Rude Boy Train

TOOTS (et plein d’autres) au festival No Logo, et en vidéo

Résultat de recherche d'images pour "no logo bzh"TOOTS HIBBERT,  l’un des derniers grands, et assez en forme ces derniers temps. Ceux qui l’ont vu lors de sa récente tournée française peuvent confirmer.

Le voilà qui revient déjà dans nos contrées pour le festival NO LOGO BZH au Fort Saint Père à Saint Malo. Avez ses MAYTALS, il sera à l’affiche du dimanche 13 août, avec entre autres Alpha Blondy et les Gladiators.

La prog est belle (il y a aussi  LKJ, Alborosie, Kymani Marley…), et vous pouvez en savoir plus en cliquant ici : nologobzh.com. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – TOOTS AND THE MAYTALS – Sweet And Dandy (Beverley’s Records-1969)

Tapa« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU(BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Quand on part pour attaquer une classic sur un album d’un groupe aussi incontournable que les Maytals, on s’arrache le peu de cheveux qui nous reste à l’idée de se taper la bio… Alors je vais ici tenter de faire court.

Frederick « Toots » Hibbert est né à May Pen en Jamaique et chante dès son plus jeune âge du Gospel dans sa paroisse. Il déménage à Kingston à l’âge de 5 ans. Il y rencontre, pendant son adolescence, deux autres chanteurs, Henry « Raleigh » Gorgon et Nathaniel « Jerry » Matthias avec qui il forme un groupe qui enregistre plusieurs titres perdus car souvent attribués par erreur à d’autres groupes plus en vue du moment.

Repérés par Coxsone Dodd, ils passent chez Studio One pendant presque deux ans, enregistrant au passage leur premier album, « Never Grow Old », backés forcément par  les Skatalites locaux. Le disque est excellent, à l’image du morceau titre, carrément incontournable encore aujourd’hui et les Maytals font un peu d’ombre au trio leader du moment, les Wailers. (suite…)

Les chouettes vidéos de Nomotrouble….

Keith and Tex Sierra Nevada World Music Festival June 23, 2013 whole show Boonville California (BQ)Il est parfois des découvertes bien agréables, et le sieur Nomotrouble en fait partie. Nomotrouble, c’est Carl Romick, né à Fairbanks, en Alaska en 1957, fan de musique depuis toujours, voir des concerts était un rêve pour lui avant de déménager en Californie pour y effectuer ses études à l’université locale. Après avoir obtenu son diplôme et un bref retour en Alaska, Carl emménage définitivement à San Francisco, se marie, a trois enfants, maintenant adultes qui vivent aussi dans la région. Et alors me direz vous? (suite…)

Variations autour de « 54-46 »

54-46 (Was My Number) Riddim - Volume 01 cover artBon normalement si vous lisez ces lignes, vous écoutez du ska, du rocksteady et du skinhead reggae. Donc normalement, vous connaissez Toots and The Maytals et forcément vous connaissez aussi un de ses plus fameux hits, « 54-46 That’s My Number », un titre qui évoque l’incarcération de Frederic « Toots » Hibbert pour détention de stupéfiants (« 54-46 » était son matricule) au milieu des années 60 (sur l’album « Sweet and Dandy » – 1969).

Et ben vous savez quoi ? Y a un p’tit gars d’Anvers, Lord Lyta, producteur et DJ de son état, qui a décidé de reprendre le fameux riddim de « 54-46 » et de le mettre à la disposition de onze artistes, pour en faire des variations pour le moins personnelles. En fait de riddim, c’est carrément tout l’instru que Lord Lyta a recréé, la version originale (instrumentale) des Maytals étant apparemment introuvable. (suite…)