Rude Boy Train

AIDEZ MAMPY ET ORANGE STREET A SORTIR LEURS PROCHAINS ALBUMS

Le premier est Toulousain est un des groupes Français les plus cools et des plus actifs de ces dernières années, et ils nous avaient impressionné avec leurs dernier opus « Mind Your Own Business ». C’est bien sûr de Mampy dont nous parlons et ils sont en train de nous fignoler tranquilles leur troisième album aux studios Alambic Records de Daniel Dru, des regrettés TSF. Pas de visuel encore, et pas de version vinyle (pour l’instant?), mais plein de packs dispos avec la possibilité de vous rattraper si vous n’avez pas encore leurs précedents skeuds.

Le second est un des bands les plus emblématiques des années 2000 qui nous a comblé de bonheur à une époque où les  salles de musique actuelle raffolaient de reggae et de ska. Sur trois albums studio, un live et un dub, ils ont toujours démontré un sacré savoir-faire sur des compos allant du Calyspo au reggae 70’s en passant par toutes les tendances de la zic Jamaïcaine. Ils nous reviennent pas loin de 10 ans plus tard, renforcés par quelques ex K2R. « Ghost Town Rockin' » ne semble plus avoir besoin que d’un financement pour son pressage! Comble de plaisir, le skeud sortira, lui, en vinyle, avec un artwork, comme d’hab’, aux petits oignons. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSIC – ORANGE STREET – Step In…(2000/Small Axe)

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Comme Western Special, Rude Boy System ou les Viking’s Remedy, Orange Street fait partie de ces groupes qui, au beau milieu des années 2000 où le ska avait pignon sur rue en France grâce au large succès de groupes à l’orientation festive, défendaient fièrement la bannière d’une version beaucoup plus traditionnelle de nos musiques Jamaïcaine. (suite…)