Rude Boy Train

EASTERN STANDARD TIME – Time For Change – Jump Up Records

UN PEU D’HISTOIRE: C’est à Washington DC que se forme en 1995 le groupe Eastern Standard Time qui originellement joue du ska-jazz teinté de toutes les autres variantes des rythmes caribéens.

Après un EP « Take Five » en 1996, leur premier album « Second Hand » déboule en 1997 et ça en jette direct, avec des compos originales et solides et une prod nickel. Ils pointent dès lors dans le peloton de tête des formations US, ce qui leur ouvrira la possibilité de jouer par chez nous, et quiconque aura vu Eastern Standard Time sur scène pourra vous vanter l’excellence de leurs sets, dansants à souhaits. « Time Is Tight », leur deuxième album sort d’ailleurs chez les Allemands de Grover Records en 2001. Mais les Washingtoniens de sont pas des plus bavards et distillent leurs compos au compte-goutte, et ce n’est qu’en 2005 que voit le jour, conjointement chez Jump Up Et Grover, « Tempus Fugit », leur troisième album, qu’ils viendront défendre sur scène sur nos terres.

De cette tournée mondiale sera extrait « Arrivals And Departures » , un album live qui, faute d’un mix vraiment réussi, ne rend pas forcément honneur à la qualité de leurs prestations… les années passent et Eastern Standard Time se fait à nouveau plutôt discret, à l’exception de quelques concerts ici où là, jusqu’à ce printemps ou ils annoncent la sortie de « Time For Change », leur 4eme album studio, produit par Jump Up Records qui sera présenté en avril en Europe, sans malheureusement la moindre date Française.

LE DISQUE : Ca fait bientôt trois semaines que « Time For Change » tourne en boucle dans la voiture. Il tourne , il tourne encore et encore, au point que je finissais par plus vraiment  savoir quoi en dire… Car finalement, presque quinze ans après leur dernière production, pas grand-chose de neuf sur la planète Eastern Standard Time… Pas grand-chose de neuf, effectivement, sauf que c’est toujours aussi bon, inspiré et joué carré de chez carré.

Alors, à l’aube de l’arrivée du tout chaud Aggrolites qui va forcément vouloir prendre sa place dans l’autoradio, faut bien que je me lance…

Donc, Eastern Standard Time, c’est toujours un des meilleurs combos des US et c’est pas « Time For Change » le morceau titre qui ouvre l’album qui le démentira : le reggae alterne parfaitement le chaud et le froid entre son couplet scandé façon ragga à la LKJ et son refrain boosté par des chœurs et des cuivres puissant.

Derrière, retour aux racines avec « Totem Pole », un 100% pur ska-jazz virevoltant comme jamais, avec ses congas omniprésents et deux solistes en verve qui s’en donnent à cœur joie. Au rayon ska, « Left For Dead », chanté, cette fois-ci, est tout aussi fameux, avec sa basse lourde et ses variations rythmiques particulièrement réussies. Le son est parfait et dénué de toute recherche d’un aspect vintage très côté chez leurs congénères US, amplifiant encore, si besoin, l’identité du groupe.

Mais Eastern Standard Time, en dehors de ses zicos hors-pairs, a un autre énorme atout dans sa manche, c’est la voix formidable de son chanteur et percussionniste I-Peace Unikue, qui rappelle souvent les intonations du beaucoup trop rare Greg Lee. Et quand le groupe balance un ska aussi fun et bondissant que « Lovely In Mad », c’est lui qui régale avec une puissance et une maitrise impressionnante.

Le groupe sait aussi parfaitement calmer le jeu et nous offre à l’occasion quelques pépites rocksteady du niveau d’ « Hayati », toujours superbement interprétée ou plus encore le somptueux « Pretty Things », à l’esprit carrément soul avec sa guitare jazzy, son vibraphone délicieux et une interprétation vocale, du lead aux chœurs absolument terrible.

On repensera encore inévitablement à Hepcat à l’écoute des chœurs légers du rub-a-dub « Sugar Shack » génialissime, sans en rajouter, sérieux !

L’album se termine finalement beaucoup trop vite avec cette reprise de « Thing Of The Past », malgré tout à la hauteur du reste de la galette.

C’est finalement là le seul reproche qu’on pourra encore faire à Eastern Standard Time, celui du goût de « trop-peu » que nous laisse l’écoute de ces superbes huit titres, variés et inspirés, impeccablement produits, surtout lorsque l’on sait que l’on risque d’attendre la suite pendant quelques années.

Profitons donc en attendant à plein pot de cet excellent « Time For Change » qui marque le grand retour d’un des groupes essentiels de la scène ska mondiale.

Bronsky

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *