Rude Boy Train

Le nouvel album de THE TIBBS en précommande

A Rude Boy Train, on avait super apprécié le premier album de THE TIBBS, excellent groupe soul d’Amsterdam emmené jadis par Elsa, un peu la Marta Ren du nord de l’Europe, aujourd’hui remplacée par Roxanne, un peu la Marta Ren du nord de l’Europe. Sur « Takin’ Over » (c’est son titre), on trouvait notamment la superbe « Next Time », petite touche ska très bienvenue sur un album bien balancé.

C’était chez Record Kicks en 2016, et ça revient en 2020 sur le même label avec le second opus, « Another Shot Fired », cuivré bien comme on aime, avec un premier extrait, « Damaged Heart », qui laisse entrevoir le meilleur. Ça sort en novembre et c’est en précommande ici. Regardez-moi ça : (suite…)

LONG BEACH DUB ALLSTARS – Long Beach Dub Allstars – Regime 72

Long Beach Dub Allstars : Long Beach Dub Allstars: Amazon.fr: MusiqueUN PEU D’HISTOIRE: LONG BEACH DUB ALLSTARS, c’est le groupe californien (comme son nom l’indique) amateur de reggae, de ska et de punk-rock aussi un peu, avec ici où là des éléments pêchés à droite à gauche (dub, rap…) formé en 1997. Le combo a rapidement attiré l’attention parce qu’on y retrouvait Bud Gaugh et Eric Wilson, ex-membres des multi-platinés Sublime.

Toujours emmené par Opie Ortiz et ses tatouages, et depuis quelque temps avec Roger Rivas (Aggrolites) au clavier, le groupe à publié son nouvel album, le troisième, au début de l’été, soit 19 ans après le précédent LP.

L’ALBUM: Dès qu’on écoute ce genre de son, on sait qu’on est en Californie. A la rigueur en Floride ou à Hawaii, mais pour sûr pas dans le Montana ou le Vermont. Car la musique de Long Beach Dub Allstars transpire le soleil et le sable chaud, avec en plus, un Opie Ortiz qu’on croirait tout droit sorti d’un film ghetto de Dennis Hopper. (suite…)

La machine à remonter le temps de Kevin Flowerdew

Kevin FLOWERDEW, c’est un Anglais (du groupe The Bakesys) passionné de ska qui publie depuis 1996 le fanzine Do The Dog, qui malgré l’avènement d’internet continue contre vents et marrées à publier sces news mondiales sur papier glacé. Do The Dog est aussi un label spécialisé dans les groupes qui démarrent et qui avait notamment découvert The Skints à peu près avant tout le monde.

Mais avant Do the Dog skazine, il y  eu RUDE. 52 numéros entre 1989 et 1996, à une époque où le papier était le meilleur moyen de s’informer de tout ce qu’il se passait sur la planète ska.

Kevin a eu la bonne idée de sortir sa 2 TONE TIME MACHINE. Il s’agit en fait de 4 numéros inédits de Rude qui reprennent l’actualité d’avant la naissance de Rude, comme si on y était. Au programme donc, un volume consacré à la période 79/80 et au mouvement two tone (avec les Specials en couv’), un second consacré aux années 81/83 avec les Australiens de The Allnighters, puis la période 83/86 avec les Californiens de The Intouchables, et enfin un quatrième volumes pour explorer les années 87/89 (avec Los Fabulosos Cadillacs). (suite…)

TOOTS AND THE MAYTALS – Got To Be Tough – Trojan Jamaica

Got to Be Tough: Toots and the Maytals, Toots and the Maytals: Amazon.fr: MusiqueUN PEU D’HISTOIRE: 1942 – 2020. On ne va pas vous faire une biographie exhaustive de FREDERICK « TOOTS » HIBBERT. Vous le connaissez tous. Au même titre que Laurel Aitken, Prince Buster ou Desmond Dekker, ce type est un monument de la musique jamaïcaine.

D’abord passé par le ska puis par le rocksteady avant d’exceller dans le reggae, Toots était au départ l’un des trois de THE MAYTALS, en tant que trio vocal (aux côtés de Henry « Raleigh » Gordon et Nathaniel « Jerry » Mathias), et ce n’est qu’à partir de l’album « Sweet and Dandy », en 1969, qu’on voit apparaître le nom de « Toots and The Maytals », semble-t-il à la demande de Chris Blackwell. Le disque est chargé de hits jusqu’à ras-bord, avec « Monkey Man, « Pressure Drop », « We Shall Overcome », « Sweet and Dandy », « 54-46, That’s my Number »…

C’est en 1968 qu’apparaît pour la première fois le mot « reggae » orthographié à l’ancienne sur le single « Do The Reggay » (Berverley’s Records). (suite…)

THE SPITFIRES – Life Worth Living – Acid Jazz Records

Life Worth Living - The Spitfires - CD album - Précommande & date ...UN PEU D’HISTOIREEt de quatre ! Avec « Life Worth Living », c’est déjà son quatrième opus que nous livre ici le superbe combo de Watford devenu trio (mais souvent quintet en live) en moins de dix ans.

Les deux premiers opus sont sorti chez Catch 22 en 2015 et 2016, et le troisième, « Year Zero », avait fait forte impression en 2018 chez Hatch Records, notamment grâce à un single imparable: « Over and over again ».

Cette fois c’est du côté d’Acid Jazz Records que ça se passe, avec une recette toujours un peu soul, un peu punk, un peu ska, et des extraits dévoilés au printemps dernier qui nous avaient pas mal retourné le ciboulot.

LE DISQUEDix titres. Pas un de plus. Voici donc un album ramassé, direct, bien coiffé avec la raie sur le côté et pas un poil de boule qui dépasse. Autant vous dire que celui-là je l’attendais de pied ferme. (suite…)

CRAZY BALDHEAD – Go Oasis – Badasonic Records

UN PEU D’HISTOIRE: CRAZY BALDHEAD, le projet perso de Jay Nugent (Slackers) poursuit son bonhomme de chemin, avec mine de rien six albums au compteur (si on compte les plans dub) et pas mal de hits qui tabassent.

Après Jump Up, après Stubborn Records, c’est désormais du côté de Badasonic Records que ça se passe, et comme d’habitude avec le label de Charleroi qui monte qui monte, on est sur du très gros niveau.

LE DISQUE: Parfois Crazy Baldhead on peut trouver ça un peu trop expérimental, un peu trop dub, un peu trop ceci et pas assez cela. Mais avec « Go Oasis » on est dans l’équilibre, toujours, avec ce qu’il faut de ska, de reggae et de guitares tranchantes. (suite…)

ALPHEUS – The Victory – Liquidator Music

The VictoryUN PEU D’HISTOIRELe premier album d’ALPHEUS, le plus espagnols des chanteurs anglo-jamaïcains, est sorti il y a plus de 20 ans (« Quality Time », enregistré en 99 à Studio One, on n’est pas là pour rigoler).

Fidèle à l’Espagne depuis le milieu des années 2000, et à Liquidator Music depuis 2014 (le très recommandable « Good Previals »), voici donc venu le sixième opus, « The Victory », avec une fois de plus Roberto Sanchez à la production et son groupe, la Lone Ark Riddim Force en accompagnement de toute première bourre.

LE DISQUE: Ben mazette, le Alpheus d’avant était déjà balèze, et celui-là monte à mon avis encore le niveau d’un cran. (suite…)

Un 45 tours pour BUSTER SHUFFLE

BUSTER SHUFFLE, l’un des meilleurs groupes british actuels, vient de publier un 45 tours deux titres avec une pochettes moche comme une Fuego.

La pochette est moche, ok, mais le contenu est cool. D’abord parce que « Unsung Heroes » (c’est le nom du skeud) est sorti pour la bonne cause, les recettes allant à la World Health Organisation, et parce que c’est un hommage à Iqbal Masih, un enfant Pakistanais vendu comme esclave qui s’est rebellé, puis est devenu un militant anti-esclavagisme, avant d’être assassiné.

Ensuite parce que les Londoniens ont invité du beau monde à leur prêter main forte avec membres de Die Toten Hosen, Donots, Flogging Molly, Hepcat, Mad Caddies, Talco, The Infadels, The Toy Dolls ainsi que Rhoda Dakar. (suite…)

The Spitfires : encore un extrait de dingos

The Spitfires | Discography | DiscogsOn n’en peut plus, on est impatient, au bord de l’émeute en attendant le 5 juin, date de sortie de « Life Worth Living », le nouvel opus du trio quatuor quintet anglais de THE SPITFIRES, chez Acid Jazz Records.

On avait déjà eu droit à « Tear This Place Right Down », atomique, et à « (Just Won’t) Keep Me Down », gigantesque. Mais le troisième extrait, « Life Worth Living » n’est pas en reste. Beat reggae/rock, arrangements dans la plus pure tradition pop british, dégaines de champions. Je sais pas vous mais moi ça me fout une demi-molle je vous dis pas… (suite…)

Des vieilleries des Slackers sur Bandcamp

Si tout va bien les SLACKERS seront en Europe cet automne, et ça ça fait plaisir. Ils doivent aussi sortir deux 45 tours vers la fin de l’année chez Pirate Press Records.

En attendant, le combo de New York vient de nous balancer sur bandcamp des fonds de tiroirs pas vilains du tout : un vieux live de 1993 à l’époque où le groupe devait encore s’appeler The Nods (« Live at Wetlands »), ses « Sugarshack Sessions » avec trois titres en version acoustique, une compilation de rarities (« Rarities 1996-2000″), une démo de 93/94 (« Obscurities« ) et encore quelques bricoles. (suite…)

Page suivante »