Rude Boy Train

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – DR WOGGLE & THE RADIO – BIGGER IS TOUGH (Grover Records/2003)

Résultat de recherche d'images pour "dr woggle bigger is tough"« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIREFaut croire que ça faisait classe de se  la jouer docteur en Allemagne dans les 90’s !

En tous cas, c’est sous le drôle de sobriquet de DR WOGGLE & THE RADIO que se pointent les sept zicos de Weinheim, pas loin de la frontière Alsacienne, juste avant le grand boom de l’année 2000. Leur style, plutôt orienté vers les 60’s est pourtant fortement marqué de l’empreinte du ska revival « à l’allemande » de leurs illustres aînés comme The Busters. Mais le talent est bien présent  et le mix prend si bien qu’ils sont lancé par Elmo Records, le side label de Grover pour un premier album en 2001, « Suitable », en parfait équilibre entre les deux inspirations sus-nommées…L’album reçoit un bon accueil qui leur permet de tourner un peu partout en Europe, avec quelques dates mémorables en France. (suite…)

The Busters : le clip du hit

L’image contient peut-être : texteOn vous a déjà dit tout le bien qu’on pensait du dernier album des BUSTERS (« Straight Ahead »), incontournable groupe allemand emmené désormais par Dr Ring Ding.

Et sur cet album, on avait vanté les mérites du hit « Chase Them », chanson antifasciste s’il en est qui parle des gros rasés complètement teubés avec leurs croix celtiques et leurs chaussures moches (ils ont jamais su se saper correctement tellement ils sont cons) qu’on a tous à un moment croisés dans des concerts.

Le groupe a tourné un clip avec dedans deux de ses anciens chanteurs qui font les figurants, notamment Klaus Huber  (le premier) qui a pris un léger coup de vieux. C’est à découvrir par là : (suite…)

Un premier extrait du nouveau Dr Woggle

Aucun texte alternatif disponible.Bon alors voilà, y a DR WOGGLE AND THE RADIO, superbe groupe allemand de Weinheim, qui sort son quatrième album, après une énorme période de standbye.

Le premier opus, « Suitable », sorti en 2001 sur Elmo Records, était de toute beauté. Le second opus, « Bigger Is Though », sorti en 2003 sur Grover, était de toute beauté. Le troisième opus, « Rockers ! », sorti en 2007 sur Skycap, était de toute beauté. Et le groupe, qui avait à l’époque un tourneur français (Spoutniko), avait pu nous gratifier de pas mal de concerts de toute première bourre. (suite…)

THE SCHOGETTES – Finally Do It… – Rookie Records

UN PEU D’HISTOIRE : Ca doit bien faire quinze piges que THE SCHOGETTES, groupe de Mannheim 100 % féminin, trimbale sa soul qui fonce à travers l’Allemagne, mais apparemment y a pas le feu au lac puisque malgré le temps qui passe on n’avait aucune trace du moindre LP.

Le premier effort du combo était un split 45 tours avec The Inciters en 2005, puis un 7 pour elles toutes seules en 2009 sur Rookie Records, et enfin l’Ep « Chin Up ! » la même année.

Il a donc fallu attendre mais le voici, le premier album des Schogettes, avec ses 13 titres et son titre quasi obligatorie : « Finally Do It… ». C’est sorti fin 2017 et c’est sur Rookie Records. (suite…)

THE OFFENDERS – Heart Of Glass -Destiny Records

Résultat de recherche d'images pour "the offenders heart of glass"UN PEU D’HISTOIRE: THE OFFENDERS, c’est le plus allemand des groupes italiens, qui sort un album tous au moins les deux ans. C’est régulier et ça tourne, surtout en Allemagne et autour, où la scène est un peu plus développée qu’en France (pas difficile).

Apparemment, le combo semble s’être définitivement installé en quatuor, et voici donc son septième opus (déjà) en même pas 13 années de carrière. Et comme souvent avec eux, c’est chez les potes de Destiny Records que ça se passe.

LE DISQUE : Je sais j’en entends déjà qui vont me dire que « rien ne ressemble plus à un album de The Offenders qu’un album de The Offenders ». Peut-être mais c’est vrai aussi avec Hepcat. Ok, avec The Offenders c’est toujours du ska uptempo qui tabasse à la limite du destroy, mais avec Hepcat c’est toujours du roots en finesse avec des harmonies vocales de oufs. (suite…)

The Busters en single et en vidéos

Vous le savez, le dernier album des BUSTERS (« Straight Ahead ») est énorme. On vous le dit, on vous le redit, on vous le reredit. ET comme cet album regorge de hits, le combo allemand emmené par Dr Ring Ding a eu la bonne idée de l’illustrer avec style, et avec deux clips.

« Ska Is… », d’abord, avec le nouveau chanteur dans un style très revival que le groupe maîtrise mieux que personne, et dans une ambiance beaucoup plus swing-jazz-retro, « Hunky Dory », avec un Richie qui a l’air de prendre pas mal de plaisir à jouer les crooners. (suite…)

THE BUSTERS – Straight Ahead – Ska Revolution Records

Résultat de recherche d'images pour "the busters straight ahead amazon"UN PEU D’HISTOIRE: Wiesloch, près d’Heidelberg. c’est là que tout démarre en 1987. THE BUSTERS, c’est bientôt un tiers de siècle de ska, sans le moindre split, sans le moindre hiatus, sans la moindre chute de régime. Des changements de line-up par contre, il y en a eu. The Busters a presque toujours été un groupe à deux chanteurs, avec notamment l’exceptionnelle paire des débuts (jusqu’à « Sexy Money »), Thomas Scholz et Klaus Huber, et puis bien sûr il y avait, jusqu’en 2000, le compositeur et bassiste Markus Grittner…

Treize albums en 28 ans, trois live, un superbe best-of  en 1997 avec les morceaux entièrement réenregistrés (« Boost Best »), des concerts à la tonne (mais surtout en Allemagne où le groupe a connu pas mal de succès), trois premiers disques archi-cultes et une rencontre au  sommet avec Laurel Aitken en 1989. The Busters a sorti ses albums sur WeserLabel, puis sur Sony Music, Dogsteady et Ska Revolution Records, le label créé pour le groupe par Markus Schramhauser, l’un des deux claviers. (suite…)

JOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION – No Bam Bam – Pork Pie Records

UN PEU D’HISTOIRE : Une sortie de chez Pork Pie, c’est plus comme dans les années 90, ça se fait rare et devient un petit évènement… Et quand il s’agit du premier album d’un groupe relativement méconnu comme ces Johnny Reggae Rub Foundation, formé pourtant dès 2011, on se pique d’une sacré curiosité.

Faut dire qu’a part chez eux, en Allemagne, on n’a pas beaucoup entendu parler de leur trois premiers 45T sortis à ce jour, même si vos serviteurs avaient tout de même réussi a vous les évoquer lors de la sortie de « Cool It Down », le dernier en date, sur lequel ils étaient déjà accompagnés par l’excellent Victor Rice… On s’était depuis satisfaits de quelques vidéos live, au charme parfois désuet,  de reprises comme « Up To No Good » qui constituaient l’EP nommé « Punk ».

On pouvait y voir une formation réduite à simple trio constitué de Johnny « Ska » et Chrissie « Reggae »,  accompagnés par un bassiste,  et l’on ne pouvait que distinguer le potentiel certain de ces deux voix qui se mariaient à merveille. (suite…)

Doreen rencontre les SteadyTones

La grande, la très grande DOREEN SHAFFER, dernière (quasi) représentante des vrais Skatalites, est de retour dans les bacs des bons disquaires. Grâce à qui ? Grâce à Liquidator Music comme d’habitude ! Le label espagnol est décidément devenu le repaire incontournable des anciennes gloires qui veulent montrer qu’elles en ont encore sous le capot.

La preuve cette fois encore avec un 45 tours deux titres d’excellente qualité (« Smile » de Chaplin popularisée par Nat King Cole et « I Can’t Get Out Anything But Love Baby » chantée par Billie Holiday), où la grande Doreen est accompagnée par les trop rares STEADYTONES, superbe groupe bavarois dont on avait bien aimé le premier album il y a quatre ans. Et le résultat est carrément à la hauteur des enregistrements la first lady of ska avec The Senior Allstars il y a 20 ans.  (suite…)

Johnny Reggae Rub Foundation sur Pork Pie

L’image contient peut-être : une personne ou plusJOHNNY REGGAE RUB FOUNDATION, c’est le trio de Cologne qui joue depuis 2011 un son entre dirty reggae et « urban ska » comme ils disent.

En 2015, ils avaient sorti un Ep sobrement  intitulé « Punk » où ils reprenaient Rancid, The Misfits, Operation Ivy et les Dead Kennedys, featuring David Hillyard s’il vous plait !

Cette fois, le combo a signé pour son premier album avec Pork Pie Records, le cultissime label allemand qu’on ne présente plus, ça s’intitule « No Bam Bam », ça sort le 16 juin prochain et même que c’est mixé par un certain Victor Rice ! (suite…)

Page suivante »