Rude Boy Train

Keith & Tex – Toulouse/La Dynamo – 20 avril 2014

10001489_675784152485731_429748903_nAprès des semaines d’attente, le grand jour est arrivé ! KEITH & TEX sont enfin là, en France. Mais avant le concert tant attendu, il va falloir encore patienter, et pour cela, voilà les sympathiques Mento Men venus de l’Aveyron. Difficile d’ouvrir le bal avant un tel événement, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe s’en tire très bien. Le public est encore clairsemé, mais il se rassemble au fur et à mesure du set. Les tubes version mento ou calypso s’enchaînent : « Sammy Dead », « Hey Bartender », « Shame and Scandal », « One step beyond » ou l’improbable mais très réussi « If The Kids Are United ». Au final, mission accomplie, le public est bien chaud et on sent approché l’événement de la soirée.

C’est ensuite aux Heavy Allstars d’entrer en scène. Les Steadytones en version réduite entament un set d’environ une demie heure de classiques : « Reggae from the ghetto », « Pressure drop », « 54 46 that’s my number »… Le  batteur/chanteur fait monter la pression avec le toujours euphorisant Skinhead Moonstomp repris en coeur par la salle. Et sans vraiment d’annonce préalable, après juste une petite intro du backing band, voilà Keith & Tex qui entrent en scène et serrent les paluches des chanceux du premier rang.

Les 250 personnes du public se resserrent autour de la scène et des coursives, et le rouleau compresseur rocksteady est en route. Nous voilà partis pour un set d’1h10 qui commence part le très approprié « Tonight » repris par une bonne partie du public. Immédiatement , le premier constat, c’est que les voix du duo sont exceptionnelles et n’ont pas pris une ride, ce qui n’est pas toujours le cas avec les vétérans jamaïcains. Keith & Tex enchaînent avec un medley de reprises qu’ils présentent comme les ayant influencé.

Pas le temps de souffler, le premier moment de grâce arrive avec le magnifique « The loser » de Derrick Harriott qui donne le frisson tellement c’est beau avec sa ligne de piano si connue et, à nouveau, le public répond présent sur le refrain. A peine le morceau terminé, Keith demande à la cantonade si nous sommes venu écouter du reggae et à ceux qui répondent oui, il rétorque que non, nous sommes là pour écouter du rocksteady et que c’est tout ce qui sera joué ce soir…

Et effectivement, le rocksteady est bien ce que nous aurons :  « Walk the street » ou « It’s a long story » arrivent avec leur guitare typique du genre à l’honneur ce soir. Les titres phares s’enchaînent comme « Man’s tentation », « Don’t look back » ou « What kind of fool ». Malgré cela, force est de constater qu’il y a un petit coup de mou dans le set vers la demi-heure, mais heureusement, ce moment n’est que de courte durée.

Le concert repart avec un titre un peu plus enlevé, « Tighten up your gird », qui redonne un coup d’énergie avec son refrain caractéristique qui monte et, à nouveau les harmonies vocales, sont au top. On entame la dernière ligne droite avec les fameux « Hypnotic Eyes » et « Lonely man » sur un tempo plus lent mais on repart sur deux titres plus rapides avec « Down the street » et « Leaving on the train » qui marque la sortie de scène de Keith & Tex qui repartent comme ils sont arrivés :  en serrant les mains du public.

Bien entendu, le concert ne peut pas se terminer ainsi, il manque encore une ou deux merveilles incontournables et les Heavy Allstars reviennent donc sur scène bientôt suivi par le duo. Le rappel débute par « Let me be the one » qu’une partie du public reprend en coeur. Keith nous annonce ensuite une chanson écrite en collaboration avec Lee Perry et c’est le très planant « Groovy situation » bien plus convaincant que sur disque. Et le moment attendu arrive, l’apothéose avec « Stop that train » le titre phare incontournable  pour lequel l’osmose est parfaite entre le groupe et l’audience, ça chante, ça danse, les gens ont le sourire, bref, une fin parfaite !

Au final, nous aurons eu droit à un sacré show quand on récapitule les titres qui ont été joués ! Les Heavy Allstars ont été excellent et les deux stars ont convaincus par leurs voix exceptionnelles et un plaisir évident à chanter.  Un événement qui restera probablement parmi les excellents souvenirs des privilégiés qui ont pu y assister on ne peut que féliciter  les associations Arc En Ziques et Rock’n’Stock sans qui rien n’aurait pu arriver, ce qui aurait été fort dommage.

Rodoliv

  1. Pingback: Rocksteady-Konzert in Toulouse: Die deutsche Band The Steadytones durfte Keith & Tex begleiten – auf.recht

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *