Rude Boy Train

SUSAN CADOGAN – Take Me Back – Stonyhill Records

UN PEU D’HISTOIRESUSAN CADOGAN est née il y a bientôt 65 ans à Kingston. Durant son enfance, elle passe quelques années au Bélize, et elle suit petit à petit la voie de sa mère Lola, elle-même chanteuse. En 1970, Susan Cadogan enregistre son premier single, « Love My Life », pour le dj jamaïcain Jerry Lewis. Repérée par Lee Perry qui se trouvait dans le studio, elle embraye sur un autre 45 tours, « Hurt So Good/Loving Is Good » produit par ce dernier pour le label Magnet, et la voilà qui se retrouve en cinquième position des charts anglais et dans Top Of The Pops.

Après « Doing It Her Way », un premier album pour Magnet/Ariola, Susan Cadogan signe chez Trojan Records pour son second opus sobrement intitulé « Susan Cadogan ». Dans la seconde moitié des années 70 elle sort une poignée de singles, et ses apparitions s’espacent au cours des 80’s.

Elle sort pourtant plusieurs albums au cours des années 90 et 2000, et se fait remarquer sur l’album des Slackers « The Slackers & Friends » en 2002 aux côtés de Glen Adams, ainsi qu’en tournée avec le groupe new-yorkais (qui immortalise un concert chez Ernesto’s aux Pays-Bas en 2004).

L’Ep « Take Me Back » qui vient de sortir avec Mitch Girio à la production est la première publication de Susan Cadogan depuis « Two Side Of Susan », un album sorti en 2008 sur le label japonais Ariwa.

LE DISQUE : Personnellement, j’ai découvert Susan Cadogan avec le disque des Slackers en 2002. Excellent disque certes, mais depuis j’avais un peu (beaucoup) perdu de vue la chanteuse jamaïcaine, libraire de profession.

On peut donc remercier Mitch « King Kong » Girio, producteur/musicien canadien qu’on ne présente plus, d’avoir rendu cet Ep possible. Girio est multi-instrumentiste sur cette nouvelle livraison, et l’enregistrement a été pour le moins international: la prod s’est faite à Toronto, les voix ont été enregistrées à Kingston et les cuivres à Bamberg en Allemagne (avec Jammal Tarkington au sax et Rodney Teague au trombone, tous deux membres de Keyser Soze).

Ca commence bien avec « Crazy », une reprise non pas d’un standard made in Jamaïca, mais d’un titre du One Night Band, magnifique groupe de Montréal (la chanson avait d’ailleurs été coécrite par Mitch Girio). Le résultat est impeccable, à l’instar du titre original qui était superbement chanté par Jacinthe Michaud, et qui semble avoir été écrit pour Susan Cadogan tant la chanteuse jamaïcaine est ici à l’aise.

On passe du rocksteady velouté au ska sautillant avec « Take Me Back », assurément l’un des meilleurs morceaux de ce bien bel Ep. C’est propre et net, c’est parfaitement chanté, et on se dit à l’écoute d’une telle pépite que Pauline Black à l’époque avait dû pas mal écouter Susan Cadogan (faut dire que les deux ont presque le même âge) tant la façon de chanter et le timbre de voix sont similaires.

« I Don’t Wanna Play Around » est à l’avenant, ska à la cool d’un excellent niveau toujours prompt à nous réjouir, et « Leaving », plus sombre, presque lugubre, joue plus que bien son rôle de titre mid-tempo, rocksteady bien comme on aime, avec une impeccable guitare solo et une prod toujours aux petits oignons.

Et pour clore cette bien belle affaire, c’est  » Best Of Me » la bien nommée qui vient nous caresser les esgourdes en mode early reggae.

Cinq titres impeccables pour un superbe Ep comme on en voit trop rarement, avec une bien belle brochette de musicos qu’on aime et une Susan Cadogan des grands jours. Y a plu qu’ à publier ça en vinyle pour les collectionneurs et à venir faire la tête d’affiche au prochain Riverside Stomp et tout le monde sera hyper content (moi le premier).

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *