Rude Boy Train

LE TOP 5 DE RUDE BOY TRAIN !

Résultat de recherche d'images pour "best of 2017"Encore une année qui se termine, et encore pas mal de (très) bons albums passés dans nos oreilles. 

Ils sont anglais, français, argentins, allemands, canadiens, américains ou italiens (pas un seul espagnol !), et ils ont ensoleillé 2017 !

Voici le choix de la rédaction de RudeBoyTrain :

Bronsky:

THE STEADY 45’S – Trouble In Paradise (Grover Records): Avec ses compos délicates et délicieuses, ses arrangements parfaitement vintage et des voix largement au-dessus de la moyenne, les Steady 45’s nous offrent tout simplement le plus bel album ska 60’s de ces dernières années.

PAMA INTERNATIONAL – Love & Austerity (Happy People) : L’arrivée des deux chanteuses, Jewels Vass et Anna Uhuru, semble avoir mis un bon coup de pied au derrière du Pama International qui nous pond un album de reggae ténébreux, intense, gorgé des meilleures influence soul, qui sonne comme jamais.

8°6 CREW – Working Class Reggae  (Une Vie Pour Rien): Sur des compos en béton, impeccablement produites par un groupe qui se connait aujourd’hui comme personne, les 8°6 enchaînent des textes profonds et blindés d’une mélancolie délicieusement contagieuse. Album de la maturité pour reprendre l’expression à la con !

DEATH OF GUITAR POP – 69 Candy Street (Ska Club Essex) : Tombés de nulle-part, les deux gars de l’Essex reprennent hargneusement le flambeau d’un two-tone comme on n’en fait plus, mais pas que ! Avec une classe déconcertante, ils résument et mettent un bon coup de jeune à 40 ans de la musique anglaise qu’on aime.

THE MAGNETICS – Jamaican Ska (Get Up Music): C’était un peu raide de pas mettre dans mon top 5 de cette année le classique excellent retour des BUSTERS avec une nouvelle voix mais toujours autant de pêche, comme ça m’a fendu le cœur d’écarter le somptueux « Brixton » sur lequel les AGGROTONES, s’appuyant parfaitement sur un Derrick Harriot et une Hollie Cook des grands soirs, nous pondent quelques un des plus beaux reggaes de l’année. Mais ce sont  bel et bien les Italiens des Magnetics, avec leur excellent «Jamaica Ska » qui figureront sur mon tableau d’honneur, la faute à une pépite d’album bourré de hits instantanés à la prod 60’s impeccable.

 

Rudeboy:

LOS AGGROTONES – Brixton (Red Head Man/Interrogator): La belle baffe de cette année 2017 …. pour paraphraser la review de Vince « Phénoménal ! C’est l’adjectif qui sied le mieux à cette belle équipe argentine. A l’époque de la sortie de « 10 Reggae Shots » j’avais écrit : « en skinhead-reggae en 2014, il n’y a rien au dessus de Los Aggrotones ». Je vous jure que c’est toujours vrai en 2017″… Rien à ajouter !

PAMA INTERNATIONAL – Love & Austerity (Happy People): La resurrection d’un combo que l’on n’attendait plus vraiment ! 8 titres décapants jusque dans les moindres détails accompagnés d’une prod impeccable !

DANNY REBEL & THE KGB – Lovehaus (Stomp Records): Le premier album(Blastoff) m’avait déjà mis la tête à l’envers lors de sa sortie en 2012… Avec ce Lovehaus, tant attendu, l’ami Danny Rebel et ses KGB placent la barre encore un cran au-dessus du précédent opus. Rien à dire, juste à écouter… Respect !

DEATH OF GUITAR POP – 69 Candy Street (Ska Club Essex): C’est qui les Death Of Guitar Pop ????? Une surprise que ces deux gars sortis de nulle part qui font vibrer les coeurs dans la pure tradition two tone  ! Sans nostalgie mais avec originalité, les deux compères nous rappellent que les Anglais c’est quand même la classe !

JOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION – No Bam Bam (Pork Pie Records): Bluffant pour un premier album. Sérieux, efficace avec à la production un Victor Rice en grande forme. Une belle et bonne pioche pour le label Pork Pie !

 

Vince : 

THE BUSTERS – Straight Ahead (Ska Revolution Records): Ca fait 25 ans que The Busters est mon groupe préféré, mais avec le poids des années et les nombreux changements de line-up, je ne m’attendais pas à un album aussi fracassant. Section cuivres monstrueuse, voix pop impeccable et songwriting d’un Dr Ring Ding au top de sa forme… tous les ingrédients sont réunis pour que ce disque du plus vieux groupe allemand soit aussi l’un des ses meilleurs.

JAYA THE CAT – A Good Day For The Damned (Bomber Music): On ne peut pas dire que Jaya The Cat soit du genre à balancer de nouveaux sons tous les matins, et ce nouvel album s’est encore une fois fait attendre plus de cinq ans. L’attente est récompensée par une tuerie de reggae-punk-ska comme personne d’autre au monde n’arrive à en faire. Avec « A Good Day For The Damned », le gang d’Amsterdam signe à nouveau une pure merveille dont on parlera encore dans 40 ans.

LOS AGGROTONES – Brixton (Red Head Man/Interrogator): Encore un sans faute pour le groupe argentin (bien aidé par les impeccables featurings de Hollie Cook, Derrick Harriott et Locksley Gichie) qui avec ce « Brixton » de toute première bourre sort une enfilade de hits skinhead reggae à se taper le cul par terre.

8°6 CREW – Working Class Reggae (Une Vie Pour Rien): Le 8°6 commence à avoir l’habitude de se balader dans la cours des grands, et après « Bad Bad Reggae » et « Old Reggae Friends », il termine en beauté un triptyque remarquable avec « Working Class Reggae », un album sans faute de goût qui les installe définitivement au Panthéon du ska français.

PAMA INTERNATIONAL – Love & Austerity (Happy People): En 2017, on avait un peu oublié ce groupe anglais à loafers. Sauf que l’incontournable label Record Kicks est allé les sortir du formol pour produire tous les singles de ce nouvel album extraordinaire, qui mélange avec finesse skinhead-reggae, soul et rocksteady. Coeur avec les mains : Pama International est revenu parmi les grands !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *