Rude Boy Train

The Lee Thompson Ska Orchestra annonce la sortie d’un nouvel album

btbcdLEE THOMPSON est des plus actifs ces derniers temps. Tout d’abord avec Madness qui a enregistré récemment de nouveaux morceaux pour l’album à sortir en fin d’année, un énorme concert le 29 août prochain à Londres pour le House of Common (Madness, Toots & the Maytals, Lee Scratch Perry…) et le traditionnel House of Fun Weekender en novembre.

Mais Lee Thompson, c’est aussi Lee Thompson Ska Orchestra et le sieur n’est pas en reste de ce côté là non plus. Pour fêter ses (déjà) 5 ans d’existence, le groupe annonce la sortie d’un nouvel album le 25 août 2016.

(suite…)

Lee Thompson : bientôt le nouveau single

Afficher l'image d'origineLEE THOMPSON, quand il ne joue pas du sax du côté de Madness, joue du sax (et chante) avec son LEE THOMPSON SKA ORCHESTRA dans lequel on retrouve aussi son pote pote Bedders (basse). Le premier opus de la fine équipe, « The Benevolence Of Sister Mary Ignatus » (2013), était d’assez belle facture à défaut de révolutionner le genre, et la reprise de « Fu Manchu » (Desmond Dekker), avec Bitty Mc Lean au chant, était carrément bien branlée.

Alors que la formation a annoncé la sortie en 2016 d’un nouvel album, Lee Thompson en profite pour balancer un premier single à Noël. Apparemment on est à nouveau parti pour un album de reprises, puisqu’il s’agit d’une version reggae de « It May Be Winter Outside », un titre de Love Unlimited, le trio de choristes de Barry White qui ont aussi volé de ses propres ailes.  (suite…)

Quand Jennie Matthias met du rockab’ dans son ska

Jennie & The Slingers - Tales Of The Unexpected cover artJENNIE MATTHIAS, à défaut d’être la mère d’Hollie Cook, était la chanteuse des Belle Stars, l’un des groupes de l’ère two tone à tendance pop/new wave.

Et ben vous savez quoi ? Jennie Matthias aime aussi le gros son rock’n’roll avec des traces de cambouis qui tachent. Elle se fait donc à l’occasion accompagner par un quatuor (deux guitares, contrebasse, batterie) qui parfois se transforme en quintet avec l’ajout d’un clavier. Bref, rien que des solides gaillards échappés de The Guitar Slingers, un groupe psychobilly qui transpire, et de The Von Nitros, un combo surf/punk qui tabasse.

Le résultat s’appelle donc JENNIE AND THE SLINGERS, et le premier album s’intitule « Tales From The Unexpected », avec dessus des invités qu’on connait bien ici en la personne de Martin Stewart (Selecter, Bad Manners), et de Chris Forteman ou Lee Thompson (Madness). (suite…)

Madness – One Step Beyond – (Stiff Records 1979)

Madness_One_Step_Beyond« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois… 

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE:   L’année 2016 marquera les 40 années d’existence de Madness. C’est donc peu de dire que l’on s’attaque là à un monument de la musique britannique. Originaire de Londres et plus précisément de Camden Town (le détail a son importance) le groupe se forme donc en 1976 autour Mike Barson (« Barso »), Chris « Chrissy Boy » Foreman, Lee « Kix » Thompson et Chas Smash (de son vrai nom Cathal Smyth), tout d’abord sous le nom de « The Invaders ».

En janvier 1979, après l’arrivée de Graham « Suggs » McPherson, Mark Bedford et Dan Woodgate, le combo adopte le nom de Madness, en hommage à Prince Buster et son célèbre titre « Madness (is gladness) » (1961). D’ailleurs le premier single de Madness sera un cover  de Prince Buster, intitulé The Prince sorti sur le label Two-Tone. Toujours en 1979, le groupe quitte le label a damiers de Jerry Damners pour Stiff Records, label mythique d’une époque ou l’on retrouve la crème du mouvement punk (The Plasmatics, The Damned, Nick Lowe, The Adverts…) puis de la « new wave » (The Pogues, Lene Lovich, Elvis Costello & the Attractions, Ian Dury & the Blockheads…) ! La signature de Madness sur le label n’est pas sans intérêt et apportera à Stiff Record le succès et des retombées financières plus que conséquentes. Un premier single « Al Capone » sort courant 1979 avec en face B une nouvelle reprise de Prince Buster « One Step Beyond ». (suite…)

Ça bouge aussi pour Lee Thompson

Grosse actu cette année pour les side-projects de Madness. Cathal donc, puis Woody, et maintenant Lee Thompson qui revient avec son LEE THOMPSON SKA ORCHESTRA qui nous avait servi un bon « The Benevolence of Sister Mary Ignatus » il y a  deux ans.

Le voici donc qui vient de mettre en ligne une vidéo d’une répétition, où il nous annonce l’arrivée d’un second album, et comme vous pouvez le remarquer, y a toujours l’ami Bedders à la basse. On a aussi droit à un teaser (très) artisanal à base d’extraits de films.

Pas de date de sortie pour le moment, on sait juste que le titre (provisoire ?) serait « Bite the Bullet », qu’il n’y aura pas uniquement des reprises et que parmi les instrus on trouvera des morceaux chantés. (suite…)

Lee Thompson Ska Orchestra… Live at Glastonbury 2014 !

poster_2013-10-25_lee-thompson-s-ska-orchestraLa période estivale est propice aux festivals en tous genres. L’Angleterre ne déroge bien sur pas à la règle avec ses nombreux rendez-vous musicaux avec peut-être un des plus connus et des plus anciens le Glastonbury Festival of Contemporay Performing Arts. Depuis sa création en 1970, le festival s’est imposé comme l’un des plus important au monde, rassemblant cette année plus de 700 spectacles (musique, danse, comédie, théâtre, cirque…) répartis sur 80 scènes pour près de 200.000 spectateurs. Même si le ska n’est pas la musique de prédilection du festival, c’est avec grand plaisir qu’il était donné de voir le Lee Thompson Ska Orchestra sur une des grandes scènes juste après les Wailers. Programmation en forme de consécration pour Lee Thompson et Mark Bedford qui ont offert un set de toute beauté disponible sur Youtube. RudeBoy Train grand fan de l’album « The Benevolence Of Sister Mary Ignatus » (ici) ne pouvait manquer de vous faire partager ce concert… un beau cadeau pour cette rentrée 2014 ! (suite…)

Dawn Penn chez Jools Holland

DAWN PENN est une grande dame de la scène jamaïcaine entrée en musique par la face rocksteady. En 1967, elle sort « You Don’t Love Me » pour Coxsone Dodd, et publie dans la foulée encore une poignée de titres, toujours du côté de Studio One, avant de prendre sa pré-retraite dans les Îles Vierges.

Mais à la fin des années 80, la voilà qui retourne en Jamaïque et qui se reprend à chanter. En 94, elle enregistre une nouvelle version de « You Don’t Love Me », largement inspirée par un titre de Bo Diddley qui avait déjà inspiré le bluesman Willie Cobbs, titre qu’on connaitra surtout sous le nom de « No, No, No », qui pour beaucoup reste LE hit de Dawn Penn. Il faut dire que le succès de ce titre lui fit faire le tour du monde. (suite…)

Les Churchills… l’épisode pilote de la série !

ChurchillsPetit clin d’œil pour un sujet rarement abordé dans nos colonnes celui du dessin animé !

Imaginez plutôt…. prenez la série à succès « Les Griffin » (Family Guy) et transposez le tout dans une famille anglo-jamaïcaine vivant à Londres, rajoutez-y une bande son ska et reggae et un générique interprété par le légendaire Rico Rodriguez et vous obtiendrez  les Churchills ! (suite…)

The Lee Thompson Ska Orchestra dans les bacs le 3 juin

Afficher l'image d'origineLEE THOMPSON, c’est l’incontournable, l’immanquable, l’inénarrable, l’indispensable saxophoniste de Madness, l’homme sans qui « One Step Beyond » n’existerait pas. Et quand le gaillard n’est pas occupé avec Madness, c’est du côté du LEE THOMPSON SKA ORCHESTRA qu’on le retrouve. C’est donc avec un plaisir non dissimulé qu’on vous apprend que le groupe va sortir son premier album, « The Benevolence of Sister Mary Ignatius », le 3 juin prochain sur Axe Attack Limited (déjà en précommande sur Amazon UK). (suite…)