Rude Boy Train

Un 45 tours pour MONTY NEYSMITH

L’image contient peut-être : 1 personneMONTY « NEYSMITH » MONTGOMERY, le gars qui jouait du clavier et qui chantait dans Symarip et qui avait coécrit la plupart des titres avec le père Roy Ellis, a décidé que l’héritage du groupe n’appartenait pas uniquement à ce dernier.

Après deux 45 tours il y a deux ans, avec les Soul Radics et avec The Bishops, Neysmith décide de remettre la couvert avec les seconds pour un nouveau 45 tours chez Jump Up Records.

Au programme deux titres à l’ancienne dans la pure tradition skinhead reggae, « Fung Shu » ainsi que  l’excellente « Skin Flint », à déguster par ici : (suite…)

Tribute to the Symarip, le film de Sharon Woodward

symarip tributePour ceux qui suivent le monde des documentaires, Sharon Woodward n’est pas une inconnue, elle a déjà réalisé, entre autres, un film sorti en dvd, Thank You Skinhead Girl, qui retrace son expérience entre la fin des années 70 et  le début des années 80. La réalisatrice s’attaque maintenant à un monument de la culture reggae/skinhead : Symarip.

Le groupe légendaire auteur du non moins légendaire Skinhead Moonstomp aura donc les faveurs d’un documentaire dont le tournage a débuté en 2012 et qui devrait voir le jour en 2016.  Les interviews annoncées sont variées et de qualité,  avec pas moins de quatre membres originaux Roy Ellis, Monty Neysmith, Mike Thomas et Frank Pitter, ainsi que Neville Staple, Jennie Matthias ou Roddy Moreno. (suite…)

Monty « Neysmith » Montgomery est de retour

Des anciens membres de Symarip, y’en a un qui a pris toute la lumière, et pour cause, il est présent sur scène et sur vinyle un peu partout dans le monde, accompagné ici par 65 Mines Street, là par The Magic Touch, en Argentine par The Crabs Corporation et en Californie par Thee Hurricanes… Il s’agit bien sûr de l’incontournable Roy Ellis, AKA Mr Symarip, installé en Suisse depuis pas mal d’années. Y’en a un autre qui a dû se dire: « Et pourquoi pas moi ? ». Celui-là, c’est MONTY « NEYSMITH » MONTGOMERY, le gars qui jouait du clavier et qui avait coécrit la plupart des titres avec le père Ellis.

Le voilà donc qui repointe sérieusement le bout de ses dreads, lui qui avait bricolé à droite à gauche depuis la fin de Symarip, sans jamais réellement raccrocher les gants, mais sans non plus être très présent sur le devant de la scène. Et c’est avec deux formations différentes qu’on le retrouve: THE BISHOPS d’abord, un groupe d’Omaha dans le Nebraska amateur de vieux ska bien roots avec lequel Monty signe un 45 tours de deux titres, « Laurel for Laurels », hommage à qui vous savez, et « Jump », un peu plus rocksteady. Evidemment, ça sort chez Jump Up Records. (suite…)