Rude Boy Train

THE MIGHTY VIPERS – Elemental – Autoprod

Aucun texte alternatif disponible.UN PEU D’HISTOIRE : THE MIGHTY VIPERS, c’est un groupe de l’ouest de l’Angleterre pas très vieux avec dedans quelques anciens Catch It Kebabs, qui a dû beaucoup écouter les combo two tone du coin, mais pas que.

Car les sept musiciens  décrivent leur son comme se situant quelque-part entre The Skatalites et The Cat Empire. Et c’est tout à fait ça. Y a du ska, forcément, mais aussi du reggae, du rock, des bricoles calypso et pas mal de funky music.

LE DISQUE : Alors oui, The Mighty Vipers, malgré l’expérience de certains de ses musicos, n’est pas le plus ancien des groupes d’Angleterre. Du coup dès les premières notes de « Elemental », on comprend que ça va pas être de la très grosse production et qu’il s’agit là d’un premier jet.

Le titre qui ouvre le bal, « Chasin The Sun », fait dans la rapidité à tendance ska-punk, pas loin, et on pense à pas mal de groupe des années 90 qu’on trouvait sur des compilations ricaines comme « American Ska-Thic » ou « Misfits of Ska ». Y a du speed, y a des cuivres, de l’énergie, du foutre et des hormones.

Et si la base est ska, ça va rapidement partir dans tous les sens, avec un reggae juste derrière (« Cities On Fire ») pas mal balancé, et un truc sautillant mexicanos en enfilade, « Dark Angel ». Là justement, on se demande si le combo ne devrait pas se recentrer sur sa base histoire de ne pas trop s’éparpiller, sauf qu’on sait plus très bien c’est quoi sa base.

Car « Dreams Of Yesterday » se la joue plus rocksteady, et que « Duckhouse Swing », pas tout à fait swing, hésite entre sons caribéens et gros skank des familles. C’est pas mal dans le genre bancal, et on se dit que ça manque peut-être un peu de métier pour convaincre tout à fait. Pourtant, quand ça part vers des élucubrations funkysantes comme sur « Sol Invictus », avec un phrasé saccadé et des claquements de cuivres, on constate que ça ne manque pas d’originalité et que le potentiel est là. Et on appréciera sans faire la fine bouche la simplicité classiquement ska de « Weekend ».

Ca me rappelle les premiers enregistrement de The Skints en fait. C’était perfectible, et le groupe est depuis arrivé au top. On souhaite aux Mighty Vipers d’avoir la même trajectoire.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *