Rude Boy Train

THE DUSTBURDS, le groupe en bakélite qui va vous coller au slip !

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, texteEt ben voilà une fine équipe qui sait que la musique, c’est aussi de l’imagerie, et qu’il n’y a pas de bon disque sans bon artwork.

THE DUSTBURDS, c’est un groupe avec dedans des gaillards (et une gaillarde) issus de pas mal de combo de la scène alternative hexagonale (et un peu suisse) : Les Milliardaires, 65 Mines Street, Demon Vendetta, Mighty Bombs, Jesus Is My Girlfriend, Respublika Von Tastika… 

Musicalement, c’est un mélange de soul, de rhythm’n’blues, de garage et de pop 60’s. Bref, du son pour modernistes avec des chelsea au pieds et des blousons en cuir bien cintrés.

Bonne nouvelle : à peine le groupe nous a-t-il informés de son existence, qu’il nous annonce la sortie le 16 février d’un premier album intitulé « Summer Pleasures », sur Casual Records, GPS Prod et Dangerhouse Skylab. Et on a même droit à un clip de « That Driving Beat », et quel clip ! Y a un peu de sucreries à la Tarantino, un peu de kitsch comme dans un Dracula 70’s de la Hammer, et des couleurs comme dans un Fantomas avec Mylène Demongeot en robe Courrège. Y a aussi « Black Olives » en écoute sur la page bandcamp du combo, et pour le clip c’est juste après. (suite…)

Les dernières prods de CASUAL RECORDS

L’image contient peut-être : 1 personneCe label-là bien de chez nous est en train de devenir une référence. En Allemagne, les sorties de Grover ou de Pork Pie se font de plus en plus rares et Rocking Records semble avoir disparu.

Et si en Italie et en Espagne, il y a les très actifs Records Kicks et Liquidator Music, le label nancéien CASUAL RECORDS est en train tout doucement de se rendre à peu près aussi productif, et donc indispensable.

On vous laisse découvrir le programme ci-contre pour ce début d’année, avec en février The Dustburds, en mars le premier album des Berbiseyans de Dijon et le réédition du premier opus de J’Aurais Voulu (Colmar), et en avril un Ep des rasés de The Sambas  puis le troisième album des Stéphanois de Zone Infinie qui aiment le punk-rock qui tabasse.

Casual Records, c’est aussi une grosse distribution de tout un tas de galettes des quatre coins du monde, et notamment un gros travail sur l’import et le reconditionnement de 45 tours reggae, soul, ska… que vous ne savez même pas qu’ils existent. Vous pouvez retrouver ça sur leur site web, et sur toutes les tables de merch du grand est (et d’ailleurs). Pas de scène active sans labels actifs. Supportez ceux qui vous supportent !

Les BERBISEYANS en dévoilent un peu plus

Aucun texte alternatif disponible.On vous l’a déjà dit, les BERBISEYANS, quintet de Dijon amateur de musique jamaïcaine pour rasés, publie bientôt son premier album, « Secret Avenger ». Un premier extrait efficace, « Medinina », avait été balancé il y a quelques semaines, et c’était bien.

Le disque sort début mars sur Casual Records, Maloka, Guerilla Asso et Rudy’s Back, et le groupe a programmé une release party le 9 mars prochain aux Tanneries II à Dijon (forcément), avec les Français de Sub Pressure et les ska-punkers italiens de Skassa Punka (et même Tata Wellene derrière les platines, et non pas derrière les platanes).

Ca risque de bien gigoter sur le dancefloor et de transpirer sous les bretelles, et le groupe a décidé de vous faire patienter en publiant un teaser avec 4 extraits qui s’écoute là : (suite…)

The Berbiseyans sur Casual Records

L’image contient peut-être : 5 personnes, barbeBonne nouvelle, y a THE BERBISEYANS, quintet dijonnais qui aime le skinhead reggae, le ska et plussi affinités, qui se décide à sortir son premier album. Et c’est forcément chez les excellents nancéiens de Casual Records que ça se passe.

L’album devrait sortir en vinyle début 2018, il s’intitule « Secret Avenger », et le groupe nous envoie un extrait uptempo qui s’appelle « Medinina », pas dégeu du tout avec son gros clavier, et qui s’écoute juste ici : (suite…)

De l’actu pour Les Partisans (et pour The Inciters)

L’image contient peut-être : texteLES PARTISANS, c’est le groupe de soul/rock working class de Lyon qui a dû pas mal écouter les Redskins, Camera Silens et The Burial durant ses jeunes années. Le combo s’est taillé une réputation assez culte en plus de vingt piges à brailler à travers l’Hexagone, et le voilà qui est sorti de son hibernation pour venir porter la bonne parole près de chez toi.

Et ça se passe en deux temps. Le premier, c’est un split 45 tours avec les Californiens de THE INCITERS, rois de la northern soul, qui eux-aussi ont repris du poil de la bête il y a quelques années après une (trop) longue période de hiatus. Le disque s’intitule « Meeting Soul », il est sorti chez Red Head Man, chez Rudy’s Back, Fire & Flames Music et chez Gereral Strike. Dessus Les Partisans interprètent « Dans Un Eclair » (un inédit ?), et du côté des Inciters on a droit à « Walk Tall », un morceau qui était sur « Soul Clap ». (suite…)

Jah On Slide sur Casual

Ils bossent décidément bien sur CASUAL RECORDS. Ils distribuent des oldies, ils dealent des nouveautés, de la oi, du punk qui tabasse, de la soul, du rocksteady chaloupé et du ska, évidemment. Et ils éditent aussi. Après avoir sorti le vinyle du dernier album des Franciliens de JAH ON SLIDE, le label de Nancy réédite le partenariat pour cette fois sortir un second 45 tours dans la série Casual Original Serie (le premier c’était Moon Hop).

Au menu un titre, « Celos », qui se trouve sur la face A en version espagnole, et sur la face B en version française. Espagnole pourquoi vous allez me dire ? Tout simplement parce que Jah On Slide n’a pas fait ça tout seul, mais a invité les excellents Valenciens du GRAND MIERCOLES, rois du surfsteady, à venir jouer avec eux (mais la compo est de JOS). (suite…)

Casual Records vide les greniers

CASUAL RECORDS, c’est le label/distro de Nancy qui vend des beaux t-shirts et des skeuds qu’on aime bien, notamment le premier opus des Groovin’ Jailers, l’une des dernières sorties maison.

Depuis peu, le label récupère des vieilleries reggae, ska, soul de années 60 et 70 en 45 tours, les contrôle, les nettoie, les écoute, les remet dans une pochette propre et vous les propose à la vente. Ça vient d’un peu partout dans le monde, de Jamaïque bien sûr pour le ska, le rocksteady et le reggae, et des USA pour la soul. Y a des trucs de chez Motown, de chez Trojan, de chez Big Shot, Cactus, Coxsonne, Atlantic ou Rhino Records… et du Upsetters, du Harry J, du Judge Dread, du Ken Boothe, du John Holt, du Jackie Wilson, du Marvin Gaye ou du Wilson Pickett…

Y’en a à la pelle, l’état de chaque disque est indiqué (que du bon état),  y a de quoi rendre oufs les gars du Precious Oldies Sound System, et c’est vendu entre 4 et 6 € par ici.  Alors faites vous plaisir.

THE GROOVIN’ JAILERS – Take It Or Leave It – Casual Records/Mass Prod

UN PEU D’HISTOIRE THE GROOVIN’ JAILERS, c’est un groupe de Lille qu’on commence à bien connaître. Composé de cinq musicos issus de la scène nordiste ska, reggae, punk et plus si affinités, le combo qui a démarré en 2010 aime le son à la Aggrolites, avec une grosse base jamaïcaine dans laquelle il envoie du funk et un peu de soul.

Ils ont croisé sur scène quelques belles pointures comme Red Soul Community, Bad Manners, 8°6 Crew, 65 Mines Street… et ont sorti un maxi Ep au format 10′ en 2012.

En 2015, ils sont retournés en studio pour pondre leur véritable premier album, « Take It Or Leave It », qui n’a rien à voir avec Madness mais qui est chargé jusqu’à la gueule de leur fameux catchy reggae.

Le disque est sorti en vinyle chez Casual Records, et pour le Cd, faut s’adresser aux activistes de Mass Prod.  (suite…)

Un premier album pour The Groovin’ Jailers

A y est. THE  GROVIN’ JAILERS, le groupe early reggae du ch’nord, arrive avec son premier album intitulé « Take It Or Leave It » (tient, ça me rappelle quelque-chose).

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Groovin’ Jailers est un groupe de Lille qui aime le son à la Aggrolites et qui a déjà donné pas mal de concerts ici où là depuis cinq ans qu’il existe.

Côté discographie on ne peut donc pas dire qu’ils aient été hyper pressés, même si un maxi ep (au format 10′) était sorti en 2012. Le premier album (douze titres) est néanmoins annoncé pour janvier prochain sur Casual Records en vinyle, et sur Mass Prod en cd.  (suite…)

65 MINES STREET – Sick & Bitchin’ – Casual Records/autoprod

Sick & Bitchin' cover artUN PEU D’HISTOIRE : On ne présente plus 65 MINES STREET, l’un des groupes de ska les plus intéressants de l’Hexagone. Un premier album éponyme en 2010, suivi par un second, « Fix The Clock », en 2013. Des tas de concerts ici ou là, entre des sessions avec Two Tone Club ou avec Bobby Sixkiller dont certains musiciens sont issus, et un présence régulière sur scène derrière un certain Roy Ellis, quand même. 

En 2014, le quintet annonce qu’il met les bouchées doubles pour son troisième opus et qu’il part presque un mois enregistrer à Los Angeles avec Brian Dixon (Western Standard Time, The Volcanos, Aggrolites…) aux manettes. Il en profite aussi pour tourner un clip sur place après avoir recueilli des fonds via une campagne KissKissBankBank.

Fin septembre, le disque arrive à l’occasion d’une release party à Audincourt où le groupe invite Roy Ellis, avant de repartir à l’assaut des scènes de France et d’ailleurs. (suite…)

Page suivante »