Rude Boy Train

THE SCHOGETTES – Finally Do It… – Rookie Records

UN PEU D’HISTOIRE : Ca doit bien faire quinze piges que THE SCHOGETTES, groupe de Mannheim 100 % féminin, trimbale sa soul qui fonce à travers l’Allemagne, mais apparemment y a pas le feu au lac puisque malgré le temps qui passe on n’avait aucune trace du moindre LP.

Le premier effort du combo était un split 45 tours avec The Inciters en 2005, puis un 7 pour elles toutes seules en 2009 sur Rookie Records, et enfin l’Ep « Chin Up ! » la même année.

Il a donc fallu attendre mais le voici, le premier album des Schogettes, avec ses 13 titres et son titre quasi obligatorie : « Finally Do It… ». C’est sorti fin 2017 et c’est sur Rookie Records.

 LE DISQUE : Vous aimez la soul qui va vite, avec de la joie, des cuivres, des sapes et des filles qui chantent comme chez The Inciters ? Alors vous allez forcément aimer The Schogettes.

Le disque démarre bien comme on aime avec « I’m A Good Woman », parfaite entame avec ce qu’il faut de puissance, du genre qui pourrait sortir du répertoire de feue Sharon Jones, avec la ponctuation de cuivres qui va bien, suivi de près par la très joyeuse « He’s Got The Power » qu’on croirait sortie des sixties américaines, avec des tables en Formica, des cheveux gominés  et des robes Vichy. J’adore l’ambiance.

« Cool Jerk » distille de l’énergie en veux-tu en voilà, la très rock « Louhaven » montre que les filles ne sont pas venues pour beurrer les biscottes, et « Nothin’ But A Heartache », toujours à fond les ballons, sort des choeurs gros comme ça et une puissance de feu à faire pâlir les Vieilles Canailles quand elles dégainent leur version big-band de « Noir C’est Noir ». Classe les filles !

Le tempo se fait presque ska sur « Kiss Me Now, Don’t Kiss Me Latter », sans temps mort, et c’est absolument superbe tellement ça invite à la danse. Grosse, très grosse impression, sur « Be Young, Be Foolish, Be Happy », que les Schogettes empruntent aux Tams avec style (après la superbe version de Giuliano Palma il y a un bail), et avec des incontournables « hou hou hou » par derrière. Impression à peu près aussi bonne sur « I’ve Tried Love Once » et son début simplement gratté, et sur « Soul Galore », parfaitement nommée pour décrire à quoi ressemble ce premier opus d’une équipe de Schogettes assez irrésistible : soul à profusion !

On regrettera peut-être une production parfois pas tout à fait à la hauteur, mais on se réjouira de découvrir cette fine équipe très bientôt à quelques encablures de la maison. L’album est très cool, ça devrait le faire bien comme il faut en live.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *