Rude Boy Train

THORPEDIANS – Strike Back – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : C’est en 2005 que débute l’aventure THORPEDIANS du côté de Barcelone. Le groupe aime le rocksteady, le reggae et le ska, et va appeler son mélange des trois « hard reggae », un peu l’équivalent méditerranéen du  dirty reggae de Los Angeles.

Le groupe joue un peu partout dans la péninsule ibérique avec Hepcat, Alton Ellis ou Derrick Morgan, et publie en 2010 « Maximum Hard Reggae From The Top » sur RedStar 73, avant de disparaître un peu des radars.

C’est donc avec joie qu’on vient de constater leur retour au front avec un nouvel Ep justement  intitulé « Strike Back » sorti par Toni sur Liquidator Music, forcément.

LE DISQUE : La formule est simple : un chanteur, un guitariste, un bassiste, un clavier et un batteur. C’est comme chez les Valkyrians, comme chez Red Soul Community, comme chez Boss Capone. t les Thorpedians prouvent avec cet Ep quatre titres qu’il n’y a pas forcément besoin de sortir la grosse armada comme chez Western Standard Time pour envoyer du lourd.

Ça commence avec style et avec un bon petit titre  hard reggae qui groove et qui s’intitule très justement « Good Time ». Y a des onomatopées comme chez Judge Dread, des rivières de clavier comme chez The Aggrolites, et c’est une belle petite mise en bouche avant « You & Me ».

Parce que là poussez les tables, sortez les loafers, mettez mémé devant Motus (toutes façon elle comprend pas), ça va swinguer dans les chaumières. Le truc c’est une petite bombinette skinhead-reggae avec quelques passages soul, et c’est juste la classe internationale. Ca chante putain de bien, ça joue putain de bien, y a un feeling du tonnerre de Brest et le résultat est putain de bon !

Ensuite ça part en ska avec « Violator Strikes Back », et là ça ressemble vraiment à du Valkyrians, mais le meilleurs des Valkyrians, celui de « I Want To See Some Action » ou de « Reggae Allnighter », et ça c’est tout comme j’aime. Le bal s’achève sur « Sitting On The Top Of My Wall », un chouïa moins bien, mais faut bien reconnaître qu’à se niveau de qualité c’est pas évident de resté scotché au sommet.

Avec cet Ep de toute première bourre, les Thorpedians se rappellent à notre souvenir. On a eu tort de les croire enterrés, car il sont bel et bien de retour, et pas pour faire de la figuration.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *