Rude Boy Train

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE BUSTERS – Stompede (Mambo Music/Sony-1996)

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac’ de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIREC’est du côté de Wiesloch, dans le land du Bade-Wurtemberg, que THE BUSTERS voit le jour en l’an de grâce 1987. Au départ, The Busters c’est : Thomas Scholz et Klaus Huber au chant, Max Grittner à la basse, Hans-Jorg Fischer et Peter Quintern au sax, Jan-Hinrich Brahms au trombone, Hardy Appich à la trompette, Martin Keller à la guitare, Jesse Gunther aux percus, Markus Schramhauser et Stephan Keller aux claviers, ainsi que Gunther Hecker à la batterie. Douze musiciens donc, dont deux chanteurs, deux saxophonistes, deux claviers et un batteur + un percussionniste ! (suite…)

The Busters : le clip du hit

L’image contient peut-être : texteOn vous a déjà dit tout le bien qu’on pensait du dernier album des BUSTERS (« Straight Ahead »), incontournable groupe allemand emmené désormais par Dr Ring Ding.

Et sur cet album, on avait vanté les mérites du hit « Chase Them », chanson antifasciste s’il en est qui parle des gros rasés complètement teubés avec leurs croix celtiques et leurs chaussures moches (ils ont jamais su se saper correctement tellement ils sont cons) qu’on a tous à un moment croisés dans des concerts.

Le groupe a tourné un clip avec dedans deux de ses anciens chanteurs qui font les figurants, notamment Klaus Huber  (le premier) qui a pris un léger coup de vieux. C’est à découvrir par là : (suite…)

The Busters en single et en vidéos

Vous le savez, le dernier album des BUSTERS (« Straight Ahead ») est énorme. On vous le dit, on vous le redit, on vous le reredit. ET comme cet album regorge de hits, le combo allemand emmené par Dr Ring Ding a eu la bonne idée de l’illustrer avec style, et avec deux clips.

« Ska Is… », d’abord, avec le nouveau chanteur dans un style très revival que le groupe maîtrise mieux que personne, et dans une ambiance beaucoup plus swing-jazz-retro, « Hunky Dory », avec un Richie qui a l’air de prendre pas mal de plaisir à jouer les crooners. (suite…)

THE BUSTERS – Straight Ahead – Ska Revolution Records

Résultat de recherche d'images pour "the busters straight ahead amazon"UN PEU D’HISTOIRE: Wiesloch, près d’Heidelberg. c’est là que tout démarre en 1987. THE BUSTERS, c’est bientôt un tiers de siècle de ska, sans le moindre split, sans le moindre hiatus, sans la moindre chute de régime. Des changements de line-up par contre, il y en a eu. The Busters a presque toujours été un groupe à deux chanteurs, avec notamment l’exceptionnelle paire des débuts (jusqu’à « Sexy Money »), Thomas Scholz et Klaus Huber, et puis bien sûr il y avait, jusqu’en 2000, le compositeur et bassiste Markus Grittner…

Treize albums en 28 ans, trois live, un superbe best-of  en 1997 avec les morceaux entièrement réenregistrés (« Boost Best »), des concerts à la tonne (mais surtout en Allemagne où le groupe a connu pas mal de succès), trois premiers disques archi-cultes et une rencontre au  sommet avec Laurel Aitken en 1989. The Busters a sorti ses albums sur WeserLabel, puis sur Sony Music, Dogsteady et Ska Revolution Records, le label créé pour le groupe par Markus Schramhauser, l’un des deux claviers. (suite…)

Un excellent podcast 100 % Busters par El Inspector

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantesAu Venezuela, il y a Joel Amaro et ses potes de EL INSPECTOR qui font des émissions de radio depuis 1995 sur La Mega. Maintenant c’est sous forme de podcast que c’est disponible partout dans le monde, et figurez-vous qu’ils en sont à l’épisode 1618 ! C’est incroyable mais c’est vrai.

Actualité oblige, les activistes du contretemps nous ont pondu une petite émission entièrement consacrée aux BUSTERS qui est de toute beauté. Je vous laisse découvrir le programme ci-dessous et surtout écouter l’émission, avec que de la bonne came entrecoupée de commentaires de Dr Ring Ding. Magnifique boulot, idéale pour découvrir ou redécouvrir l’usine à tubes d’outre-Rhin ! Bravo El Inspector ! (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE BLUES BUSTERS – Behold… How Sweet It Is (Dynamic Sounds-1964)

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Lloyd Osbourne Campbell et Phillip James naissent tous deux en 1941 en Jamaïque. La famille du premier déménage peu de temps après sa naissance de Kingston vers Montego Bay. C’est ici qu’ils fréquenteront les bancs de la même école, devenant rapidement amis.  Si Lloyd passe par la case assez traditionnelle chorale de la paroisse, Phillip, dont le père est artiste, se retrouve a participer à ses cotés au « Show Boat Folies », un spectacle monté pour les touristes et joué sur un bateau spécialement conçu. Quand à l’âge de 9 ans, son père décède, Phillip poursuit l’aventure avec la troupe alors que Lloyd continue ses études pendant quelques années. Il se joint malgré tout à l’occasion au spectacle, en reprenant avec son ami des titres ricains aux  orientations soul-rythm’n’blues, rodant ainsi les bases d’un duo dont la réputation de sonner comme quatre chanteurs  grandit peu a peu. Les Blues Busters sont nés. (suite…)

Un live pour The Busters

Afficher l'image d'origineTHE BUSTERS, c’est le groupe allemand culte, spécialiste du son revival qui file à toute allure. Le groupe s’est formé en 1987, à l’époque où le pays était encore coupé en deux. Le line-up a pas mal changé depuis, mais cinq anciens sont toujours présents dans le groupe qui s’est vu renforcer par l’arrivée de Dr Ring Ding au chant (en duo avec Ron).

Treize albums et une compilation plus tard, les Busters décident de fêter leur anniversaire avec la sortie d’un live, « Ska Bang 87 », sur un double cd contenant 30 titres pour 30 années d’existence. C’est sorti sur Ska Revolution Records, et mine de rien un live des Busters c’est pas quelque-chose de très nouveau. Il y avait eu « Cheap Thrills » en 92 pour clore la période faste « Ruder Than Rude »/ »Couch Potatoes »/ »Dead Or Alive », puis le live à Montreux en 95, et enfin le live des 15 ans enregistré à domicile (Wiesloch) et sorti en 2002 sur Pork Pie. (suite…)

Ça plane pour The Busters

Résultat de recherche d'images pour "the busters logo ska"THE BUSTERS, le vénérable groupe revival de Wiesloch (Allemagne), avait sorti fin 2014 un super album intitulé « Supernonic Eskalator« , et même qu’on avait trouvé ça très cool. Sauf que sur le CD sorti chez Ska Evolution Records, il n’y avait pas l’intégralité des sessions d’enregistrement. Hé non. Plein de morceaux étaient sortis juste après en vinyle sur « Supersonic Scratch », un disque de dix titres dont deux dub, six inédits, et deux qui figurent sur « Supersonic Eskalator ».

L’un des morceaux s’appelle « Ça Plane Pour Moi », et pas la peine de vous faire un dessin, c’est une reprise du titre proto-punk de Plastic Bertrand même pas chanté par Plastic Bertrand. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE BUSTERS – Dead Or Alive (Weserlabel – 1991)

Afficher l'image d'origine« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : C’est du côté de Wiesloch, dans le land du Bade-Wurtemberg, que THE BUSTERS voit le jour en l’an de grâce 1987. Au départ, The Busters c’est : Thomas Scholz et Klaus Huber au chant, Max Grittner à la basse, Hans-Jorg Fischer et Peter Quintern au sax, Jan-Hinrich Brahms au trombone, Hardy Appich à la trompette, Martin Keller à la guitare, Jesse Gunther aux percus, Markus Schramhauser et Stephan Keller aux claviers, ainsi que Gunther Hecker à la batterie. Douze musiciens donc, dont deux chanteurs, deux saxophonistes, deux claviers et un batteur + un percussionniste ! (suite…)

The Busters : le clip

Je l’ai déjà dit assez souvent, THE BUSTERS est à mon avis l’un des tous meilleurs groupes au monde, et ça n’est pas leur excellent dernier album en date, « Supersonic Eskalator« , qui va me faire mentir. Bien au contraire.

A défaut de voir cette fine équipe dans les salles française avec un certain Dr Ring Ding au chant (le groupe joue rarement ailleurs qu’en Allemagne), on se consolera avec le clip de la chanson-titre, « Supersonic Eskalator », que le combo vient de mettre en ligne. (suite…)

Page suivante »