Rude Boy Train

DR RING DING – THE REMEDY – Pork Pie Records/Jump Up Records

UN PEU D’HISTOIRE : Plus vraiment besoin de vous présenter le bon Dr Ring Ding. Richard Alexander de son état civil, est un peu partout où se joue du bon ska et du bon reggae depuis la fin des années 80, quand il débuta sa carrière au sein d’El Bosso Und  Die Ping Pongs. Mais c’est quand il se lance avec Les Senior All Stars avec ce premier album explosif « Dandimite » que sa renommée franchit toutes les frontières.

Depuis, il a empilé les bons albums, accompagné par une tripotée de groupes, des Bartenders au Sharp Axe Band, du Freedom Street Band pour le Ska Vaganza au Rotterdam Ska Jazz Orchestra pour son projet Kingston Kitchen en passant par les Kingston Rudieska, et joué un peu dans tous les registres possibles et imaginables des musiques de racines Jamaïcaine. Et je ne parle même pas des innombrables featurings disséminés un peu partout dans le monde.

Comme si ça ne suffisait pas, il a rejoint depuis quelques années, le line-up des légendaires Busters.

Mais il y a quelques mois, il annonce son départ de la formation phare d’Outre Rhin pour se consacrer à nouveau à un projet « solo » accompagné de nouveaux musiciens et de quelques fidèles comme Markus Dassman à la guitare.

Fortement compliqué par les événements sanitaires qu’on connait, ce n’est qu’en cette rentrée 2020 que sort chez Pork Pie Records, en attendant une sortie vinyle prochaine chez Jump Up, « The Remedy », le truc dont on avait bien besoin en ce moment !

LE DISQUE : Le nouvel opus tant attendu du Docteur commence avec « More Reggae », le gros rub-a-dub qui nous avait été proposé en guise d’avant-goût il y a quelques semaines. Sur ce reggae cuivré à souhait, Ring Ding déroule avec aisance son texte fun et positif.

Si toutes les mouvances sont représentées, le cœur de l’album est majoritairement ragga, à l’image du morceau titre, « The Remedy », un early dancehall légèrement digital, chanté en duo avec Sista Gracy, plutôt cool avec ses cuivres bien sentis. Niveau dancehall, on lui préfèrera quand même l’entêtant « Polska Wódskà » plus acoustique et super pêchu, mais aussi et surtout « Unity » le featuring coup de poing avec Tippa Irie, ou bien « Old School Rock » un toast à l’ancienne sur un son à l’ancienne, dont le bon Richie a le secret.

« Fun » est lui un ska vaguement two-tone, dans la veine des dernières productions des Busters, et même si c’est pas vraiment ma tasse de thé, le titre est efficace et finalement plutôt cool.

Les gros coups de coeur sont à aller chercher du côté de « Boss Reggae Party », pure pépite du style, dansante et impeccablement cuivrée comme on aime, de « Tootchie » un instru ska trad aux p’tits oignons à l’équilibre quasi-parfait.

Rayon belles réussites, il y ’a aussi le gros instru reggae « Copper And Zinc », aux cuivres surpuissants posés impeccablement sur le riddim « Promised land », le léger rocksteady « Shaving Cream » joliment arrangé avec ses fines pointes de vibraphone, ou bien encore le mélancolique « Both Sides Now » à la mélodie vocale imparable, dont on adore la version Française « Je N’ai Rien Appris ».

Le reste des titres tient bien la route, du cumbia-reggae «Maria Angelina» à la reprise planante du « Creep » de Radiohead en passant par le petit reggae à la cool «Dancing In The Rain » chouettement interprété en duo avec Stephanie K.

Avec ce nouvel album frais et très varié, Dr Ring Ding nous revient en forme, particulièrement affûté sur les titres ragga, et continue de nous proposer sa vision fun et enjouée des musiques Jamaïcaines, avec toujours une grosse prod et des arrangements soignés.

C’est p’têt pas aussi roots qu’on aurait pu le souhaiter, mais ça le fait rudement bien quand même !

Bronsky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *