Rude Boy Train

THE SKINTS – FM – Easy Star Records

1507121_10152324867989058_6198368557386721510_nUN PEU D’HISTOIRE: Créé à Londres en 2005, THE SKINTS est un quatuor aujourd’hui incontournable dans la scène reggae/ska britannique et au-delà. Jon Doyle à la basse, Jamie Kyriakides à la batterie, aux percussions et au chant, Josh Waters Rudge à la guitare et au chant et Marcia Richards aux claviers, mélodica, saxophone, flûte traversière et au chant, sortent ensemble un premier album en 2009 sur Rebel Alliance, puis l’excellent Part & Parcel » en 2012 (produit par Prince Fatty) qui bénéficiera d’une distribution française grâce à SoulBeats.

Le quatuor se retrouve donc sur les routes de France, sort un single, puis un sympathique EP début 2014 (« Short Change Ep »), avant de retourner en studio pour pondre un troisième opus, sobrement intitulé « FM », publié au printemps 2015 sur Easy Star Records… Et de revenir dans l’Hexagone avec une certaine Hollie Cook en première partie.

LE DISQUE : Pas facile de succéder à « Part & Parcel », le second album de The Skints qui avait été l’une des belles claques de 2012. Le nouvel album, « FM », est comme son nom l’indique conçu comme une émission de radio, avec des interventions de DJs, et quatre interludes complètement hors de propos. Pire que ça: en plus d’être inutiles, ils sont cacophoniques, désagréables, et pour peu qu’on manque de volonté, ils pourraient nous inciter à lâcher l’affaire sans avoir vraiment écouté. Et ça serait bien malheureux. Un conseil : achetez le disque, numérisez-le, et virez-moi ces merdes pour ne garder que les onze vrais morceaux de l’album. Car là, il y a de la qualité. De la qualité à foison.

De cet album, on avait déjà eu l’occasion d’entendre This Town », le morceau clipé il y a quelques semaines. J’avais trouvé ça bien, à base de « peut mieux faire », dans le genre reggae avec le gros flow ragga de Tippa Irie et de l’autre Horseman, sur ce coup-là plutôt bien dans le ton. On avait aussi, et surtout, eu l’occasion de découvrir un peu en avant première « My War », énormissime titre reggae superbement gaulé, emprunté au répertoire d’un groupe qu’on n’attendait pas forcément ici: Black Flag, légendaire groupe punk/hardcore californien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’adaptation est soignée et pas exempte d’un certain génie. Un peu dans le même trip très reggae, on appréciera tout particulièrement « In The Night », qui nous rappelle que de dans cette fine équipe, tout le monde sait bien chanter, avec ici pas mal d’intensité, mais aussi « Eyes In The Back Of My Head », au phrasé toujours très ragga (superbe intervention de Rival), avec tout plein d’arrangements qu’on croirait sortis d’un disque d’Anthony B, voire de Buju Banton.

Mais « FM », c’est aussi une grosse production, que Prince Fatty a bien voulu partager avec un autre génie des manettes, Peter Miles, qui avait signé le son du deuxième album de Mouthwash (chef d’oeuvre), et de « City Of Thieves », monumental troisième opus de Sonic Boom Six. Et quand c’est produit par le gaillard, ça atteint les sommets à vitesse grand V. Ecoutez ce superbe ska qu’est « Friends & Business », au refrain quasi northern soul, qui fait mouche à chaque écoute, ou juste derrière, un « Where Did You Go ? » superbement chanté, avec un maximum de finesse, un refrain qui vous fait se dresser les poils, et encore et toujours, un phrasé qui gobe les syllabes, mais toujours avec style, et avec une maîtrise absolument irréprochable.

Vers la fin « Got No Say », un couplet/un chanteur(chanteuse), fait plus que bien la blague, et en dernière position, on admirera « Tomorrow », reggae sans la moindre fausse note, plutôt classique, mais redoutable d’efficacité avec ses choeurs très fins, ses arrangements aux petits oignons, et toujours un impeccable refrain qui marque les esprits dès les premières écoutes. 5 minutes 23 de pur bonheur.

Bien sûr, on n’oubliera pas de vous parler de « Come To You », pur rocksteady de génie à tomber par terre, avec au chant une Marcia à tomber par terre, une voix pop à tomber par terre digne des meilleures (Hollie Cook, Lily Allen, Gwen Stefani, Debbie Harry lorsqu’elle change « The Tide Is High »…) et on vous confirmera que « FM » est l’un des grands albums de 2015. Dommage pour ces interludes de mauvais goût qu’il vous suffira de zapper, et gloire à The Skints, un groupe que je n’ai pas fini de kiffer.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *