Rude Boy Train

Nouvelle édition du Keep The Faith Weekender

L’image contient peut-être : 2 personnes, texteBelle affiche encore cette année pour le KEEP THE FAITH WEENDENDER. Au sens propre comme au figuré.

D’abord parce que l’affiche est superbe (regardez-moi ça), ensuite parce que côté programmation, y a GEMMA & THE TRAVELLERS, le groupe soul un peu français, un peu anglais. Le combo joue le samedi 9 juin au Moloco à Audincourt avec GOO GOO EYED, un combo sixties bien de chez nous. (suite…)

TWO TONE CLUB – Don’t Look Back – Productions Impossible Records

UN PEU D’HISTOIRE: le TWO TONE CLUB débute sa carrière en 1999 à Montbéliard sur les cendres des ex-Gangsters All Stars, prenant le parti pris original d’affubler à chacun de ses musiciens un surnom lié à une couleur, en référence à Reservoir Dogs.

Ses influences couvrent  toutes les périodes du ska : 60’s, two tone, revival, avec des gros morceaux d’early reggae et de rocksteady dedans. Le groupe profite allègrement de sa situation géographique pour jouer un peu partout en Europe

Après son premier EP, « We’re Going… » sortit sur Like A Short Records en 2001, ils publient leur premier album, «One», dès 2002, chez Productions Impossible Records. Dans la foulée, le groupe participe au Dance Ska La à Rennes et figure avec trois titres sur la compilation live du festival.

En 2004, Two Tone Club participe aux Eurockéennes de Belfort. Le deuxième album, « Turn Off », mixé par Victor Rice (Stubborn Allstars, Firebug, ex- Slackers…), sort sur le même label en 2005 et est réédité ensuite par Big 8 Records et Grover Records. Two Tone Club participe à de nombreux festivals, notamment le cultissime Postdammer Ska Fest en Allemagne et au Dutch Ska Fest aux Pays-Bas. Il obtient alors autant de succès par chez nous qu’au delà de nos frontières. (suite…)

Le Two Tone Club se met à la soul

Aucun texte alternatif disponible.L’album arrive bientôt, faut juste patienter jusqu’au concert de sortie qui aura lieu le 10 mars prochain au Moloco à Audincourt.

Mais en attendant et après le titre « Heaven Time » qui n’a été disponible que 24 heures en décembre dernier, le combo dévoile un nouveau morceau, sans limitation de durée cette fois. Et surprise : ça n’est pas du ska. Hé non, le combo a cédé aux sirènes de la northern soul (quelle bonne idée) et nous livre  « I’m not safe with your love » pour glisser sur le parquet du gymnase d’à côté, avec un marcel et un pantalon trop large. (suite…)

Ouh le beau Keep The Faith Weekender !

Résultat de recherche d'images pour "keep the faith weekender"Voilà un beau week-end qui s’annonce du côté de Montbéliard.

C’est le traditionnel KEEP THE FAITH WEEKENDER (troisième du nom), c’est les 9, 10 et 11 juin prochains au Moloco, et y a du beau monde :

Le one man band breton ROTOR JAMBREKS, les excellent rockeurs soul en sous-pulls de THE READY MADES, les très grands anglais de BUSTER SHUFFLE qui réussissent la synthèse parfaite entre Madness et Jerry Lee Lewis, et la tuerie soul portugaise MARTA REN & THE GROOVELVETS qui donne décidément des tas de concerts dans l’Hexagone ces temps-ci

Y a aussi des Dj’s, de la bière et des scooters chromés. Y a pas à dire, ils savent faire les chose bien comme il faut aux Productions de l’Impossible.

RUDE BOY TRAIN’S CLASIC – TWO TONE CLUB – Now Is The Time ! (Productions Impossible Records – 2007)

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois… 

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : TWO TONE CLUB a débuté sa carrière en 1999 à Montbéliard à l’initiative d’anciens membres de Gangsters All Stars. Le groupe se composait d’un chanteur, de deux guitaristes, d’un bassiste, d’un batteur, d’un sax, d’un trompettiste et d’un tromboniste. La seconde guitare a par la suite disparu et un clavier s’est ajouté à la formation. Le nom des musiciens est inconnu du grand public puisqu’ils portent tous un surnom lié à une couleur en référence à Reservoir Dogs, le film de Quentin Tarantino (Mr White, Mister Black, Mr Brown, Mr Blue…).

Le ska de Two Tone Club est influencé par toutes les périodes de ce style : 60’s, two tone, revival, avec des nombreuses pointes d’early reggae et de  rocksteady. Rapidement, le groupe cherche à jouer à l’étranger, profitant de sa situation géographique proche de l’Allemagne et de la Suisse. (suite…)

65 Mines Street inaugure son site web

De l’actu, toujours de l’actu pour 65 MINES STREET. Vous le savez, le groupe a lancé sa campagne KissKissBankBank pour financer son clip à Los Angeles. Et la campagne progresse bien puisqu’une semaine après sa mise en ligne, le combo a ramassé un peu plus de 1 000 €, soit 42 %de son objectif. Ça avance mais c’est pas encore fait. Donc t’es sympa, si t’aimes le bon son, tu vas ici, et tu lâche quelques deniers, histoire de filer un bon coup de main à la fine équipe qui te sera reconnaissante à vie. (suite…)

Two Tone Club repointe le bout de son nez…

On savait que le groupe de Montbéliard nous préparait tranquillement une suite à l’excellent « Now is the time » qui date maintenant de 2007… Bon calmez vous toute de suite ! L’album n’est pas encore enregistré, même si TWO TONE CLUB a déjà une vingtaine de compos en test dans sa besace (early reggae, ska 60’s, two tone…). Pour l’instant, les gaillards ont choisi ce beau lundi de début d’automne pour nous sortir, petit clip maison des plus sympathiques à l’appui, un titre nommé « Seven days a week », ska roots au clavier  sautillant,  cuivré à souhait, où la voix de Mr Black se rappelle à notre bon souvenir, superbement relevée de choeurs bien léchés, le tout enregistré par Jean-Loose (l’ancien chanteur de 65 Mines Street, actuel Rebel Assholes) au studio Indie Ear de Belfort. (suite…)

65 MINES STREET EN STUDIO

65 MINES STREET, l’excellent groupe de Montbéliard, entre en studio fin décembre pour enregistrer son second album qui doit succéder au disque éponyme sorti fin 2010 et qui avait fait son petit effet. Transformé en quintet suite au départ du chanteur Jean-Loose (le chant ayant été repris par Mick, le guitariste officiant aussi au sein de Bobby SixKiller, east side reprezent !), le combo semble prendre une orientation un peu nouvelle : Moins rock, toujours très british, toujours fortement influencé par The Specials, mais plus par « Ghost Town », « International Jet Set », « Friday Night Saturday Morning », voire par la période « In The Studio », que par le pur son two tone uptempo des débuts.

La troupe retourne donc au Indie Ear (le studio de Jean « Rebel Assholes » Loose) pour bien terminer l’année, et annonce la sortie du nouvel opus pour le mois d’avril, en vinyle chez Productions Impossibles Records, et pour le CD ben on verra bien…