Rude Boy Train

Les premières références de Badasonic Records

Aucun texte alternatif disponible.BADASONIC RECORDS, c’est forcément LE label dont on va parler dans les mois qui viennent. Un pied à Charleroi en Belgique, l’autre à Bruxelles, vous l’avez compris, y a Nico Leonard (Caroloregians, Moon Invaders, Reggae Workers of The World…) derrière tout ça, accompagné pour l’occasion de son pote Brieuc Labiouse.

Le label qui existe depuis moins d’un an nous annonce d’ores et déjà ses premières références, et attention mesdames-messieurs, ça va envoyer du lourd : d’abord, CAZ GARDINER & THE BADASONICS, le projet de la chanteuse rocksteady/soul de Washinton DC, avec derrière une bonne partie des Carolos. J’ai écouté le premier 45 tours qui sort en avril prochain, et vous vous en doutez, c’est du top niveau ! Et même que le groupe prévoit une tournée cet l’automne pour accompagner son premier album qui sort en septembre. L’attente va être longue… (suite…)

Une campagne Kickstarter pour financer le 4ème album de Georgetown Orbits

Aucun texte alternatif disponible.C’est maintenant une tradition, Les Georgetown Orbits  lancent une campagne Kickstarter pour financer leur 4ème album, comme ils l’avaient fait pour leurs deux derniers opus.

Pour ceux qui ont loupé les épisodes précédents, le groupe s’est formé en 2004 dans la banlieue de Seattle, à Georgetown, d’où le nom du combo qui est également un hommage aux Skatalites. Le groupe s’illustre dans le ska traditionnel et le « soulful reggae » et fait partie, à mon sens, des excellents groupes trop méconnus de la scène US. (suite…)

SUBPRESSURE, le groupe français qui débarque

Si vous ne connaissez pas SUBPRESSURE, il va falloir vous mettre à la page.

Subpressure, c’est un groupe francilien né en 2014, resté jusqu’ici très discret, qui aime le skinhead reggae, le ska et la soul, et qui maîtrise l’accent anglais à peu près comme moi, c’est à dire moyen moins. C’est pas grave, car Subpressure a de la suite dans les idées, et un Ep sorti à la fin de l’année dernière.

Le disque s’intitule « Right Here Right Now », il contient cinq titres tous assez différents les uns des autres, et il est disponible sur bandcamp, en version numérique et en cd autoproduit.

Forcément, c’est perfectible, mais c’est carrément sur la bonne voie avec des compositions pas vilaines et une « Tell Him Back Home » franchement bien balancée, entre reggae et accélérations ska, avec ici pour le coup un anglais mieux maîtrisé. (suite…)

THE DUSTBURDS, le groupe en bakélite qui va vous coller au slip !

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, texteEt ben voilà une fine équipe qui sait que la musique, c’est aussi de l’imagerie, et qu’il n’y a pas de bon disque sans bon artwork.

THE DUSTBURDS, c’est un groupe avec dedans des gaillards (et une gaillarde) issus de pas mal de combo de la scène alternative hexagonale (et un peu suisse) : Les Milliardaires, 65 Mines Street, Demon Vendetta, Mighty Bombs, Jesus Is My Girlfriend, Respublika Von Tastika… 

Musicalement, c’est un mélange de soul, de rhythm’n’blues, de garage et de pop 60’s. Bref, du son pour modernistes avec des chelsea au pieds et des blousons en cuir bien cintrés.

Bonne nouvelle : à peine le groupe nous a-t-il informés de son existence, qu’il nous annonce la sortie le 16 février d’un premier album intitulé « Summer Pleasures », sur Casual Records, GPS Prod et Dangerhouse Skylab. Et on a même droit à un clip de « That Driving Beat », et quel clip ! Y a un peu de sucreries à la Tarantino, un peu de kitsch comme dans un Dracula 70’s de la Hammer, et des couleurs comme dans un Fantomas avec Mylène Demongeot en robe Courrège. Y a aussi « Black Olives » en écoute sur la page bandcamp du combo, et pour le clip c’est juste après. (suite…)

Les dernières prods de CASUAL RECORDS

L’image contient peut-être : 1 personneCe label-là bien de chez nous est en train de devenir une référence. En Allemagne, les sorties de Grover ou de Pork Pie se font de plus en plus rares et Rocking Records semble avoir disparu.

Et si en Italie et en Espagne, il y a les très actifs Records Kicks et Liquidator Music, le label nancéien CASUAL RECORDS est en train tout doucement de se rendre à peu près aussi productif, et donc indispensable.

On vous laisse découvrir le programme ci-contre pour ce début d’année, avec en février The Dustburds, en mars le premier album des Berbiseyans de Dijon et le réédition du premier opus de J’Aurais Voulu (Colmar), et en avril un Ep des rasés de The Sambas  puis le troisième album des Stéphanois de Zone Infinie qui aiment le punk-rock qui tabasse.

Casual Records, c’est aussi une grosse distribution de tout un tas de galettes des quatre coins du monde, et notamment un gros travail sur l’import et le reconditionnement de 45 tours reggae, soul, ska… que vous ne savez même pas qu’ils existent. Vous pouvez retrouver ça sur leur site web, et sur toutes les tables de merch du grand est (et d’ailleurs). Pas de scène active sans labels actifs. Supportez ceux qui vous supportent !

Booze & Glory en mode reggae

L’image contient peut-être : 1 personneBOOZE & GLORY normalement c’est du street-punk avec des bretelles. Mais là Booze & Glory a décidé de calmer le jeu et de jouer comme en 69. Et comme ils sont un peu bourrins sur les bords, ils se sont fait accompagner par le groupe polonais Vespa, ici rebaptisé VESPA & THE LONDONIANS.

Au programme pas un, pas deux, mais trois 45 tours, avec une version standard et une version Deluxe. C’est chez Contra Records, Longshot Music et Pirates Press que ça sort, ça se commande ici à partir du 2 mars,et ça s’écoute là : (suite…)

Une compilation à venir chez Angel City Records !

Le label de Los Angeles « Angel City Records » (Delirians, Jackie Mendez, Hurricanes…..) vient d’annoncer la sortie, courant 2018, de sa première compilation « Birth of the Fourth Wave of Ska » avec des groupes issus des 4 coins de la planète ! L’attente risque d’être terrible… (suite…)

Melbourne Ska Orchestra… un nouveau titre chaque vendredi !!

Parmi les bonnes résolutions que chacun prend à l’occasion de la nouvelle année, ceux pris par le Melbourne Ska Orchestra ne laisseront aucun lecteur de nos chroniques indifférents ! En effet le super big band australien et ses 30 musiciens se sont lancés dans un projet un peu fou celui de fournir un titre (en écoute ou à acheter) chaque vendredi de l’année 2018 soit pas moins de 52 nouveaux morceaux à se mettre dans les oreilles…

L’opération à démarrée le 5 janvier dernier et se poursuit depuis avec son lot de cover bien sympa tel l’incontournable « Al Capone »  de Prince Buster  les « Botheration » et « Carry Go Bring Come » de Justin Hinds & The Dominoes et le dernier en date, une pure tuerie, avec ce « Confucius » des Skatalites revisité par le MSO !

Bref vous l’aurez compris l’année s’annonce torride et ce n’est là qu’un début ! (suite…)

Les BERBISEYANS en dévoilent un peu plus

Aucun texte alternatif disponible.On vous l’a déjà dit, les BERBISEYANS, quintet de Dijon amateur de musique jamaïcaine pour rasés, publie bientôt son premier album, « Secret Avenger ». Un premier extrait efficace, « Medinina », avait été balancé il y a quelques semaines, et c’était bien.

Le disque sort début mars sur Casual Records, Maloka, Guerilla Asso et Rudy’s Back, et le groupe a programmé une release party le 9 mars prochain aux Tanneries II à Dijon (forcément), avec les Français de Sub Pressure et les ska-punkers italiens de Skassa Punka (et même Tata Wellene derrière les platines, et non pas derrière les platanes).

Ca risque de bien gigoter sur le dancefloor et de transpirer sous les bretelles, et le groupe a décidé de vous faire patienter en publiant un teaser avec 4 extraits qui s’écoute là : (suite…)

SUSAN CADOGAN toujours dans la place

La très grande SUSAN CADOGAN, papesse rocksteady Jamaïcaine, n’en finit plus de se rappeler à notre souvenir, après le très bel Ep de 2016 (« Take Me Back« ) produit par l’incontournable Canadien Mitch Girio (King Apparatus). Depuis, elle n’était pas restée les bras croisés, et elle avait publié en 2017 sur sa page bandcamp des remixes et quelques nouveautés.

La revoici donc, toujours avec King Kong Girio et son équipe, pour deux nouveaux morceaux, toujours pas édités en support physique, ce qui n’enlève rien à la qualité du résultat, la dame étant toujours aussi proche vocalement de Pauline Black (c’est la même génération). (suite…)

Page suivante »