artUN PEU D’HISTOIRE :En Floride, il y a des oranges, des alligators, des nichons, des biceps, des parcs d’attractions et des vieux Cubains qui jouent aux dominos. Oui mais en Floride, il y a aussi du ska. On le savait depuis longtemps avec Less Than Jake, les ska-punkers de Gainesville, et ça se confirme avec Citrus Records, le label de Tampa (sur la côté ouest) dont on vous a déjà parlé dans les colonnes de RBT.

Le label est forme d’agrume se pointe maintenant avec un groupe dont personnellement je n’avais jamais entendu parler, et qui m’a l’air de vraiment pas mal se démerder : SPRED THE DUB. D’abord je vous rassure si vous n’êtes pas fans des expérimentation de Lee Scratch Perry, il s’agit bien de ska, de rocksteady et de reggae, et pas de dub.

Après un album autoproduit en 2012, le groupe formé en 2007 sort un second opus en 2015. Vous comprenez ? Non ? Pas grave, lisez plutôt… (suite…)

Soul Radics – Big Shot – Grover Records

UN PEU D’HISTOIRE : SOUL RADICS est un groupe de Nashville, qui n’aime pas la country ni le blues, mais plutôt le ska, le rocksteady et le reggae.

Fin 2012, le septet emmené par la charmante Dani avait sorti son premier opus, « Down To The Hall » (Jump Up records), et on vous disait dernièrement que la fine équipe s’était acoquinée avec Monty « Neysmith » Montgomery, l’autre Symarip, pour sortir un 45 tours, toujours chez Jump Up ! Records.

C’est maintenant un second album que nous livre le groupe, « Big Shot », sorti tout récemment chez Grover Records, parce qu’en Europe aussi on est bien, et parce que le combo était en tournée dans le coin il y a encore peu de temps. (suite…)

MADDY CARTY – Come and get it – Right Recordings/Red Star Music

UN PEU D’HISTOIRE : MADDY CARTY est une jeune chanteuse anglaise née il n’y a pas si longtemps dans le sud de Londres. Elle a étudié à la célèbre BRIT School de Croydon, dans la même promo que Jessie J et Adele. Elle part ensuite à Leeds où elle intègre le Leeds College of Music, puis revient à Londres pour travailler sur son premier album.

En 2013, elle publie un premier 45 tours, « Get It Right », sur Red Star Music, et elle le réédite en cd et le propose en téléchargement quelques mois plus tard. Le morceau sera proposé ensuite dans plusieurs versions différentes. Le single « Endlessly » sort début 2014. Maddy Carty joue au London International Ska Festival et accompagne Madness sur son House Of Fun Weekender.

Il faudra attendre le 29 mars 2015 pour voir publier sur Right Recordings/Red Star « Come and Get It », son premier album dont on vous cause ici… (suite…)

Trambeat – Tales From The Comprehensives – Firestation Records/Sunday Soul

Tales from the Comprehensives cover art

UN PEU D’HISTOIRE : Sud de Londres, 2012. TRAMBEAT se forme autour de quatre chanteuses qui ne sont pourtant pas toujours sur scène en même temps : Percita, Lucy, Lisa et Kim.

Trambeat aime la soul en version northern et ne rechigne pas à laisser ici où là un ou deux petits sons d’obédience jamaïcaine. Les influences viennent de Motown, de Stax, d’Atlantic, mais aussi parfois de Trojan ou de Studio One.

Un Ep quatre titres, « Walk A Mile », sort en 2013, suivi un an plus tard par un deuxième, « The City On Fire », tous deux disponibles uniquement en téléchargement. Par contre, un 45 tours comprenant « Too Good For You » et « Walk In My Shoes » est sorti en 2013 sur Firestation Records/Sunday Soul Recordings. (suite…)

Page suivante »