Rude Boy Train

SOUL RADICS – DOWN TO THE HALL – JUMP UP RECORDS

65110_489449764432759_1200489846_n[1]UN PEU D’HISTOIRE: Nashville, Tennessee. C’est là qu’a démarré en 2011 SOUL RADICS, un groupe pas vraiment soul, mais vraiment skinhead reggae/rocksteady/ska. Soul Radics, c’est sept musiciens transfuges d’autres formations (AKA: Rudie, Freedom of Expression…), qui ont  joué avec un peu toutes les pointures du coin et d’ailleurs: The Slackers, Mighty Mighty Bosstones, King Django, The Aggrolites, The Toasters,  Stranger Cole et tutti quanti…

Et comme il était temps de laisser une trace dans l’histoire, Soul Radics a sorti son premier album, « Down To The Hall », le 17 novembre dernier sur Jump Up Records, l’incontournable label de Chicago de l’incontournable Chuck Wren. Le disque est sorti en Cd et en téléchargement, puis en vinyle un mois plus tard.

LE DISQUE: Mon dieu qu’il est sympathique ce premier album ! A priori comme ça, Soul Radics c’est pas tout à fait le groupe dont on attend la première livraison avec fébrilité en se rongeant les ongles ou en se grattant les poils. Pourtant tout, à peu près tout chez eux respire la coolitude. La pochette est fun, ça chante ça joue ça sautille ça rigole, et putain sa mère ça fait du bien par où ça passe !

C’est neuf titres, c’est moins d’une demi-heure de musique, ça se la raconte pas, ça pète pas plus haut que son cul, mais n’empêche que ça envoie la bois à la bien comme disent les cagoles de Marseille.

Parfois un peu skinhead, parfois un peu reggae, parfois un peu skinhead-reggae, Soul Radics est aussi très à l’aise dans le rocksteady et dans le ska, évidemment. Ça donne une entame parfaitement bien gérée, avec deux perles qui s’enfilent comme Alban dans Brigitte: La magnifique « Pressin’ On » d’abord, early reggae avec des cuivres qui claquent, suivie de près par « Down To The Hall », pur ska uptempo des familles taillé pour le skank avec des copines en Monkey Boots. Efficace ! Diablement efficace !

Et côté de gros ska qui poutre, on applaudira des deux mains et même des pieds la superbe « Think Twice », qui avec son énergie débordante et sa voix girly rappelle les regrettés Canadiens de The Kingpins. Franchement moi, c’est des morceaux comme ça qui m’ont fait aimer le ska !

Dans un style un peu plus à la cool, on appréciera la très dansante « Reggae Better », et surtout le hit « The Worst Thing », balancé comme ça en milieu de skeud, avec des backing vocals classes comme sur un album de Hepcat et une ponctuation tout en cuivres du plus bel effet.Et puis évidemment on a aussi droit à un titre à la Aggrolites qui pulse (« Wound Too Tight ») , avec des doigts qui rebondissent sur le clavier et une rythmique aussi syncopée que métronomique.

Certes la production n’est pas énorme et on peut regretter qu’un duo de morceaux (« Rock It Steady » un brin ennuyeuse, « Hey Skavoovie » un peu trainante) ne soit pas tout à fait à la hauteur de ses congénères, mais force est de constater que sur le reste de cet opus haut en couleur, Soul Radics frappe fort, très fort,  au-delà des horizons d’attente que j’étais fourés dans le crâne.

Y a des groupes comme ça qui ont assez de talent pour réussir à convaincre dès leur premier album. Soul Radics, sympathique gang du Tennessee, fait assurément partie de cette catégorie.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *