Rude Boy Train

RUDE BOY TRAIN’S CLASSIC – ORANGE STREET – Step In…(2000/Small Axe)

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Comme Western Special, Rude Boy System ou les Viking’s Remedy, Orange Street fait partie de ces groupes qui, au beau milieu des années 2000 où le ska avait pignon sur rue en France grâce au large succès de groupes à l’orientation festive, défendaient fièrement la bannière d’une version beaucoup plus traditionnelle de nos musiques Jamaïcaine. Read More

CAZ GARDINER & THE BADASONICS – REGGAE WORKERS OF THE WORLD – BADASONIC RECORDS

UN PEU D’HISTOIRE : BADASONIC RECORDS, c’est le tout nouveau label belge installé entre Charleroi et Bruxelles, avec derrière Nico Leonard (Caroloregians, Moon Invaders, Reggae Workers of The World…) accompagné de son pote Brieuc Labiouse.

Même pas un an d’existence, et voilà Badasonic Records qui publie son premier 45 tours avec dessus la grande CAZ GARDINER, accompagnée pour l’occase par THE BADASONICS, le combo dans le lequel on retrouve Nico Leonard (forcément), et une bonne partie des Moon Invaders/Caroloregians.

Quant à la seconde référence, elle est à peu près du même niveau, puisque’il s’agit du nouveau 45 tours de REGGAE WORKERS OF THE WORLD, l’irrésistible trio de Jesse Wagner (Aggrolites), Vic Ruggiero (Slackers) et Nico Leonard. On n’a pas pu s’empêcher de vous en parler… Read More

TWO TONE CLUB – Don’t Look Back – Productions Impossible Records

UN PEU D’HISTOIRE: le TWO TONE CLUB débute sa carrière en 1999 à Montbéliard sur les cendres des ex-Gangsters All Stars, prenant le parti pris original d’affubler à chacun de ses musiciens un surnom lié à une couleur, en référence à Reservoir Dogs.

Ses influences couvrent  toutes les périodes du ska : 60’s, two tone, revival, avec des gros morceaux d’early reggae et de rocksteady dedans. Le groupe profite allègrement de sa situation géographique pour jouer un peu partout en Europe

Après son premier EP, « We’re Going… » sortit sur Like A Short Records en 2001, ils publient leur premier album, «One», dès 2002, chez Productions Impossible Records. Dans la foulée, le groupe participe au Dance Ska La à Rennes et figure avec trois titres sur la compilation live du festival.

En 2004, Two Tone Club participe aux Eurockéennes de Belfort. Le deuxième album, « Turn Off », mixé par Victor Rice (Stubborn Allstars, Firebug, ex- Slackers…), sort sur le même label en 2005 et est réédité ensuite par Big 8 Records et Grover Records. Two Tone Club participe à de nombreux festivals, notamment le cultissime Postdammer Ska Fest en Allemagne et au Dutch Ska Fest aux Pays-Bas. Il obtient alors autant de succès par chez nous qu’au delà de nos frontières. Read More

THE JAMES HUNTER SIX – Whatever It Takes – Daptone Records

Résultat de recherche d'images pour "james hunter six whatever it takes"UN PEU D’HISTOIRE : Colchester, au nord de Londres. C’est de là que vient JAMES HUNTER, amateur de rhythm and blues et de soul, mais aussi de rockablilly, genre qu’il explorera au mitan des 80’s avec Howlin’ Wilf and the Vee-Jays, un de ses premiers groupes avec lequel il publiera trois albums et un maxi Ep.

James Hunter traîne sa guitare dans les clubs de Londres, se fait repérer par un certain Van Morrison qui apparaît sur le premier album solo du gaillard, « Ace », en 1996. Hunter se retrouve ensuite à accompagner Morrison sur scène, avant d’enregistrer trois autres albums jusqu’à la fin des années 2010 et de monter une formation qu’il appellera tout simplement THE JAMES HUNTER SIX.  Read More

THE DANCE CRASHERS – Fabulous Coconut – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE : Pas souvent qu’on vous chronique direct un premier album comme ça, qui plus est d’un groupe qu’on découvre en même temps que vous. The Dance Crashers sont donc Espagnols, et ça, à défaut d’un gage de qualité à toute épreuve, ça reste plutôt un indicateur favorable. Cela fait plus de deux ans que les dix membres rodent leur musique sur scène un peu partout en Espagne, à l’affiche notamment du Rototom ces deux dernières années, excusez du peu !

Evoquant l’influence incontournable des Skatalites, du New York Ska Jazz Ensemble, des compatriotes du Gramophone All Star ou bien naturellement avec un chant lead féminin, de Janis Joplin, Nina Simone ou Amy Winehouse, on pourrait dire que ça sent bon ou bien qu’ils se la pètent grave !

Sauf que ce premier opus autoproduit et enregistré en janvier dernier nommé « Fabulous Coconut », eh bien il envoie du lourd ma p’tite dame…

LE DISQUE : On aura effectivement rarement été aussi emballés par un premier album que par ce « Fabulous Coconut ». Parce qu’il faut quand même en avoir pour envoyer autant d’aisance un ska-jazz comme cet excellent « Roots » qui ouvre l’album, synthétisant sur un seul titre la quasi-totalité des influences annoncés : un swing à la Skatalites, une rythmique boostée et des cuivres à la NYSJE, un son moderne comme celui des compatriotes du Gramophone All Star et une voix effectivement pas très éloignée de celle de la regrettée Amy Winehouse. Read More

THE OLDIANS – We Are Reggae – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : Ca fait pile-poil deux ans qu’on vous a parlé ici pour la dernière fois de The Oldians, un des plus beaux défenseurs d’une vision cool et très jazzy du ska et du reggae. C’était à l’occasion de la sortie chez Liquidator de « Out Of Blue », leur cinquième album. On vous expliquait alors que sans montrer les muscles, donnant ici où là une légère sensation de molesse aux plus rudes des rude boys,  les gars était capables de ponder des compos finement ciselées sur lesquelles venait  avec bonheur se poser la voix de velours de la chanteuse Saphie Wells.

Rappelons que le groupe débuta sa carrière dès 2001 ne sortant pourtant son premier LP, « Old Secret » qu’en 2008… Se succèderont dès lors, dans la même veine, « Arts of Seduction » en 2010, « Wandering Souls » en 2011 , « Island Jazz Sessions » en 2013 (un best-of sur P-Vine Records-Japon), et enfin « Downtown Rock ». Read More

SOLID’AIR FEST (The Ready Mades, The Schogettes, 65 Mines Street, Roy Ellis…) – 2 et 3 mars 2018 – Chaligny (54)

L’image contient peut-être : texteEncore un bien beau programme cette année au Solid’Air Fest, et une bien belle affiche, au sens propre comme au sens figuré (regardez comme c’est beau). Et cette fois, les organisateurs ont essayé d’équilibrer les choses en proposant aussi des têtes d’affiches pour le vendredi soir.

VENDREDI : Arrivée tardive pour ma part, vers la fin du set de BLENI, un trio world-pop qui joue pas mal mais qui a un peu servi de musique d’ambiance tant le public avait l’air indifférent. Il faut dire que c’était un peu hors sujet, et qu’avec les caprices de la météo, certains avaient préféré rester à la maison.

Pour THE READY MADES par contre, ça se resserre un peu devant la scène, et c’est normal puisque c’est pile le genre de musique qui parle au public de Chaligny. Et il faut bien reconnaître que The Ready Mades ça tient la route. D’abord le groupe ressemble visuellement à quelque chose. Du col roulé du saxophoniste à la frange du guitariste en passant par la cravate du bassiste, le quintet a le sens du spectacle et il a parfaitement intégré qu’un bon spectacle de soul, c’était aussi une bonne dégaine. Bon point. Et de « Ouagadougou Blues » à « Cut and Run », ça sent le modernisme à plein nez, et moi j’aime ça ! Le mélange soul, rock, yéyé, garage 60’s et plus si affinités est parfaitement réussi, et le son des Ready Mades pourrait parfaitement se retrouver sur le catalogue de Q-Sounds Recording tant on sent des similitudes avec The Adelians ou avec Little Clara et le Chacals (il suffit d’écouter « Baleine ou Cigogne » pour s’en convaincre). Bref, n’hésitez pas à aller voir ça si ça passe dans les parages, et réjouissez-vous, un album arrive bientôt. Read More

THE VOGS, le nouveau groupe de chez Q-Sounds Recording

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes souriantes, texteAprès Little Clara et les Chacals, après Charlène, après The Adelians, après Rebecca Dry et après Lisa Mélissa & The Mess, voici THE VOGS, le nouvelle pépite soul de Q-Sounds Recording.

Du côté du super label de Montreuil, il faut bien reconnaître qu’un groupe en chasse un autre tous les six mois (ou sont passés The Adelians ?), mais à chaque fois la qualité est au rendez-vous.

La preuve cette fois-ci encore avec The Vogs qui vient de sortir « So Much On My Mind », un premier single habillement clipé avec une voix très proche de The Adelians à admirer juste après. Read More

Un nouvel Ep pour THE LIQUIDATORS

THE LIQUIDATORS, très bon septet de Lille, vient de publier un nouvel Ep après celui paru il y a environ un an.

Et le programme à base de reprises est à peu près du même tonneau : « Son Of The Preacher Man » de Dusty Springfield, « How Long Do I Have To Wait For You » de Sharon Jones, « Billie Jean » de Michael Jackson, « In The Mood For Ska » de Lord Tanamo (d’après Dorothy Fields et Jimmy McHugh), et « Cuando Cuando » de Toni Renis.

Il y a donc de l’archi connu (« In The Mood For ska » en 2018 ? Franchement ?) et de l’un peu plus confidentiel, mais c’est toujours parfaitement interprété par un groupe qui swingue super bien en live. Si ils sont près de chez vous n’hésitez pas à aller voir ça. Read More

Nouvel album d’Alpheus pour fêter le printemps

L’image contient peut-être : 1 personne, texteOn commence à bien connaître ALPHEUS, chanteur anglais d’origine jamaïcaine, un temps installé du côté de Miami. Le type a quand même quatre album au compteur dont le dernier, « Good Previals », était sorti en 2014 sur Liquidator Music, avec Roberto Sanchez à la production.

Et voilà le gars qui récidive quatre ans plus tard histoire de fêter ses vingt ans de carrière, toujours sur Liquidator, et toujours avec son pote Roberto aux manettes.

Le disque s’intitule « Light Of Day », il sort le 26 mars prochain et il sera disponible en vinyle avec CD inséré, en CD normal et en digital. Précommandes ici.

En même qu’Alpheus sera aussi à Montreuil le 21 avril prochain à la Marbrerie pour fêter le sortie du disque, accompagné par ses potes de Heartical (je suppose donc qu’il s’agira d’un concert en version sound-system), ainsi qu’à Brest au P’tit Minou avec The Grey Mamba le 19 mai.

« Page précédentePage suivante »