Rude Boy Train

MAD CADDIES – HOUSE ON FIRE – FAT WRECK CHORDS

UN PEU D’HISTOIRE :  Je suis toujours très enthousiaste lors de la sortie d’un nouveau projet des Mad Caddies. Le groupe Californien originaire de Santa Barbara, qui célèbre cette année ses vingt cinq ans de carrière, ne m’a jamais déçu depuis la sortie de son premier album « Duck and Cover » en 1997.

Depuis sa formation, le sextet a produit des projets de qualité, aux influences Ska, Ska- Punk, Pop-Punk mais constamment teintés de cette sonorité Jazz New Orleans qui donne cette touche si particulière à l’œuvre des Mad Caddies.
Même s’ils se font plus discret depuis 2010, ils nous ont servi récemment d’excellents albums.

Notamment « Dirty Rice » en 2014, ou encore le fantastique « Punkrocksteady » en 2018. Le combo avait alors réussi le tour de force de proposer un album constitué essentiellement de reprises de groupes emblématiques de la scène Punk-Rock Californienne, tout en sonnant comme un album 100 % Mad Caddies.

C’est donc toujours chez « Fat Wreck Chords », le label de Fat Mike des NOFX , que le groupe nous livre, le 16 octobre 2020, un EP digital de cinq titres.

LE DISQUE : Les Mad Caddies proposent ici avec HOUSE ON FIRE cinq nouveaux morceaux, leur première composition originale depuis « Dirty Rice » il y a six ans.
Ces nouvelles créations sont issues d’anciennes maquettes élaborées en 2017 que le groupe n’avait jamais terminé. Alors que la crise sanitaire actuelle a mis un coup de frein aux projets du groupe, qui devait fêter en grande pompe son 25ième anniversaire, ils ont pu profiter de ce temps pour retourner en studio. La majorité de l’enregistrement du

projet à été réalisé à l’occasion de la quarantaine avec Thom Flowers, leur collaborateur de longue date. Le batteur du groupe, Todd Rosenberg, s’est quand à lui occupé du mixage.

L’ouverture de l’EP se fait avec Let It Go, un titre particulièrement efficace. Il débute avec une introduction hybride entre Country et Rock pour très vite dériver vers un Reggae typique du style Mad Caddies. Dès les premières notes, difficile de ne pas s’imaginer les pieds dans le sable, un verre à la main, sous le soleil Californien ! La ligne de basse est ronde et douce, ça skank, Chuck Robertson assure au chant lead, c’est impeccable !

Waiting For The Real Thing est sans aucun doute le titre le plus réussi du projet. Une sorte de R&B Doo Wop avec de sublimes chœurs d’accompagnement derrière le chœur principal. Un effet légèrement saturé dans la voix, fait ressortir le coté Punk et rugueux du chant . Le morceau se conclu sur un passage Ska de quelques dizaines de secondes, le seul du disque ! En tout cas, ça groove à fond, on entend les claquements de doigts battre la mesure, c’est le son que j’aime chez les Mad Caddies.

Sur Strange Days, le groupe fait la part belle aux cuivres avec le trombone d’ Ed Hernandez et la trompette de Keith Douglas. Le refrain est quant à lui entraînant et fédérateur. Dès la première écoute, on ressent l’envie irrésistible de le reprendre à tue- tête !

On ralenti doucement le tempo avec Dogs Of War. Une petite introduction, guitare acoustique/voix avant de rapidement passer à l’électrique. Je suis moins emballé par ce titre, beaucoup plus Pop, calibré pour le Punk à Roulette du MTV des années 90. Ce genre de morceaux me parle moins mais reste redoutablement efficace dans ce style .

HOUSE ON FIRE s’achève en beauté avec Wake My Baby, une sorte de Folk-Punk parfaitement bien exécuté. C’est le genre de morceau qui donne envie de ressortir le skateboard qui traîne au fond du garage pour partir tracer la route.

Une fois encore, la bande de Santa Barbara nous a offert un opus de qualité avec un mixage aux petits oignons. On n’entendra pas vraiment de Ska sur cet album, mais le son des Mad Caddies, riche de ses influences diverses, est bien présent. Il est cependant regrettable que le disque n’ai pas bénéficié d’une sortie physique, il avait tout à fait sa place entre les LP « Dirty Rice » et « Punkrocksteady ». En espérant que cet EP soit annonciateur de nouveaux projets pour les Mad Caddies dans un futur proche.

Clem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *