Rude Boy Train

THE ROCKIN’ PREACHERS: L’INTERVIEW !

403480_385136221544472_1182247804_n[1]Discussion avec Pierre, chanteur/guitariste des ROCKIN’ PREACHERS, quelques semaines après la sortie de leur premier album, l’excellent « Reggae Cookin’».  On y parle de vinyles, de Bob Marley, de soul et de rocksteady…

RUDE BOY TRAIN : Salut Pierre, merci de répondre aux questions de Rude Boy train

ROCKIN’ PREACHERS : Salut, j’ai découvert Rude Boy Train il y a quelques mois et j’écoute les émissions de temps en temps.

RBT : Cool ! Comment ça se passe depuis la sortie du disque il y a quinze jours ? Comment est l’accueil ?

ROCKIN’ PREACHERS : L’accueil est plutôt bon, c’est une petite sortie comme tu la sais, mais les gens qui prennent le temps d’écouter le disque ont l’air de vraiment l’apprécier, j’ai eu pas mal de retour très positifs !

RBT : Tu dis que c’est une petite sortie… mais t’envisages une distribution par la suite ou ça reste un disque que vous vendez surtout en concert ?

ROCKIN’ PREACHERS : C’est une petite sortie par le nombre d’exemplaires fabriqués (500 vinyles). En fait le label Soulbeats s’occupe de faire distribuer le disque, ce qui revient à démarcher les disquaires indés. Cela prend du temps, on peut dire que ça démarre doucement en termes de mise en bacs. Bien sûr le disque est dispo sur nos concerts.
107745-soulbeats-17112011-0923[1]RBT : Soulbeats c’est un « vrai » label ou c’est votre propre structure ?

ROCKIN’ PREACHERS : Non Soulbeats est un vrai label. Ils ont des artistes comme Groundation , Tarrus Riley, Seb Sturm, Shaolin Temple Defenders qui mon autre groupe. Pour ces groupes là il y a pas mal de moyens. Pour les Rockin’ Preachers, premier album = prise de risque minimum, mais ça nous permet de le sortir et de bénéficier de leur « vitrine » (www.soulbeats.fr).

RBT : Ok. Le choix de sortir le disque uniquement en vinyle et en téléchargement (pas de CD officiel), c’était vous où le label ? Pour la distrib’ c’est pas plus simple de faire un cd ?

ROCKIN’ PREACHERS : En fait j’ai produit cet album avec pour objectif de le sortir à terme en vinyle. Au moment de penser à le vendre, comme je travaillais déjà avec eux, j’ai demandé à Soulbeats s’ils étaient intéressés et ils m’ont répondu que non. Donc comme j’avais très peu de moyens je me suis dit que j’allais faire en deux étapes d’abord en cd à vendre sur les concerts et l’été, une fois le cd remboursé j’allais m’attaquer au vinyle. Sauf que le mec de Soulbeats a écouté l’album entre temps et il est revenu vers moi pour me  proposer une sortie. Il ne voulait faire que du vinyle car le cd ne se vend quasi plus, surtout dans ce genre de style spécialisé pour les connaisseurs qui sont très souvent amateurs de vinyles. Perso depuis la première note et le premier mot écrit pour cet album j’ai pensé vinyle. Le CD n’est qu’une étape.

RBT : Ouais c’est ce que je me disais, le vinyle est aussi plus raccord avec votre musique d’inspiration 60’s/70’s…

ROCKIN’ PREACHERS : Ben… sans être intégriste j’aime bien essayer d’écouter le son comme il est sorti. Même si je ne prétends pas faire du vieux son dans cet album, c’est en grande partie des vieux vinyles que je tire l’inspiration. Du moins en termes d’esthétique générale.

RBT : Ouais, on sent bien l’inspiration jamaïcaine, le vieux rocksteady, le style early-reggae, même si le son est moderne…

ROCKIN’ PREACHERS : L’inspiration c’est ça ! Tout ce qui nous vient de la bonne vieille soul…Pour le son « moderne » c’est plus une question de méthode d’enregistrement et de mix. Là on est sur du do it yourself donc je me suis démerdé avec l’ordi. Mais le groupe sonne plus roots en live.

RBT : Ah ouais, vous avez enregistré ça à la maison ? Pas de vrai studio ?3610151915527_600[1]

ROCKIN’ PREACHERS : Non, les prises rythmiques dans un local au fond du jardin des parents du batteur dans la campagne, et les voix dans une petite salle que mon pote Mickey (le batteur des Shaolin) m’a prêtée, c’est là qu’il donne des cours. Pour la rythmique j’ai juste demandé un coup de main à mon pote Henry qui nous a prêté un peu de matos et nous a aidé à tout installer la veille des prises… Apres j’ai pris le temps pour mixer sur ma chaine Hifi dans mon salon, je remercie les voisins au passage !

RBT : Ok ok… les conditions sont roots mais la prod finale est nickelle je trouve…

ROCKIN’ PREACHERS : De toute façon je crois que pour ce genre de musique ce qui est important c’est de se sentir bien, c’est plus important que la qualité des micros. Apres c’est sûr que si je pouvais toper quelques bons mikes et préamps pour le prochain album ce serait parfait ! Willie Mitchell, le producteur  de Al Green, a dit un truc du genre: « ce qu’il faut pour faire un bon disque c’est un cœur et une paire d’oreilles ».

RBT : Effectivement il a raison… Je ne pense pas trop me planter si je dis que vous aimez bien les trios vocaux style Maytals, Wailers, Pionneers …..

ROCKIN’ PREACHERS : A donf, je pourrais évidemment en rajouter toute une liste… Ce qui est essentiel pour nous c’est le fonctionnement même du trio vocal. On joue une musique assez simple dans sa structure et c’est ce qu’on aime, la formule trio nous permet de donner du relief à la musique. Les harmonies vocales donnent des couleurs différentes à mesure que le texte se déroule. Et puis en tant que musicien de soul, je vois la musique comme une occasion de partager ce qu’on a. Le rocksteady, c’est la soul jamaïcaine, on y retrouve cette ferveur propre à la soul américaine mais avec quelque chose de différent du fait des influences culturelles présentes en Jamaïque à l’époque. Nous avons conscience de notre vie ici en Europe en 2012, mais cela ne nous empêche pas de chanter avec ferveur car tout cela fait aussi partie de notre culture malgré tout.

RBT : Comment tu es venu à la musique jamaïcaine au départ ?

ROCKIN’ PREACHERS : Quand j’étais gamin j’avais entendu Bob Marley et j’avais demandé qu’on m’offre « Lengend » la fameuse compil de Bob. Au lieu bmw-survival[1]de ça j’ai eu « Survival ». Au début j’ai été déçu, et puis je me suis mis à l’écouter, je devais être en 6eme parce que je me rappelle que les cours d’anglais me servaient à comprendre les textes. Je te dis pas la claque que je me suis prise. Je me suis beaucoup intéressé au  reggae par la suite. J’écoutais aussi du rocksteady et de l’early-reggae sans savoir que ça en était, pour moi c’était du reggae. J’ai commencé à vraiment faire la différence lorsque je me suis intéressé de plus près à la Soul Music. C’est là que j’ai compris que le rocksteady était la réponse jamaïcaine à la soul américaine.

RBT : Ouais c’est exactement comme ça qu’on peut définir ce style…Toi tu fais partie de Shaolin Temple Defenders, le batteur de Jouby’s… et les autres, ils évoluent aussi dans d’autres groupes ?

ROCKIN’ PREACHERS : Felix le bassiste est prof de musique, il joue dans pas mal de groupes différents, notamment il remplace Benji à la basse dans Train’s Tone de temps en temps. Il joue aussi un peu avec Jérémie Malodj’. Olivier qui fait les claviers et les chœurs joue dans Moon Hop depuis quelques temps et aussi dans Train’s Tone. Il a aussi un nouveau groupe qui s’appelle Protolites, à base de groove, un album est en préparation… C’est tout, on est quatre…

RBT : Vous êtes intermittents ? C’est votre métier la zique ?

ROCKIN’ PREACHERS : Jouby et moi sommes intermittents. Olive est en train de le devenir et Felix est aussi dans la zique mais comme prof.

RBT : Ça bouge pas mal la scène sur Bordeaux non ? Moon Hop, Train’s Tone, Aspo, Jouby’s, vous… dans le sud-ouest en général d’ailleurs ça a l’air de bouger, j’en parlais récemment avec le chanteur de Mampy… Guns of la Garonne !

ROCKIN’ PREACHERS : Yes ! C’est vrai que c’est plutôt  cool pour ça ici.

RBT : Vous avez prévu une tournée là pour le disque ? Au nord de la Loire quoi…

ROCKIN’ PREACHERS : Ben, pas grand-chose de prévu en dehors du grand sud-ouest mais on aimerait bien. APPEL A TOUS APPEL A TOUS ! C’est vrai qu’entre les Shaolin et les Jouby’s les disponibilités sont limitées. J’aimerais prévoir une période dans l’été à consacrer uniquement aux Rockin’ Preachers, c’est en cours…

RBT : On espère on espère…Tu as un très bon accent anglais, tu l’as chopé où ?

ROCKIN’ PREACHERS : En écoutant les skeuds et en restant nature.  Beaucoup de gens font des manières quand ils chantent, pour ma part j’essaye de chanter comme je parle, de toute façon ça revient au même… L’important pour moi n’est pas le style mais la mélodie. J’essaye d’aller au plus simple car c’est déjà assez difficile comme ça…

RBT : Ouais et t’as écouté Bob en boucle… y  pas mieux pour apprendre l’anglais…

tumblr_m72oi8NE2D1r6jkjyo1_500[1]ROCKIN’ PREACHERS : Et ce bon vieux Alton Ellis

RBT : Indispensable Alton Ellis ! Vous pensez faire évoluer votre son ou vous allez rester sur une formule à 4, simple et efficace ? Vous n’envisagez pas l’ajout de cuivres de temps à autre ?

ROCKIN’ PREACHERS : Non pas de cuivres en vue pour le moment… La formule à 4 est vraiment super efficace en concert. Si on devait prendre un musicien supplémentaire ce serait plutôt un autre guitariste pour les cocot. Apres pour les cuivres je ne suis pas contre mais ça me parait prématuré. Pour ce qui est de faire évoluer le son j’ai déjà 3 compos pour le 2eme album : un ska, un rocksteady et un rub a dub… Donc là je ne sais pas encore trop ce que je vais prendre comme direction sur les compos mais je crois qu’on a tous envie de faire un peu de reggae. Depuis peu on joue « Come on home » de Joe Higgs en concert. J’avais acheté la réédition que Pressure Sounds a faite, j’adore le style de Higgs et j’aimerais bien m’y essayer, mais faut quand même avoir le niveau en songwriting, on verra selon les idées qui viendront…

RBT : C’est cool que vous fassiez un peu de ska… et vos projets c’est quoi ? Déjà l’enregistrement d’un deuxième album ?

ROCKIN’ PREACHERS : Nan là j’suis juste repassé un peu en mode compo mais y a pas de projet d’album pour le moment, on verra quand on en aura quelques-unes de plus. L’idée c’est de se faire un peu connaitre avec ce premier album. J’ai l’impression que les gens qui ne connaissent pas du tout le rocksteady accrochent aussi un peu donc c’est bien si on arrive à les amener sur des blogs comme rude boy train pour qu’ils découvrent d’autres choses et se détendent un peu par rapport à tous les aprioris qui trainent autour du reggae et de ses dérivés.

RBT : Ouais vas-y, fait venir des lecteurs sur Rude Boy Train !

ROCKIN’ PREACHERS : Ben on essaye!

RBT : Tu peux donner à nos lecteurs quelques pistes de bons disques à acheter pour noël ?

ROCKIN’ PREACHERS : Ouais. Alton Ellis, « Sunday coming » pour ceux qui ne l’ont pas le matin de Noël sera magnifique. James Carr, « You got my mind messed up », c’est un disque de soul (Goldwax Records) pure voix, du vrai ! The Rockin’ Preachers, « Reggae Cookin’», enjoy ! Bon pour les disques early etc, vous faites ça mieux que moi donc je vous en mets un autre soul pour votre maman : Sam Cooke,  « Night Beat », c’est là que pasNbNrK[1] mal de choses ont commencé.

RBT : Super programme !

ROCKIN’ PREACHERS : Merci. Ah oui, juste une petite précision concernant le titre « You can’t touch me » dont tu parlais sur Rude Boy Train. Il ne s’agit pas d’une love song. J’ai voulu faire comme pas mal de jamaïcains font en cachant un morceau plutôt rebelle dans une esthétique love… Mais je crois que j’ai un peu abusé car personne ne le voit vraiment… Bref pas grave…

RBT : Arf ouais, moi je suis trop mauvais en anglais pour comprendre, mais tu fais bien de préciser ! En tout cas merci d’avoir répondu à nos questions, et encore félicitations pour ce super album.

ROCKIN’ PREACHERS : Merci à toi !

 

 

  1. Pingback: The Rockin' Preachers : l'Interview !The Rockin' Preachers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *