Rude Boy Train

King Hamond – Skaville Olé – Liquidator Music

King Hammond With The Sound Syndicate cover artUN PEU D’HISTOIRE : KING HAMMOND, de son vrai nom Nick Welsh, est un personnage célèbre de la scène ska/reggae britonne. Ancien bassiste de Bad Manners (et de Busters All-Stars), le gars a aussi officié longtemps au sein de The Selecter deuxième périodeavec son pote Martin Stewart aux claviers. Il est aussi (et surtout diront certains) le frontman de Skaville UK, et on l’a vu récemment en Allemagne avec les français de Bobby Sixkiller en guise de backing-band à l’Easter Ska Jam.

Avec huit albums au compteur, King Hammond a sorti il y a peu son nouvel opus, « Hot Skin Music », juste après avoir publié sous le nom de Nick Welsh une compilation intitulée « The Life & Times Of A Ska Man » sur N 1 Records, entièrement composés de morceaux acoustiques.

Et comme le gars n’aime pas se tourner les pouces, il vient de jouer en Argentine aux cotés The Crabs Corporation après avoir participé à leur dernier EP, et pour parfaire une année riche en évènements, le voilà qui termine en beauté avec un 45 tours limité à 500 exemplaires, « Skaville Olé », publié par Liquidator Music et sur lequel il est accompagné par The Sound Syndicate, backing-band madrilène de classe supérieure avec des Thorpedians ou des Smooth Beans dedans…

LE DISQUE : Un 45 tours c’est court c’est vite fait c’est deux titres. Mais avec l’ami King Hammond (qui plus est backé par The Sound Syndicate), la qualité est là une fois de plus, vous vous en doutiez.

Et dès le premier morceau du disque, vous allez vous retrouver pas mal d’année en arrière, surtout si vous êtes un amateur de ska two tone, tout simplement parce que « Skaville Olé » est nue adaptation de « Skaville UK », de Bad Manners (l’ex groupe de Nick Welsh), repris plus tard par King Hammond qui a en outre été le frontman de Skaville UK, le groupe. C’est bon, vous avez tout compris ? Et là autant vous dire qu’avec The Sound Syndicate derrière, ça envoie du lourd, du très lourd, mais pas du balourd. On garde le « This Ain’t Downtown JA », et on ajoute « This Is Skaville Olé », et bim bam boum, c’est parti pour trois minutes et demi de son two tone, avec un max de clavier qui siffle (normal quand on s’appelle King Hammond) et toujours une guitare qui tranche. C’est très agréable à écouter, avec le flow très présent de l’ami Welsh et la rythmique métronomique, mais évidemment, c’est pas ça qui va non plus révolutionner l’historie du ska.

Le second morceau, « Gimmie Some soul », et plus axé skinhead reggae, avec un sax qui s’occupe de la ponctuation et un King Hammond qui se la joue lover, comme un vieux chanteur de rocksteady de Montego Bay à la fin des années 60. Le clavier vintage à souhait est toujours incontournable et le gars réussi un p’tit morceau sans prétention et pas mal gaulé, à base de bric, de broc, et d’un peu de malt et de houblon au fond de la chopine.

Voilà comment en un 45 tours et avec simplement deux titres, on peut résumer le son d’un artiste qui traine ses guêtres dans la scène depuis plus de vingt piges et montrer ses deux facettes, l’une résolument two tone, l’autre plus traditionnelle et plus reggae, mais qui sont toutes les deux toujours très british (malgré le backing-band espagnol), et qui pourraient servir de bande originale à un film de Mike Leigh ou à This Is England.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *