Rude Boy Train

UNE MERVEILLE DE 45 TOURS CHEZ ANGEL CITY RECORDS!

Angel City Records, c’est le label Californien drivé par Mark Moralès, adepte de reggae 60’s et de rocksteady.

Et si on ne peut pas dire que leurs sorties soient pléthoriques, il faut avouer qu’a chaque fois, c’est le nec plus ultra, entre le dernier 7′ des Steady 45’s, le 4 titres des Hyponcondriacs, les sorties de Thee Huricanes menés par Brian Dixon, le premier Jr Thomas & The Volcanoes ou bien la formidable Jackie Mendez et j’en passe…
Nouvelle signature du Label, Le duo Esteban Descalzo/Mariano Gallegos. Le  producteur de génie Esteban Descalzo, dont on avait adoré les « East Coast Sessions » s’associe une nouvelle fois au clavier Mariano Gallegos, avec lequel ils forment le groupe Skatax, pour nous sortir une tuerie de 45 tours

Face A une fabuleuse reprise du « Show And Tell » d’Horance Andy interprété par Lucas Finocchi, Face B une seconde réinterprétation du titre soul de Maxine Brown « Am I Falling Love? » par Maria Lauria Farias, le tout dans un écrin a l’imagerie vintage parfaite, du grand art! (suite…)

KINGSTON FACTORY PRESENTS THE EAST COAST SESSIONS – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : Rude Boy Train vous parle souvent, sans que vous vous en doutiez forcément, d’Esteban Descalzo. Et pour cause, il est quasiment dans tous les bons coups venus d’Argentine ces dernières années… La liste serait trop longue, mais le batteur et producteur natif de Buenos Aires tient ce rôle dans deux des meilleures formations locales, j’ai nommé Gigantes Magneticos et les fabuleux Los Aggrotones.

Avec son bon goût pour les sons jamaïcains old school et son appétit dévorant, il collabore au grés de ses aventures avec de très nombreux artistes comme Pat Kelly, Derrick Harriot,  The Upsttemians, The Upshifters ou bien les locaux Mimi Maura, Hogo Lobo, Smocking Flamingos et autres Satelite Kingston ou Los Hamptons.

Après un voyage sur la côte est des Etats Unis où il rencontre de nombreux artistes locaux de la scène ska et reggae, il est convaincu qu’il se doit d’y revenir pour monter un projet musical… Bagages sur le dos, remplis de titres aux contours déjà dessinés à Buenos Aires par le noyau des Gigantes Magneticos, il se pointe mi-2017, pour trois semaines de boulot, pendant lesquelles  il multiplie les sessions d’enregistrement un peu partout dans les studios des uns et des autres, de Washington en passant par Brooklyn ou le Queens entres autres coins de New York, lui permettant d’échanger en live avec chacune de ses rencontres parmis lesquelles figurent,  excusez du peu, Jay Nugent, Dave Hillyard, Larry Mac Donald, Victor Rice ou bien encore le batteur des Frightnrs Rich Terrana. (suite…)