Rude Boy Train

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE ETHIOPIANS – Reggae Power (1969-Trojan Records)

Résultat de recherche d'images pour "the ethiopians reggae power"

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac’ de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Retour sur de l’historique pour la Classic de Rude Boy Train, du pur, du gros, du lourd, comme on dirait ! The Ethiopians, c’est forcément un nom qui caresse les oreilles de tout bon rude boy qui se respecte. Formé par Leonard Dillon, sa pierre angulaire et Stephen Taylor, le duo vocal, parfois trio, est de ceux qui ont donné leurs lettres de noblesse au reggae.

Leonard Dillon taillait des pierres près de Port Antonio après avoir appris le chant et la musique aux côtés de son père, chef de chœur de l’église locale et avoir fait ses armes dans sa période lycée dans un groupe nommé The Playboys…C’est à cette époque que lui est donné le surnom de Sparrow, rapport à la tonalité de sa voix qui évoquait beaucoup de mélancolie. (suite…)

ALPHEUS – Light Of Day – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : On commence à bien connaître Alpheus, ce chanteur anglais aux parents Jamaïcains. On rappellera quand même à ceux qui l’aurait oublié  que ce fan de Sam Cooke, vu ses origines, s’orienta tout naturellement vers le reggae et tourna rapidement dans tous les sound systems de Londres. Qu’après s’être installé à Miami, il fût repéré par Tony Brevett des Melodians qui le présente à Coxsone Dodd. Le légendaire producteur le prend sous son aile et dans les non-moins légendaires Studio One qu’il enregistre 1999, son premier album nommé « Quality Time » qui sort chez Heartbeat Records.

Quant Alpheus revient en Europe, Il est alpagué par le producteur Roberto Sanchez et son label A-Lone,  qui flaire le bon coup. L’équipe sort en 2007 « Everything For A Reason », suivi en 2011 par « From Creation », une  période pendant laquelle il enregistre  aussi de nombreux 45 tours. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – TOOTS AND THE MAYTALS – Sweet And Dandy (Beverley’s Records-1969)

Tapa« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU(BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Quand on part pour attaquer une classic sur un album d’un groupe aussi incontournable que les Maytals, on s’arrache le peu de cheveux qui nous reste à l’idée de se taper la bio… Alors je vais ici tenter de faire court.

Frederick « Toots » Hibbert est né à May Pen en Jamaique et chante dès son plus jeune âge du Gospel dans sa paroisse. Il déménage à Kingston à l’âge de 5 ans. Il y rencontre, pendant son adolescence, deux autres chanteurs, Henry « Raleigh » Gorgon et Nathaniel « Jerry » Matthias avec qui il forme un groupe qui enregistre plusieurs titres perdus car souvent attribués par erreur à d’autres groupes plus en vue du moment.

Repérés par Coxsone Dodd, ils passent chez Studio One pendant presque deux ans, enregistrant au passage leur premier album, « Never Grow Old », backés forcément par  les Skatalites locaux. Le disque est excellent, à l’image du morceau titre, carrément incontournable encore aujourd’hui et les Maytals font un peu d’ombre au trio leader du moment, les Wailers. (suite…)

Studio One… Réédition des albums cultes !

Screen Shot 2016-04-08 at 11.51.12Tout le monde connait le label mythique Studio One  ! Label incontournable et fondateur de la musique jamaïcaine, Studio One voit le jour à la fin des années 1950 fondé par le légendaire  Clement « Coxsone » Dodd et reste avec Trojan Records le label de référence pour les amoureux et les collectionneurs de musique ska, rocksteady, dub ou dancehall avec au catalogue des artistes comme The Skatalites, The Wailers, Delroy Wilson, Jackie Mittoo, The Maytals, Jackie Opel, Les Gaylads, Alton Ellis, Bob Marley et pas mal d’autres…….

Alors que de nombreuses compilations du label ressortent régulièrement, un grand nombre d’albums originaux restait à ce jour épuisé. Un accord semble avoir été trouvé sur une série de rééditions entre, notamment, le label Yep Roc Music Group et la fille de Coxsone » Dodd, Carol. Déjà annoncée (pour le 27 mai prochain) la réédition du premier album des Wailers « The Wailing Wailers » sorti en 1965, qui permet de retrouver la version ska originale du titre « One Love » avec Bob Marley, Peter Tosh, Bunny Wailer et les Skatalites en backing band. (suite…)