Rude Boy Train

JR THOMAS & THE VOLCANOS – Rockstone – Colemine Records

Résultat de recherche d'images pour "jr thomas rockstone"UN PEU D’HISTOIRE: Ça fait un moment que JR THOMAS se trimbale au milieu de la scène US, parfois avec avec The Dropsteppers, parfois avec The Venditions, mais c’est avec des types de Los Angeles (lui qui est de Minneapolis) qu’il va nous épater en 2015. Ses potes s’appellent THE VOLCANOS, et avec « Beware » sur Truth & Soul, la fine équipe va mettre sur le cul tous les amateurs de rocksteady et de reggae des origines.

Sortie mondiale (et oui c’est l’effet Truth & Soul), tournée européenne,  passages à la télé et à la radio… Jr Thomas et ses Volcanos intéressent bien au-delà de la scène à bretelles et à chemises à carreaux.

Dire qu’on attendait ce deuxième album de pied ferme est donc ce qu’il convient d’appeler un euphémisme.

LE DISQUE: Alors il est comment ? Il est bien, rassurez-vous. La question est de savoir s’il est aussi bien, voire si il est mieux, que son prédécesseur. Et là c’est plus difficile de trancher.

Parce que d’entrée, le groupe dévoile son hit, sa perle, son climax, « What A Shame », encore plus beau qu’un sourire de Keira Knightley ou qu’une droite de Mohamed Ali. C’est d’une finesse qui confine à la perfection, c’est remarquable d’équilibre et de sensibilité. Oui, mais le morceau n’est plus vraiment une nouveauté puisque Colemine Records l’a dévoilé il y a plusieurs semaines sur bandcamp. Alors pour l’effet de surprise, c’est mort, surtout que pour le titre suivant, « Chin Up », c’est pareil. On tient là une merveille de rocksteady avec des backing vocals de toute première bourre, mais comme on l’a écouté en boucle depuis sa mise en ligne, on n’est plus ni étonnés, ni estomaqués.

Il faut dire qu’on s’est habitué au génie de Jr Thomas et de ses Volcanos et que comme des gosses de riches, on est devenus des pourris gâtés. Et puis il faut se rappeler qu’il y a trois ans, ils avaient frappé très fort alors que personne ne les avait vu venir.

Je fais donc ma chochotte en essayant de vous expliquer que non, le groupe n’a pas réussi à faire mieux que sur « Beware ». Mais comment pourrait-il en être autrement quand la barre a été mise aussi haut ?

Alors j’écoute et je réécoute « Mr Harriott », merveille reggae en hommage à qui vous savez, je manque verser une larme devant la beauté de « Til You’re Gone », et avec l’inclassable « Rockstone » (ni reggae, ni rocksteady), d’une simplicité aussi renversante que sa finesse, on se sent très agréablement désorienté.

En enfilade, « Brian Wilson » continue de faire des merveilles avec son intro de clavier parfaite, sa basse qui s’emmêle, et quand vient la voix de Jr, on valide comme si c’était un vieux Heptones. Sans déconner, en 2018, y a pas deux groupes sur terre capables d’envoyer du son de cette qualité, dans ce style-là, avec la même constance dans la perfection.

Il y a des cuivres qui se pointent sur « 2nd Time Around », et des « roupoupou » de toute beauté, ça chaloupe bien comme il faut sur la plus énergique « Phony Ones », avec encore une fois un chanteur et des choristes des grands jours, et le retour au calme se fait sur la très bien gaulée « Cold Smiles ».

Avec « Forever », les Californiens nous offrent une conclusion parfaite pleine de personnalité, d’épaisseur et de style, confirmant que si l’effet de sidération n’opère plus tout à fait, « Rockstone » rivalise sans problème avec « Beware », et installe définitivement Jr Thomas & The Volcanos dans le top 5 des meilleurs groupes d’aujourd’hui.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *