Rude Boy Train

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE SLACKERS – Redlight (Hellcat Records/1997)

Résultat de recherche d'images pour "the slackers red light"

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois… 

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Depuis plus de vingt ans, THE SLACKERS, à force d’albums impeccables et de tournées incessantes à travers le monde est devenu une référence de la scène ska mondiale…

Le groupe naît à New York en 1991 autour du talentueux clavier et chanteur Vic Ruggiero… Ils jouent à l’époque un two-tone mêlé de garage rock et de quelques touches de rocksteady. C’est rugueux, dynamique, mais loin des merveilles dont le groupe va se révéler capable. En 1996 alors que Dave Hillyard vient de quitter sa Californie natale et le groupe Hepcat pour les rejoindre, ils enregistrent, « Better Late Than Never », produit par Victor Rice, qui définit les premiers contours de ce que sera le son des Slackers, proche des racines jamaïcaine, mais sous forte influence soul et blues. D’emblée le groupe en impose avec des titres comme « Sooner or Later », entraînant, « You Don’t Know I », ou « Sarah » encore souvent repris en live aujourd’hui. Ils signent alors chez Hellcat Records en plein boum punk et ska outre Atlantique. (suite…)

Un nouvel Ep pour RUDE BOY GEORGE

Bon c’est vrai la pochette est moche, mais elle est finalement plutôt raccord avec le son que véhicule RUDE BOY GEORGE. Ça pixelise comme sur un jeu Amstrad de 1987 et ça tombe bien car le groupe de New York a fait sa spécialité de reprendre des morceaux des années 80 à tendance new wave/pop en les mettant à la sauce ska.

Après « Confessions », son premier album sorti fin 2014 où il reprenait Billy Idol, Madness, Eurythmics ou Inxs, voici donc arriver un nouvel Ep 4 titres ou le combo s’attaque cette fois aux Pretenders (« Middle of the road »), à Yazoo (« Only You »), à Gary Numan (« Cars ») et aux Psychedelic Furs pour la chanson-tire (« Love my way » donc). (suite…)

Un équipe de choc autour de David Hillyard

Aucun texte alternatif disponible.Encore un coup dur pour votre portefeuille. Voilà DAVID HILLYARD qui se repointe avec ses ROCKSTEADY SEVEN, et avec un nouvel album. David Hillyard, on vous rappelle que c’est un peu une légende du sax, de The Donkey Show à Hepcat, des Stubborn Allstars aux Slackers.

Le groupe qui doit aussi sortir prochainement un 45 tours sur Badasonic Records nous annonce la sortie de son sixième album, « The Giver », pour le 1er juin prochain sur le label ORG Music.

Et attention à l’équipe derrière. Ok, on sait que les Rocksteady 7 c’est pas tout à fait des manchots, mais dans ce combo à géométrie variable on retrouve cette fois Alex Desert (Hepcat), Buford O’Sullivan (Scofflaws), Glen Pine (Slackers), Rick Graiko (Brooklyn Attractors), Rolf Langsjoen (Moon Invaders), Chiquis Lozoya (Jr Thomas & The Volcanos), Jay Nugent (Slackers), j’en passe et des meilleurs…  (suite…)

Un nouvel album pour The James Hunter Six!

Le label new-yorkais Daptone Records vient d’annoncer la sortie d’un nouvel album du James Hunter Six. Ce cinquième album intitulé « Whatever It Takes » prévue pour le 2 février 2018 fait suite à l’excellent « Hold On » dont la chronique est à relire ici ! Ce nouvel opus sera produit comme le précédent par Gabriel Roth aka Bosco Mann fondateur avec Neal Sugarman dudit label et qui sait de quoi il cause quand il s’agit de bonne musique soul. Impatient…… (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – THE TOASTERS – HARD BAND FOR DEAD (Moon Ska NYC/1996)

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE (rappel)THE TOASTERS, c’est tout simplement l’une des plus belles références de l’histoire du ska.

Créé à New York en 1981 sous le nom de Not Bob Marley, The Toasters est indissociable de son frontman/guitariste/chanteur Rob « Bucket » Hingley, un Anglais de New York comme dirait l’autre, qui parle un peu français aussi puisqu’il a vécu à Strasbourg (son père faisait partie de l’armée anglaise). (suite…)

The Brooklyn Attractors live en studio

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, personnes qui jouent des instruments de musique, nuit et intérieurLe second opus des BROOKLYN ATTRACTORS (« The Move ») fait partie des très bons disques de 2016.

Le groupe joue en mode ska-jazz ouaté, et c’est toujours impeccable. La preuve pour ceux qui en douteraient (malheureux qu’ils sont !) avec une vidéo live en studio du combo de la grosse pomme, qui interprète ici avec style « Black Beans and Rice », l’un des meilleurs morceaux de la dernière livraison, et en bonus quelques minutes captées lors des dernières sessions d’enregistrement. (suite…)

BROOKLYN ATTRACTORS – The Move – Jump Up ! Records

UN PEU D’HISTOIRE :  BROOKLYN ATTRACTORS en 2016, c’est toujours un peu la crème de la crème de la grosse pomme avec Rich Graiko à la trompette, Buford O’Sullivan au trombone, Larry McDonald aux percus, Eddie Ocampo à la batterie et tout le toutim, donc autant vous dire que c’est pas tout à fait des comique ni des petits joueurs.

Ceux qui avaient eu l’occasion d’écouter leur premier album il y a près de trois ans (« Good Evil Alchemy ») savent que cette équipe-là sait jouer bien comme il faut,ce que confirme ce second opus intitulé « The Move » tout récemment édité par l’incontournable maison du midwest Jump Up ! Records.

Par contre les gars, faudra penser à faire des tournées de temps en temps… (suite…)

Rocksteady Seven : quelques dates de plus

On les a au compte goutte donc on vous les donne au compte goutte. On vous annonçait l’autre jour que DAVID HILLYARD & THE ROCKSTEADY SEVEN passait en Europe début 2017 et que le groupe faisait quelques dates en France. Bonne nouvelle donc, deux concerts viennent de se rajouter.

En plus de Marseille le 10 janvier (Le Molotov) et à Alès le 11 (l’Antrepote), les Rocksteady Seven seront à Saint Etienne le 9/1 (La Tanière) et à Lille le 19/1 à la Maison des Etudiants (où il y aura bientôt The Upsessions). 

Y a encore des trous dans l’agenda donc des dates devraient se rajouter bientôt. Wait and see…

David Hillyard passe par la France

DAVID HILLYARD & THE ROCKSTEADY SEVEN passent en France début 2017. C’est pas cool ça ? Comment ça tu connais pas David Hillyard, saxophoniste incontournable des Slackers, ex-Hepcat, ex-Donkey show, et donc patron de l’illustre octet new-yorkais. Il est en Europe avec les Slackers en novembre mais il évite nos contrées, par contre il revient début 2017, avec les Rocksteady 7 donc, pour une paire de dates. (suite…)

THE FRIGHTNRS – Nothing More To Say – Daptone Records

The Frightnrs - Nothing More To Say cover art

UN PEU D’HISTOIRE : C’est dans le Queens (NYC) que démarre cette histoire  en 2010. Dan Klein rencontre Chuck Patel dans une fête et les deux gars échangent sur leur amour du rocksteady. Coup de foudre ou presque.  Chuck présente à Dan son frangin Preet et avec l’aide de Rich, ils forment le quatuor qu’ils appelleront THE FRIGHTNRS :  Dan est à la gratte et au chant, Preet à la basse, Chuck au clavier et Rich à la batterie.

En 2012 le groupe autoproduit un Ep cinq titres avec Jay Nugent (Slackers) aux manettes, puis un deux titres, qui resteront inédits en version physique.

Il faut attendre 2015 pour voir la mise en ligne d’un nouvel Ep cinq titres, « Inna Lovers Quarrel », produit par Ticklah (AKA Victor Axelrod), suivi par le 45 tours « Sharon », puis par « I’d Rather Go Blind », un single publié par Daptone Records, le label voisin qu’on ne présente plus dans le monde de la soul. Et quand le combo annonce la sortie d’un album sur Daptone pour 2016, on est quelques-uns à se dire que ça va être énorme. (suite…)

Page suivante »