Rude Boy Train

RIP Junior Murvin

Mauvaise nouvelle pour la musique jamaïcaine : JUNIOR MURVIN vient de passer l’arme à gauche hier à l’âge de 64 ans, ce qui n’est pas très vieux par rapport à Jeanne Calment.

Junior Murvin se met  à chanter dès son enfance, et il commence à enregistrer à la fin des années 60 sous le nom de Junior Soul. En 1972, il connait son premier mini-hit avec « Solomon ». En 76, il passe une audition devant Lee « Scratch » Perry qui décide de le produire. Murvin sort alors ce qui restera son titre le plus célèbre, « Police ans Thieves », avec cette voix haut perchée qui sera sa marque de fabrique. Le morceau est un très gros succès et sera repris, et immortalisé, par The Clash sur leur premier album. (suite…)

The Clash Goes Jamaican – Golden Singles Records – 2e partie

UN PEU D’HISTOIRE (rappel): GOLDEN SINGLE RECORDS est un label espagnol basé du côté d’Alicante et drivé par Dr Jau, incontournable personnage de la scène locale. Le label a déjà sorti pas mal de belle références aussi variées que David Hillyard & The Rocksteady Seven, El Gran Miercoles, Mr T-Bone, RedSoul Community, Sensi Simon and The Golden Singles ou Dr Jau and The Peanut Vendors… Bref, des Espagnols mais pas que.

En début d’année, le label annonce son intention de sortir une compilation dédiée à The Clash, groupe que Jau affectionne tout particulièrement, mais à la sauce ska/rocksteady/reggae, sur un double vinyle (le format de « London Calling ») limité à 500 exemplaires, avec pas moins de 31 artistes et autant de morceaux. Le double LP est sorti fin septembre, et vous pouvez le choper ici. (suite…)

The Clash Goes Jamaican – Golden Singles Records – 1ere partie

THE CLASH GOES JAMAICAN cover artUN PEU D’HISTOIRE: GOLDEN SINGLE RECORDS est un label espagnol basé du côté d’Alicante et drivé par Dr Jau, incontournable personnage de la scène locale. Le label a déjà sorti pas mal de belle références aussi variées que David Hillyard & The Rocksteady Seven, El Gran Miercoles, Mr T-Bone, RedSoul Community, Sensi Simon and The Golden Singles ou Dr Jau and The Peanut Vendors… Bref, des Espagnols mais pas que.

En début d’année, le label annonce son intention de sortir une compilation dédiée à The Clash, groupe que Jau affectionne tout particulièrement, mais à la sauce ska/rocksteady/reggae, sur un double vinyle (le format de « London Calling ») limité à 500 exemplaires, avec pas moins de 31 artistes et autant de morceaux. Le double LP est sorti fin septembre, et vous pouvez le choper ici. (suite…)

The Clash Goes Jamaïcan : Ça continue avec The Magic Touch

Cette compilation qui s’annonce est décidément très attendue. Après vous avoir fait écouter la contribution des Espagnols de The Transilvanians à ce bien bel objet, on vous fait maintenant profiter d’une version de « Safe European Home » par les Allemands de THE MAGIC TOUCH. Cet excellent quatuor de Berlin/Leipzig (parfois quintet) existe depuis 2006, a déjà sorti deux très bons albums sur Grover Records, a backé Roy Ellis et sera au printemps sur scène avec Pat Kelly, rien que ça ! (suite…)

Jimmy Cliff – Rebirth – Sunpower

UN (TOUT PETIT) PEU D’HISTOIRE : James Chambers dit Jimmy Cliff, 64 piges au compteur, est à priori un chanteur qui ne m’intéresse pas plus que ça. Si comme beaucoup j’ai aimé « Miss Jamaïca » et quelques belles réussites des années 70, il reste avant tout pour moi l’auteur ou l’interprète d’un série de tubes sucrés pas forcément très digestes, saupoudrés tout au long d’une longue carrière riche en disques d’or: « Reggae night » au creux des 80′s, produit par le Kool and the Gang Amir Bayyan, « I can see clearly now » empruntée à Johnny Nash au début des années 90, « Hakuna Matata » pour la BO du Roi Lion peu de temps après, puis les duos avec Bernard Lavilliers (« Melody Tempo Harmony ») ou avec Yannick Noah (« Take your Time »). Et puis un jour, j’appris que Tim  »Rancid » Armstrong avait décidé de produire le nouvel album de Jimmy Cliff. Renaissance ?

LE DISQUE : Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec Tim Armstrong aux manettes et quelques musicos qui l’avaient aidé à faire des miracles sur son « A poet’s life » il y a cinq ans (les ex-Aggrolites J Bonner et Scott Abels), les cartes ont été redistribuées. Et Jimmy Cliff a pu repartir sur d’excellentes bases. (suite…)