Rude Boy Train

ALPHEUS – The Victory – Liquidator Music

The VictoryUN PEU D’HISTOIRELe premier album d’ALPHEUS, le plus espagnols des chanteurs anglo-jamaïcains, est sorti il y a plus de 20 ans (« Quality Time », enregistré en 99 à Studio One, on n’est pas là pour rigoler).

Fidèle à l’Espagne depuis le milieu des années 2000, et à Liquidator Music depuis 2014 (le très recommandable « Good Previals »), voici donc venu le sixième opus, « The Victory », avec une fois de plus Roberto Sanchez à la production et son groupe, la Lone Ark Riddim Force en accompagnement de toute première bourre.

LE DISQUE: Ben mazette, le Alpheus d’avant était déjà balèze, et celui-là monte à mon avis encore le niveau d’un cran. (suite…)

JIM MURPLE MEMORIAL – 4 – Maaula Records

UN PEU D’HISTOIRE : Un dixième album pour le Jim Murple Memorial, C’est un sacré évènement ! Les Frenchies capables de se frotter aux tous meilleurs de la scène mondiale ne sont pas légion, alors, quand le combo de Montreuil, fondé en 1996 annonce du neuf, on dresse l’oreille, forcément.

Depuis « Rythm’n’Blues Jamaïcain », qui définit jusqu’à dans son titre les orientations du groupe, sorti en 1998, le groupe nous balance sans faiblir du pur son caribéen, avec cette recherche permanente de la compo qui tue, de l’adaptation originale et des arrangements vintages qui vous emmènent direct dans les sixties.

Alors forcément, depuis bientôt vingt ans, les aléas, parfois tragiques, on pense au décès de Fabrice Lombardo, formidable contrebassiste, ont bouleversé souvent le line-up, mais sans jamais faire varier d’un iota la qualité de la marchandise proposée. Romain Dallaine, maintenant derrières les fûts assure la survivance de l’esprit Murple, et même le départ de Nanou, la chanteuse emblématique, remplacée sans le moindre hoquet par sa propre fille Célia il y a quelques années, rien ne saurait y faire, les Jim Murple continuent d’album en album de forger une œuvre incroyablement puissante !

Alors, près de trois ans après « Stella Nova », toujours au top ?

LE DISQUE : Avec des groupes du niveau de Jim Murple, on a toujours un petit un brin d’appréhension quand on aborde l’écoute d’un nouvel opus… Parce qu’on a toujours peur de la déception, du truc raté, de l’inspiration disparue. (suite…)

KALLES KAVIAR – PROBABLY THE NEXT BIG THING – BAG-A-BOO RECORDS

UN PEU D’HISTOIRE : S’il y a bien quelques groupes un peu trop discrets en Europe, eh bien ces Suisses de Kalles Kaviar en font partie.

Pour vous dire, il a fallu un 45t assez fameux, sorti en 2016, à l’occasion de leurs 20 ans pour qu’enfin Rude Boy Train leur accorde quelques lignes… Pourtant, depuis 1996, ils font preuve d’une certaine tenacité à sortir, en moyenne tous les trois ans, des albums clairement bien foutus, et suffisamment travaillés pour mériter bien plus d’attention… Leur relatif manque d’exposition en dehors de leurs frontières, malgré une bonne réputation outre Rhin et quelques bonnes dates parfois en France les prive d’une bien meilleure audience.

Et puis paf ! Les revoilà donc, les gars de Bâle, en ce mois de mars si particulier, avec leur 7eme album sous le bras, nommé « Probably The Next Big Thing ». Alors confinement ou pas, ce coup-ci, pas question de laisser ça sous silence. (suite…)

T-KILLAS – Awareness – Grover Records/Fire and Flames Music

UN PEU D’HISTOIREIl aura fallu six ans pour voir enfin arriver le deuxième album de T-KILLAS,  groupe d’Aschaffenburg, dans la région de Francfort.

Le premier opus, « It’s Up To You », était sorti chez Rocking Records (plus très actif de nos jours), et le label français Casual Records avait publié l’ep « Kicking the Pressure » en 2017, en partenariat avec Grover Records et Fire & Flames.

Retour du vinyle oblige, la nouvelle livraison de la fine équipe ne comporte que dix morceaux, mais si la qualité est là… (suite…)

TWO TONE CLUB – One (réédition) – Productions Impossible Records

UN PEU D’HISTOIRE: Le premier album du TWO TONE CLUB, sorti il y a 18 ans avec sa vilaine pochette sur Big 8 Records, était épuisé depuis une dizaine d’année.

Productions Impossible Records a eu la bonne idée de le rééditer dans une version remixée et remasterisée au studio Indie Ear par Jean-Loose, avec pour artwork cette fois une simple photo du Chef et de Linton, probablement tirée de la même série que celle du 45 tours « Where’re Going… » de 2001.

LE DISQUELe répertoire du Two Tone Club, on le connait par cœur à force d’avoir vu la fine équipe en concert. Et là, en dix titres, le groupe de Montbéliard remettait au début du millénaire, le vrai ska au milieu du village, à une époque où en France on n’avait d’yeux que pour la scène festive et pour les troubadours en sarouel. (suite…)

LOS TRES PUNTOS – EL DORADO – La Onda Records

UN PEU D’HISTOIRE : Ca fait déjà 25 ans que Los Tres Puntos traîne ses guêtres sur les scènes de France et de Navarre avec leur ska-punk fiévreux aux textes engagés et rageurs.

Peut-être un peu trop punk dans l’âme pour certains, sûrement trop vite assimilés à la scène « festive » des années 2000 avec ce chant parfois en Espagnol, les Los Tres restent un des groupes incontournables de notre scène Française, définitivement ska, aujourd’hui bien trop étriquée.

On vous passera les multiples changements de line-up innérants à 25 ans de route quasi-incessante,  incroyablement bien détaillés dans l’histo de leur page… On soulignera quand même le boulot titanesque d’un groupe autoproduit depuis la première heure, véritable exemple de fonctionnement « Do It Yourself » de haut niveau. C’est encore plus remarquable de voir que Max et Pawal sont encore bien là, et qu’après avoir fait le tour de l’Europe et bien plus, ils sont toujours forts bien épaulés par six autres zicos avec  toujours la même énorme envie d’en découdre.

Ils sortent avec cet « El Dorado » leur 5eme album studio, et pas des moindres ! (suite…)

THE UPPERTONES – Easy Snapping – Jump Up ! Records

UN PEU D’HISTOIRECe qu’on avait pris au départ pour un side-project de Mr T-Bone, célèbre tromboniste italien qui officiait il y a quelques années dans Mr T-Bone and The Young Lions, The Bluebeaters ou de The Sabaudians, est en fait rapidement devenu son groupe principal. Délaissant les Bluebeaters (sa formation la plus récente), le gaillard s’était entouré de Count Ferdi à la batterie et Peter Truffa au piano (un américain qu’on a souvent vu du côté du New York Ska Jazz Ensemble), pendant qu’il officiait lui même au chant et au trombone.

Après deux albums, « Closer To The Bone » en 2015 et « Up Up Up ! » en 2017, le trio revient avec son boogie jamaïcain et cette fois Phil Cuomo au piano pour un « Easy Snapping » toujours autant tourné vers le passé…

LE DISQUE10 titres, pas un de plus pour ce nouvel opus du trio turinois légèrement remanié. 10 titres, et presque autant de reprises, mais toujours largement revisitées à la sauce Uppertones. (suite…)

JOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION – Trouble – Pork Pie Recrods

UN PEU D’HISTOIRECologne est définitivement un ville où ça bouge côté ska, rocksteady, reggae. Masons Arms, The Clerks, l’exemplaire Freedom Sounds Festival…

Et donc depuis quelques année avec le quatuor JOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION qui avait mis tout le monde d’accord il y a trois ans avec son premier opus « No Bam Bam ».

Ça continue cette année avec un « Trouble » dans la continuité, toujours chez Pork Pie Records, et ça fait plaisir de voir que depuis toutes ces décennies, ce label majeur de l’histoire du ska n’a toujours pas dit son dernier mot.

LE DISQUE: Comme la dernière fois, l’impression première qui se dégage de cet album de Johnny Reggae est la variété. Variété dans le bon sens du terme : du reggae, du rocksteady, du ska, de la lenteur, de la vitesse, des voix masculines et de voix féminines. Ici, il y en a pour tous les goûts. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit d’un fourre tout sans saveur, sans colonne vertébrale et sans particularités. Car des particularités il y en a la pelle (la variété des titres donc), et même avec un bandeau sur les yeux, on reconnait fastoche la fine équipe teutonne. (suite…)

ORANGE STREET – Ghost Town Rockin’: Tales From the Other Side – Rockin Time Records

UN PEU D’HISTOIRE : Orange Street nous viens de Cergy, terreau fertile pendant la fin des années 90 pour les groupes reggae/ska, et fait partie de ceux qui ont fait les belles heures d’une période faste pour cette musique en France.

Fondé en 1997, ils sortent le déjà excellent « Step In » en 2000 sur Small Axe. Le son est bon et les compos riches et variées… Un EP «Dub Cayenne Sessions » et une grosse rasade de concerts plus tard, les revoilà en 2002 avec « Shakin’ Up » en tous points excellent avec ses  compos flirtantes avec toutes les musiques Jamaïcaines avec classe, du mento au reggae 70’s et un son affirmé.

Le groupe prend aussi de l’envergure sur scène comme en témoignera l’excellent « One Live, One Ska » enregistré un grand soir à l’EMB de Sannois.

Comme beaucoup des groupes de la scène de cette époque, avec la faillite de Small Axe et des salles qui se détournent du style, le milieu des années 2000 sera difficile à passer. Pourtant en 2007, ils montent « Odysée Jamaïque », un beau projet liant concerts expo et conférence autour des 50 ans de la musique de l’île, et enregistrent un double album, « Pirates & Treasures », édité dans un somptueux coffret par Patate Records,   qui survole en 24 titres et avec une belle réussite,  tous les styles riches et variés nés dans le pays, du Nyahbinghi au ragga-dancehall pur et dur. (suite…)

THE OLDIANS – Roots’N’Soul (Nice & Easy) – Liquidator Music

Aucune description de photo disponible.UN PEU D’HISTOIREEt voici donc le septième album de THE OLDIANS, le groupe espagnol amateur de sons feutrés, deux ans après le superbe « We Are Reggae » publié comme à l’accoutumée chez le pote Toni Liquidator.

Mine de rien, le combo de Barcelone aura vingt ans l’année prochaine ! Ça sera peut-être l’occasion de prévoir quelques événements, mais en tout cas cette longévité donne des indices pour comprendre comment ils font pour que ça sonne aussi bien : l’expérience, tout simplement…

LE DISQUE: Alors oui, forcément, l’expérience on la sent dès les premières notes de ce « Roots’N’Soul » qui ne sort pas des sentier battus, et qui rappelle à notre souvenir que The Oldians est un groupe qui a un son reconnaissable entre mille : 33 % reggae, 33 % Rocksteady, 33 % jazz, et 1 % ska. C’est simple, je n’en connais aucun qui fasse la même musique. Des groupes ska-jazz il y en a plein, mais des groupes avec un son aussi feutré, aussi lounge, aussi ouaté, vous pouvez toujours chercher, vous n’en trouverez nulle part (qui a dit « sauf chez la Japonais de Rockin Time » ?). (suite…)

« Page précédentePage suivante »