Rude Boy Train

8°6 CREW : l’interview !

Aucun texte alternatif disponible.On a posé nos questions à la con à Charly (chant), Clément (trompette) et à Iky (clavier), membres du 8°6 CREW, le pur groupe francilien qu’on ne présente plus, qui nous a sorti un put… d’album (« Working Class Reggae ») en début d’année sur UVPR.

On y cause de leur nouveau skeud (forcément), de la scène skin sur Paris, des concerts en Allemagne et ailleurs, de l’OM et du Red Star qui ne jouera jamais en L1…

RUDE BOY TRAIN : Salut le 8°6, et merci de répondre aux questions de Rude Boy Train !

Alors ce nouvel album ? Comment sont les retours ?

Clément : Enthousiastes !

Charly : Plutôt positif, ça fait vraiment plaisir.

Iky : Le mot « tuerie » revient tout le temps

RBT : Il y a une vraie alternance sur le disque entre ska rapide à l’allemande avec une forte présence des cuivres, et des titres plus rub a dub, plus reggae. C’est un peu la marque de fabrique du 8°6, mais là le côté revival est encore plus marqué. On pense à Mr Review, à No Sports… C’est une évolution consciente ou vous vous laissez porter par votre inspiration du moment ?

Clément : Moi j’aime beaucoup les titres accrocheurs des Skatalites, principale référence en thèmes cuivre dans le ska pour moi. Viennent bien sûr ensuite des déclinaisons tout aussi excitantes et balaises : Laurel Aitken, Rico Rodriguez, les Specials, Tokyo Ska Paradise Orchestra, Western Special… Je pense qu’avec Muzo on s’efforce de faire simple et direct, et comme les collègues à la rythmique jouent le ska un peu à l’anglaise, Two Tone, tout en jouant très énergique, fort en volume, ça donne un côté bien revival.

L’image contient peut-être : 8 personnes, personnes deboutCharly : On s’est consciemment laissé porter. C’était le truc qu’on avait envie de faire sur le moment, des chansons plus courtes, c’est un peu ce qu’on a toujours fait mais en un peu plus chiadé. Oui au début du groupe Mr Review était une inspiration pour nous. Il y a aussi les artistes de reggae, de soul et de rock qui nous inspirent…

Iky : Ouais c’est l’influence de nous tous avant tout, ça donne 8°6…

RBT : Pas eu envie de remettre un petit coup de soul comme sur « Old Reggae Friends » (« I Need Help ») ?

Clément : Pas de soul, mais un instrumental ska à paraître prochainement.

Charly : Si Honey Townsend- « The world again », mais il fallait un violon…

RBT : Charly a un vrai sens du songwriting. Il sait écrire des hymnes : « Jibbers », « Old Reggae Friend », « Bad Bad Reggae » hier, « Une Fois Pour Toutes » ou « Ballroom Bash » aujourd’hui… Ça aussi c’est un vrai marqueur du 8°6. On ne trouve pas ça chez Two Tone Club, chez 65 Mines Street… Y a souvent un côté « If The Kids Are United », un côté Sham 69/école de la rue/soirées entre potes… C’est des réminiscences de votre culture oi ! ?

Charly : Oui certainement, on a toujours écouté beaucoup de reggae/rocksteady, mais on a vraiment une culture rock .

RBT : « Ballroom Bash » c’est du vécu ça non ?

Charly : Oui, et pas qu’une fois.

Iky : Ah bon ?

RBT : Qui a eu la bonne idée de la pochette ? (une vraie réussite)Résultat de recherche d'images pour "8°6 crew working class reggae"

Charly : C’est une photo que Ben avait déjà utilisée avec UVPR Fanzine, elle représente beaucoup de choses, la jeunesse, le groupe, le foot, la mixité, les skins… Ce sont des thèmes qu’on retrouve dans les chansons du disque. Le caddie c’est la surconsommation, le gâchis, toute la merde qu’on veut nous faire acheter ou gober à longueur de temps. Tout est fait pour nous abrutir.

RBT : La sortie française sur UVPR c’était une évidence pour vous, ou alors vous aviez d’autres options/envies ?

Charly : C’était évident, ce sont des amis qui font un super taf, aucune envie d’aller voir ailleurs. Vincent Mass Prod gère toujours la partie cd.

RBT : Et votre disque est sorti en Allemagne sur Grover Records ? Comment s’est fait le deal ? Comme vous avez souvent un son revival on vous verrait bien sur Pork Pie Records…

Charly : C’était notre tourneur en Allemagne, il savait qu’ont préparait un album. Il voulait le sortir, on lui a dit de se mettrait d’accord avec UVPR pour se répartir les zones de distribution ; il a fait un pressage de son coté et UVPR du sien… Et pour être franc les Nantais travaillent beaucoup mieux que les Allemands…

RBT : Ouais moi j’ai le cd et effectivement j’ai remarqué. Vous avez fait de la oi ! au début de votre carrière, et de la très bonne oi ! Est-ce que certains membres du groupe ont envie de s’y remettre de temps en temps ?

Charly : Oui, c’est ce qu’on fait avec Survèt Skins, il y a cinq gars du Crew dedans. On fait nos compos et les morceaux Oi ! de 8°6 plus quelques reprises. On se produit quelques fois par an.SURVET SKINS S/T (Pop' oi!) (7t)

RBT : Ah ok je savais pas que c’était des 8°6 dans Survet… En France on a plein de bons groupes de ska, mais y’en a deux qui se détachent quand même: 8°6 Crew et Two Tone Club. Deux groupes qui ont environ 20 ans. C’est le bon âge pour être au top ? Y a une petite concurrence positive entre vous ou pas vraiment ?

Charly : Forcément plus ta « carrière » est longue plus tu as de chance qu’on ait entendu parler de toi. Et non il n’y a pas de concurrence entre nous, mais sinon elle serait positive c’est certain (la bise les gars).

Iky : Nan pas de concurrence avec eux, ce sont des amis.

RBT : On sent qu’il y a une scène ska dans le sud ouest avec Ska Fever, les Branlarians, Mampy, la TSF, le festival Rock’n’Stock… De même que dans l’est à un moment (peut-être un peu moins maintenant) avec Two Tone Club, 65 Mines Street, Taste In Vibes, Bobby Sixkiller… Y a rien de comparable sur Paris si ? On sent pas de proximité particulière entre 8°6 Crew, The Run, Skarface, The Sarah Conors, Jah On Slide et compagnie… A la limite on sent plus d’affinités avec la clique d’UVPR (Lion’s Law, Maraboots…) non ?

Clément : Sans oublier Zone Infinie et Traitre !

Charly : oui c’est clair, on est beaucoup plus proche de ces groupes, y a pas photo, même si on apprécie les Sarah et The Run. Lion’s Law, Maraboots c’est des gars qu’on côtoie en concert, certains partagent des groupes aussi, comme Komintern ou les Survèt. Mais le label est plus une affaire de qualité que de copinage, même si l’un n’empêche pas l’autre.

RBT : Vous avez eu l’occasion de jouer assez souvent en Allemagne. Vous étiez notamment au Riverside Stomp en 2015 avec une grosse raya de potes dans le public. C’est un bon souvenir ce festival ? Vous trouvez pas que c’est un autre monde l’Allemagne pour le ska ?

Clément : Il y faisait beaucoup trop chaud…

Charly: C’est un festival où on a l’habitude de venir avec les potes depuis des années, c’est vraiment cool pour commencer l’été. Du coup, quand on a joué, c’était double plaisir, comme dirait l’autre… Oui il y a vraiment une bonne scène là-haut…

Iky : C’est vrai que l’Allemagne c’est vraiment génial

RBT : Et ailleurs, en Espagne où la scène est très active, en Italie, en Angleterre… Vous n’avez pas de plans pour jouer ? Vous aimeriez y aller ?

Charly : Nan on n’a pas vraiment de plans hélas, on aimerait, bien sûr. C’est dommage qu’on n’ait pas eu plus d’opportunités. Ce n’est pas ce qu’il doit manquer les groupes de ska là-bas.

Iky : C’est sûr qu’on vient de loin, et ils ont déjà tout sur place.

RBT : Qu’est ce qui tourne en ce moment sur vos platines ? Vous avez jeté une oreille au disque des Frightnrs ?

Résultat de recherche d'images pour "frightnrs nothing more to say"Clément : No Time et les Frightnrs (merci Jean ! Big Up au Precious Oldies Sound System !) en boucle, ça groove! Sinon en ce moment sur ma platine, des rééditions : Laurel Aitken « Says Fire », « Ska with Laurel », « Françafrique » de Tiken Jah Fakoly, « C’est bien parti pour ne pas s’arranger » des Rats…

Charly : Oui Clém nous l’a fait écouter, c’est excellent. Moi c’est Headliners,  Rixe et Ken Boothe (merci Douk)

Iky : Madness, même si le dernier album est une catastrophe !

RBT : C’est vrai t’aimes pas ? Moi je l’ai trouvé très cool.

Iky : Nan l’album de Madness est une catastrophe au niveau de la voix. Suggs n’a plus de voix, il chante affreusement faux ! Même sur album ça m’arrache les oreilles, moi qui suis un fan absolu, je les ai vu 32 fois en concert...

RBT : Et vous écoutez autre chose que du ska, du punk, de la oi ! ?

Charly : Oui, du rockab, de la soul, du jazz, de la cumbia…

Iky : Madness

RBT : Y a des supporters de l’OM dans le groupe (le disque est dédié à Christine Vallette). Mais c’est possible d’être supporter de l’OM quand on est un groupe francilien ? J’imagine qu’il y a aussi des supporters du PSG ? Et si le Red Star finissait par monter en ligue 1 (on peut rêver) ça risquerait de devenir un sacré bordel dans le bus nan ?

Clément : Il n’y a que Bauer !Résultat de recherche d'images pour "red star fc logo"

Charly :  C’était tellement le bordel qu’on a arrêté de prendre le bus. Maintenait on prend le train et c’est le bordel dans le train. C’était pas la faute du bus en fait.

Iky : Pour une raison que je ne comprends toujours pas, le Red Star refuse de monter en D1, ça fait plus de 20 ans qu’ils me font le même scénario. Dans le groupe tout le monde respecte le Red Star, donc pas de soucis…

RBT : Les élections qui s’annoncent (présidentielle, législative) ça vous inspire quelque-chose ou vous vous en foutez ?

Charly : A part être scandalisé comme presque tout le monde, ça m’inspire rien de bon.

Clément : Quand tout ça sera par terre : « On fera quoi ? On fera quoi ? » comme dirait Skud, chanteur de qualité des années 10.

Iky : ça me confirme que les français sont des moutons

RBT : Quels sont vos projets dans les mois qui viennent ?

Charly :  Sortir un 45 tours, parce qu’on a deux morceaux de la session de « Working Class Reggae » qui ne pouvaient pas être mis sur le 33 tours. Et continuer à tourner et faire découvrir l’album en live.

Iky : Stay Rude, Stay Rebel !

RBT : Merci de nous avoir accordé un peu de temps et à bientôt en concert…

Charly : Merci à toi. Merci à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *