Rude Boy Train

New York Ska-Jazz Ensemble – Free As A Bird Ep – Ska-Jazz Productions/Mésdemil

UN PEU D’HISTOIRE: C’est en 1994 que se crée le NEW YORK SKA JAZZ-ENSEMBLE, au départ comme side-project de trois membres des Toasters: Rick Faulkner au trombone, Johnathan McCain à la batterie, et Fred Reiter au sax. A cette époque, The Toasters est un groupe très en vue, et le label Moon Records est l’un des plus prolifiques. Le NYSJE va donc profiter de ces quelques avantages pour se faite très rapidement connaître un peu partout dans le monde.

Le crédo du combo est simple : Prendre du ska, du rocksteady ou du reggae bien dansant et les mélanger à des sonorités jazz. Le groupe reprendra d’ailleurs un tas de standards de tous les genres, de « Harlem Nocturne » à « Take 5 » en passant par « Love & Affection », « Haïtian Fight Song » ou « Skalloween ».

Rick Faulkner et Johnathan Mc Cain quittent le combo vers la fin des 90’s, et « Fred « Rocksteady » Reiter continue l’aventure avec une formation à géométrie variable, mais dans laquelle on a souvent retrouvé des pointures, sur scène comme en studio : Sheldon Gregg, Cary Brown, Greg Lee, Alex Desert, Deston Berry, Caz Gardiner, Victor Rice, Victor Ruggiero, Devon James, Sharon Jones, Alberto Tarin…

Avec sept albums studio au compteur et deux live, le New York Ska-Jazz ensemble revient à l’automne 2014 avec une nouvel Ep six titres, « Free As A Bird ».

LE DISQUE : J’ai toujours trouvé que le New York Ska Jazz Ensemble sur scène, c’était énorme. Emmené par l’inénarrable « Rocksteady » Freddie, le groupe de la grosse pomme que j’ai pu intercepter trois fois dans mon secteur m’a toujours fait une très très forte impression à coup de « Buttah » ou de « Elegy » et de sa si élégante flûte traversière. En studio par contre j’ai toujours un peu moins accroché, malgré des albums très recommandables (« Minor Moods ») et pas mal d’excellents titres glanés ici ou là. Peut-être un peu trop appliqué, un chouïa trop propret, avec un léger sentiment de répétition disque après disque.

C’est donc avec plaisir que je vous informe que ce nouvel Ep, « Free As A Bird », qui vient de nous tomber dessus sans crier gare (j’étais pas du tout au courant que c’était dans les tuyaux), est de très belel facture. Six titre c’est peu, mais six titre c’est bien, surtout quand le groupe nous donne de la qualité au détriment de la quantité.

« Movin’ On », un titre excellemment chanté par Freddie, est parfaitement calibré avec son petit refrain de cuivre, et confirme que le gars, au départ très très très à l’aise au sax, l’est aussi maintenant au chant, même s’il n’a à priori pas les qualités d’un Dr Ring Ding ou d’un Vic Ruggiero. A chaque fois que j’écoute ça, je pense au superbe « Stubborn Kind Of Fellow » de l’énorme Tokyo Ska Paradise Orchestra (sur « Grand Prix »). Même classe, même joie de vivre communicative, même maîtrise d’un bout à l’autre. Et entre le groupe de New York et celui de Tokyo, on trouvera d’autres similitudes, notamment sur l’instrumental « Groovin’ Steady », légèrement funky, emmenée par une paire de cuivres bien en place, et juste ce qu’il faut, discrètos par derrière , de sifflement de clavier pour rendre le tout parfaitement gouleyant.

La chanson/titre « Free As A Bird », si elle commence comme « Jamaica Ska » De Byron Lee, se poursuit comme un bon NYSJE des familles, avec un peu de vitesse mais pas trop, et toujours des mélodies de sax et de trompette qu’on adore, et « Hot Like Fire », avec son début toasté qui nous met sur une fausse piste, est tout simplement du domaine du chef d’oeuvre avec ses airs de Skatalites des grands jours.

« My Baby Just Cares For Me », rendue célèbre par Nina Simone, fait assez bien la blague sans être à se taper le cul par terre, et « I Love You », reggae, est clairement un cran en dessus du reste de cet Ep hautement recommandable qui me donne sacrément envie de revoir cette fine équipe sur scène. Et vite.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *