Rude Boy Train

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE TOASTERS – HARD BAND FOR DEAD (Moon Ska NYC/1996)

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE (rappel)THE TOASTERS, c’est tout simplement l’une des plus belles références de l’histoire du ska.

Créé à New York en 1981 sous le nom de Not Bob Marley, The Toasters est indissociable de son frontman/guitariste/chanteur Rob « Bucket » Hingley, un Anglais de New York comme dirait l’autre, qui parle un peu français aussi puisqu’il a vécu à Strasbourg (son père faisait partie de l’armée anglaise). (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE SCOFFLAWS – The Scofflaws – (Moon Records/1991)

Afficher l'image d'origine« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois… 

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : THE SCOFFLAWS, c’est un groupe de Long Island près de New York et plus précisément d’Huntington qui s’est formé en 1988. Au départ le combo s’appelle The New Bohemians, mais prend le nom de Scofflaws suite à un deal avec Geffen Records qui avait besoin du blase. La colonne vertébrale du groupe, c’est avant tout Richard « Sammy » Brooks, super saxophoniste et super frontman, qui restera dans la formation du début jusqu’à maintenant. Car le groupe est parait-il toujours en activité, même s’il ne sort jamais de son île, à part pour aller dans là grosse pomme. (suite…)

Rude Boy Train’s Classics – Hepcat – Out Of Nowhere (Moon Records/Hellcat Records/1993)

“Rude Boy Train’s Classics”, c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois.

BEAUCOUP D’HISTOIRE: Los Angeles, 1989. Cette belle brochette de jeunes Californiens qui aiment The Specials et Toots and The Maytals que sont Greg Lee (chant), Alex Désert (chant), Deston Berry (claviers, chant), Raul Talavera (sax), David Hillyard (sax), David Fuentes (basse), Dennis Wilson (guitare) et Greg Narvas (batterie) décident de faire du ska, du rocksteady et du reggae, en version plus cool, plus roots que leurs potes de The Toasters, Skeletones et autres Fishbone. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE TOASTERS – DUB 56 (Moon Records/1994)

B000026M9R[1]

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

BEAUCOUP D’HISTOIRE: THE TOASTERS, c’est tout simplement l’une des plus belles références de l’histoire du ska.

Créé à New York en 1981 sous le nom de Not Bob Marley, The Toasters est indissociable de son frontman/guitariste/chanteur Rob « Bucket » Hingley, un english man in New york comme dirait l’autre, qui parle un peu français aussi puisqu’il a vécu à Strasbourg (son père faisait partie de l’armée anglaise).

En 1985, The Toasters sort un 45 tours éponyme, puis un autre (« Beat Up »), avant un mini album, « Recriminations », aujourd’hui collector, et embraye en 1987 avec son premier LP, « Skaboom », plusieurs fois réédité. Les disques de The Toasters sortent systématiquement sur Moon Records, le label créé par Bucket (qui sera plus tard rebaptisé Moon Ska NYC pour des questions de droits). (suite…)

Jump Up réédite Mephiskapheles

Souvenez-vous le début des années 90: New-York était un peu la Mecque du ska et Moon Records produisait des albums à tire-larigot ! Parmi-eux, un groupe énervé sobrement appelé MEPHISKAPHELES qui invitait Belzébuth à venir skanker. Quel rude-boy n’a pas ondulé de la croupe en entendant claquer les cuivres agités de « Doomsday » à l’époque où MTV passait du ska sur son antenne (si si je vous jure) ?

C’est le label de Chicago Jump Up Records qui a donc décidé de re-sortir, 17 ans après les faits, le premier album du groupe (qui en a sorti 3 en tout), « God bless satan ». Et en vinyle en plus ! Avec en bonus, un 45 tours reprennant les titres qui figuraient sur la première démo introuvable de 1991. Du pur travail d’archéologue quoi. Merci Jump Up !