Rude Boy Train

New York Ska-Jazz Ensemble – Free As A Bird Ep – Ska-Jazz Productions/Mésdemil

UN PEU D’HISTOIRE: C’est en 1994 que se crée le NEW YORK SKA JAZZ-ENSEMBLE, au départ comme side-project de trois membres des Toasters: Rick Faulkner au trombone, Johnathan McCain à la batterie, et Fred Reiter au sax. A cette époque, The Toasters est un groupe très en vue, et le label Moon Records est l’un des plus prolifiques. Le NYSJE va donc profiter de ces quelques avantages pour se faite très rapidement connaître un peu partout dans le monde.

Le crédo du combo est simple : Prendre du ska, du rocksteady ou du reggae bien dansant et les mélanger à des sonorités jazz. Le groupe reprendra d’ailleurs un tas de standards de tous les genres, de « Harlem Nocturne » à « Take 5″ en passant par « Love & Affection », « Haïtian Fight Song » ou « Skalloween ». (suite…)

The Transilvanians – Echo, Vibes & Fire – Liquidator Music

Echo, Vibes & Fire cover artUN PEU D’HISTOIRE: Ça faut désormais dix ans que THE TRANSILVANIANS s’est formé à Vigo en Galice. Un album au compteur (le très bon « Vampire Lover« ), mais aussi quelques Ep, notamment avec Roy Ellis (Mr Symarip) que le combo a pris l’habitude de backer pour ses concerts dans la péninsule, et bien sûr « Kings Of Catacomb Reggay » en 2013.

Récemment, les Transilvanians étaient même de passage en France pour promouvoir leur excellent « horror reggae ».

Mais leur actu de moment, c’est la sortie de leur deuxième album, « Echo, Vibes & Fire » sur Liquidator Music. Au programme, douze morceaux dont leur reprise du Clash, le tout enregistré au Garageland Studio et mixé par Roberto Sanchez au Lone Ark Studio. Le tout est disponible en CD et en vinyle du côté de Liquidator(suite…)

Santiago Downbeat – Sonido Trascendental – La Makinita

UN PEU D’HISTOIRE: SANTIAGO DOWNBEAT, c’est depuis 2008 le très bon groupe ska-jazz originaire de la capitale du Chili dont on vous parle beaucoup la sortie fin 2012 de leur très recommandable premier album éponyme.

Ça faisait un moment que le big-band, ayant obtenu une subvention, était en quête de dates en Europe, et après quelques galères et surtout pas mal de persévérance, le voilà qui débarque dans quelques jour pour une série de concerts en France, en Belgique, en Pologne, au Danemark, en République Tchèque et en Allemagne. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Santiago Downbeat se pointe avec sous le bras un Ep tout nouveau, tout beau, tout chaud.

Quant au premier album, il va être réédité par la Makinita, et sera disponible chez nos amis de Jamaican Jazz Records et de Liquidator Music (qui a déjà quelques copies dans son catalogue). (suite…)

The Circle City Deacons – Welcome Home – Autoprod

Welcome Home cover artUN PEU D’HISTOIRE : Les Circle City Deacons, vous connaissez forcément puisse l’on vous en parlait dès 2012 lors d’une chronique  d’un premier album prometteur nommé « Right With Time »… Malheureusement, on ne peut pas dire que ces amateurs de rocksteady et de ska teintés de soul aient particulièrement fait parler d’eux depuis cette sortie, se contentant de quelques concerts plutôt locaux suivis de plus d’un an de quasi silence radio.

Mais ce groupe d’Indianapolis,  dont le leader et clavier Craig Gorsline participe activement aux Fast Four qui accompagnent Sammy Kay  en tournée, semble tenace et nous ressort cette année une nouvelle galette : « Welcome Home », si l’on peut parler de galette pour une sortie pour l’instant 100% numérique…  (suite…)

Dr Ring Ding – Gwaan/March Forth – Flat Daddy Records

UN PEU D’HISTOIRELa dernière fois qu’on vous avait parlé de DR RING DING, c’était pour ses featurings du moment, notamment avec les Coréens de Kingston Rudieska, et avec la grand (petit) Italien Roy Paci. Mais la dernière vraie livraison discographique du Docteur, c’était l’Ep « Kalypso Time » en 2013, et côté album, c’était l’excellent « Piping Hot » avec Dr Ring Ding Ska-Vaganza (ses potes du Freedom Street Band) fin 2012.

Là, il revient avec  un double album, « Gwann/March Forth », sur Flat Daddy Records, la subdivision de Pork Pie qui s’occupe des groupes pas tout à fait ska, accompagné avec style par le Sharp Axe Band. (suite…)

LE GRAND MIERCOLES – GHOST COWBOYS – LIQUIDATOR MUSIC/GOLDEN SINGLES

Ghost Cowboys cover artUN PEU D’HISTOIREC’est encore en Espagne que débute cette histoire. LE GRAND MIERCOLES, aussi appelé El Gran Miercoles, est un quatuor de Valence amateur de sons jamaïcains et de surf music purement américaine (le nom vient d’un film américain des 70′s avec Jan Michael-Vincent, le gars de Supercopter). Le mélange est audacieux et les quatre musiciens, Dr Jau (le fameux) à la gratte, Don Ignatus à la basse et à la guitare, Fabiani à la batterie (mais aussi à la basse et à la gratte), et Sputnik à la batterie, aux percus, à l’harmonica et à la six cordes, ont déjà bourlingué au sein de The Malarians ou de The Peanut Vendors lorsqu’ils forment leur nouveau combo à la fin des années 2000.

En 2011, ils balancent leur premier (mini) album), le bien nommé « This Is Surf-Steady », sur Golden Singles Records, le label du Dr Jau. Le vinyle limité à 500 exemplaires numérotés à la main contient plusieurs reprises, notamment le « Freedom Sound » des Skatalites rebaptisé ici « Freedom Surf ». (suite…)

Mento Buru – A Bailar Con Mento Buru – Steady Beat Recordings – 7′

UN PEU D’HISTOIRE : Mento Buru s’est formé en 1991  sous le nom Triple R Sounds -Roots Rock Reggae jouant principalement des reggae classiques. Le groupe change rapidement son nom pour Mento Buru à l’instigation du premier chanteur de 91 à 92, Bob Dunn, qui quitte le groupe en 1993 suite à un déménagement (Il est malheureusement décédé depuis). Bob s’inspire d’un livre qu’il posséde sur la culture jamaïcaine pour trouver le nom à partir du Mento et du Buru et, comme il est le leader, les musiciens le laisse prendre toutes les décisions.

Le groupe participe à son premier festival reggae à Bakersfield, Californie en 1993. Après le déménagement de Bob Dunn, c’est Matt Munoz, jusque là saxophoniste, qui reprend le chant et Mento Buru évolue vers un ska hautement énergique. Le groupe navigue entre différents styles (latin, ska, funk..) mais décide de conserver le nom : ils sont et resteront Mento Buru!

Le groupe voyage alors pas mal et partage l’affiche de groupe aussi prestigieux que Hepcat, Let’s Go Bowling, Skankin’ Pickle, No Doubt, The English Beat, The Specials, Fishbone, ou dans un autre registre Poncho Sanchez, Pete Escovedo et Ozomatli.

(suite…)

The Tempranos – Tempranos – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE: Encore un groupe Sud Américain ! Sauf que cette fois, il ne vient pas d’Argentine, mais d’Asuncion au Paraguay. C’est en 2008 qu se crée THE TEMPRANOS, le combo amateur de skinhead reggae et de rocksteady  autour d’un poignée de musiciens qui seront bientôt au nombre de sept, et qui au départ jouent surtout des reprises et qui citent dans leur influences majeures tous les anciens de la scène jamaïcaine, de Derrick Morgan à Byron Lee en passant par Desmond Dekker, Alton Ellis ou Prince Buster.

En 2012, le groupe soit un premier Ep, « Boss Sound », singeant allègrement Lynn Taitt, et la suite, « Horror Ep », est publiée en 2013 à l’occasion d’Halloween en autoproduction. Le groupe est bel et bien parti et le premier album, éponyme, sort au printemps 2014. (suite…)

Jackie Mendez – Introducing… – Angel City Records

fd3d52_9cf86bca0138f001d14059d3b985bc5d.jpg_srz_p_251_251_75_22_0.50_1.20_0.00

UN PEU D’HISTOIRE: Jackie Mendez est née et a grandi dans une petite ville du sud de la Californie appelée South El Monte. Ses premiers pas dans la musique s’effectuent dans un orchestre d’école à la clarinette. A douze ans, Jackie se met à jouer de la guitare et à chanter sur les encouragements de son père. Par la suite, elle s’essaie à différents styles de musique allant du punk au ska au sein de différents groupes. C’est en raison du départ de plusieurs musiciens de son premier groupe qu’elle se met à chanter et jouer de la guitare.

Sa première rencontre avec le ska s’effectue au collège avec bien évidemment avec des groupes 3rd wave mais s’ensuit le parcours classique de découverte des racines avec le Two Tone, puis les prestigieux labels tels Trojan ou Studio 1 et des artistes comme Phyllis Dillon, Alton Ellis ou les Skatalites. Et c’est vers ce style jamaïcain plus traditionnel qu’elle se retrouve vraiment, même à l’époque où elle jouait des musiques plus « contemporaines », et qu’elle s’épanouit dorénavant.

(suite…)

Blancos Fàciles – Blancos Faciles demo – Autoprod

Blancos Fáciles cover art

UN PEU D’HISTOIRE: C’est vrai, on sait assez peu de choses de BLANCOS FACILES, à part que c’est un groupe de Buenos Aires en Argentine. Encore un vous allez me dire. Mais ce qu’on sait, c’est qu’au sein de Blancos Fàciles, on retrouve cinq musiciens, guitare, deux guitares, basse, batterie, clavier, et celui qui s’occupe du clavier justement, il est possible que vous le connaissiez.

Il s’agit de Daniel Flores, qu’on a connu du coté de Satelite Kingston et qui a publié en 2011 un album sur Liquidator Music avec son autre groupe, The Rumba Box (« Todo Hombre Es Una Isla »). Rumba Box qu’on retrouve aussi sur la compile « Clash Goes Jamaican », avec l’excellentissime reprise de « Lost In The Supermarket » de la bande à Strummer, qui est n’en pas douter l’un des morceaux les plus forts de ce bien beau double album.

Le gars n’est donc pas manchot, et ça se sent tout de suite avec Blancos Fàciles, un combo tout jeune  (moins d’un an) qui vient pile poil de publier sa première démo. (suite…)

Page suivante »