Rude Boy Train

T-KILLAS – Awareness – Grover Records/Fire and Flames Music

UN PEU D’HISTOIREIl aura fallu six ans pour voir enfin arriver le deuxième album de T-KILLAS,  groupe d’Aschaffenburg, dans la région de Francfort.

Le premier opus, « It’s Up To You », était sorti chez Rocking Records (plus très actif de nos jours), et le label français Casual Records avait publié l’ep « Kicking the Pressure » en 2017, en partenariat avec Grover Records et Fire & Flames.

Retour du vinyle oblige, la nouvelle livraison de la fine équipe ne comporte que dix morceaux, mais si la qualité est là… (suite…)

THE AGGROLITES – Reggae Now ! – Pirates Press Records

UN PEU D’HISTOIRE : C’est à l’origine pour backer Derrick Morgan aux US que se rassemblent cinq ex-membres de The Rythm Doctors et de The Vessels se mettent à jouer ensemble. Les dates se passent si bien que les cinq bonhommes, Jesse Wagner, Brian Dixon, Roger Rivas, Korey Horn et J. Bonner décident de donner suite à l’aventure en montant leur propre groupe, The Aggrolites, en 2002.

La musique des cinq lascars, souvent affublée du sobriquet « Dirty Reggae » puise ses racines dans le reggae bien sûr, mais surtout celui qui fit vibrer l’Angleterre dans les années 60, celui des Maytals, de Symarip, Delroy Wilson ou Prince Buster, le tout sous haute influence du blues et de la soul de leur contrée natale.

C’est justement Prince Buster qui fait appel à eux en 2003 pour assurer ses dates US, et le King est sidéré de voir la maitrise d’une musique vieille de 30 ans de la part de ces jeunes blanc-becs. Cette même année 2003, ils enregistrent leur premier album, justement nommé « Dirty Reggae » aux quatorze titres d’un reggae sauvage, sorti sur l’excellent label Axe Records. (suite…)

EASTERN STANDARD TIME – Time For Change – Jump Up Records

UN PEU D’HISTOIRE: C’est à Washington DC que se forme en 1995 le groupe Eastern Standard Time qui originellement joue du ska-jazz teinté de toutes les autres variantes des rythmes caribéens.

Après un EP « Take Five » en 1996, leur premier album « Second Hand » déboule en 1997 et ça en jette direct, avec des compos originales et solides et une prod nickel. Ils pointent dès lors dans le peloton de tête des formations US, ce qui leur ouvrira la possibilité de jouer par chez nous, et quiconque aura vu Eastern Standard Time sur scène pourra vous vanter l’excellence de leurs sets, dansants à souhaits. « Time Is Tight », leur deuxième album sort d’ailleurs chez les Allemands de Grover Records en 2001. Mais les Washingtoniens de sont pas des plus bavards et distillent leurs compos au compte-goutte, et ce n’est qu’en 2005 que voit le jour, conjointement chez Jump Up Et Grover, « Tempus Fugit », leur troisième album, qu’ils viendront défendre sur scène sur nos terres. (suite…)

THE MAGNETICS – Coffee & Sugar – Grover Records

Résultat de recherche d'images pour "the magnetics coffee and sugar"UN PEU D’HISTOIRE : C’est y’a un peu plus de deux ans que The Magnetics déboulaient sans vraiment avoir prévenu. Les 4 zicos menés par l’ex Shandon, groupe de ska-punk incontournable en Italie, Olly Riva, nous pondaient un premier LP nommé sans équivoque « Jamaïca Ska » qui avait un sacré répondant.Ils avaient emballé pas mal de monde, Rude Boy Train y compris, avec leurs chansons immédiates,  rudement efficaces se baladant allègrement du ska 60’s à un early reggae à la prod nickel

Après avoir fait tourner cet album sur pas mal de scènes Européennes, le line-up du groupe a été largement chamboulé avec les départs pour raisons personnelles du clavier Mr Massa et du guitariste Jack Giacalone, non sans avoir pris le temps d’enregistrer auparavant les sessions du futur album. Ils seront dorénavant remplacés par Mr Gange et William Nicastro et le groupe est maintenant renforcé sur scène par le saxophoniste de Shandon, Mr Cello, ce qui doit valoir le détour. Sans réel distributeur jusqu’alors, c’est avec l’appui de l’incontournable Grover Records qu’est sorti en décembre ce nouvel opus nommé « Coffee & Sugar ». (suite…)

THE DEBONAIRES – Listen Forward – Grover Records

UN PEU D’HISTOIRE: En Californie, il y a Hepcat, il y a See Spot, et il y a THE DEBONAIRES, combo né en 1995 du côté de Riverside autour du charismatique chanteur/saxophoniste Kip Wirtzfeld. Le groupe aime les pochettes de disques toutes pourries, et aussi le vieux son jamaïcain à base de ska, de rocksteady, de reggae, et publie son premier album, « Groovin’ After Sundown », en 1998. Le groupe partage l’affiche avec les plus belles pointures du moment, de The Skatalites à Desmond Dekker, de Laurel Aitken à Phyllis Dillon, en passant par Justin Hinds, Rico Rodriguez, The Specials ou les voisins de Hepcat.

En 2001, les Californiens sortent leur deuxième album, éponyme, sur Rivercidal Records, puis « Longshout » en 2005. Ensuite, le combo sera plus au moins actif, plutôt moins que plus d’ailleurs, jusqu’en 2011 où il parle de retourner en studio, soit disant pour enregistrer un album devant sortir à l’automne.  Mon oeil. En 2011, rien. En 2012, rien non plus… Jusqu’en novembre où le groupe se décide à sortir non pas un album, mais un 45 tours avec Angelo « Fishbone » Moore en featuring, sur Steady Beat Recordings (et limité à 200 exemplaires). Quant au quatrième opus intitulé « Movin’ », longtemps annoncé, souvent repoussé, il sort enfin à l’été 2013 sur Jump Up Records, suivi de près par une tournée un peu partout dans l’ouest américain. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – DR WOGGLE & THE RADIO – BIGGER IS TOUGH (Grover Records/2003)

Résultat de recherche d'images pour "dr woggle bigger is tough"« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIREFaut croire que ça faisait classe de se  la jouer docteur en Allemagne dans les 90’s !

En tous cas, c’est sous le drôle de sobriquet de DR WOGGLE & THE RADIO que se pointent les sept zicos de Weinheim, pas loin de la frontière Alsacienne, juste avant le grand boom de l’année 2000. Leur style, plutôt orienté vers les 60’s est pourtant fortement marqué de l’empreinte du ska revival « à l’allemande » de leurs illustres aînés comme The Busters. Mais le talent est bien présent  et le mix prend si bien qu’ils sont lancé par Elmo Records, le side label de Grover pour un premier album en 2001, « Suitable », en parfait équilibre entre les deux inspirations sus-nommées…L’album reçoit un bon accueil qui leur permet de tourner un peu partout en Europe, avec quelques dates mémorables en France. (suite…)

DR WOGGLE AND THE RADIO – Drop Bombs To Lose – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE : On va pouvoir la faire courte pour une fois, vu qu’on vous a récemment parlé de Dr Woggle & The Radio dans ces lignes à l’occasion de la classic parue déjà en juillet l’année dernière, où l’on vous évoquait déjà un éventuel retour de la bande de Weinheim. On se contentera de rappeler que depuis la fin des années 90, le groupe est un des fers de lance de la scène ska-reggae allemande, orientation 60’s, et qu’avec ses quatre albums au compteur, dont un live, et des tonnes de dates dont les spectateurs ne pourront que vous vanter l’intensité, la Dr Woggle’s Team avait laissé un grand vide depuis 2012.

Le retour était donc fort attendu et c’est en ce tout début mai qu’est apparu, seulement  sur les plateformes de streaming pour l’instant (une version cd étant d’ors et déjà précommandable et on croise les doigts pour une version vinyle)  de « Drop Bombs To Lose » dont nous nous empressons de vous détailler les principaux atours. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSIC – FIREBUG – On The Move (2006 – Grover Records)

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU(BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Quand Firebug déboule du Brésil début 2007 par chez nous avec sous le bras son deuxième album «On The Move », on se demande bien où Grover Records a bien pu pêcher un tel groupe.

Mais en creusant un peu, on découvrit qu’il avait derrière tout ça l’incontournable Victor Rice, qui, en s’installant à Sao Paolo s’était trouvé avec le chanteur et guitariste Felipe Machado, un fameux comparse musical, lançant donc ce groupe, Firebug, avec un premier album éponyme sorti en 2003. Le skeud est très bon et donne d’emblée dans le son « Mr. Rice », avec ses lignes de basses limpides et claviers vaporeux. La voix chaude de Machado est sans chichi mais diablement efficace. (suite…)

TWO TONE CLUB – Don’t Look Back – Productions Impossible Records

UN PEU D’HISTOIRE: le TWO TONE CLUB débute sa carrière en 1999 à Montbéliard sur les cendres des ex-Gangsters All Stars, prenant le parti pris original d’affubler à chacun de ses musiciens un surnom lié à une couleur, en référence à Reservoir Dogs.

Ses influences couvrent  toutes les périodes du ska : 60’s, two tone, revival, avec des gros morceaux d’early reggae et de rocksteady dedans. Le groupe profite allègrement de sa situation géographique pour jouer un peu partout en Europe

Après son premier EP, « We’re Going… » sortit sur Like A Short Records en 2001, ils publient leur premier album, «One», dès 2002, chez Productions Impossible Records. Dans la foulée, le groupe participe au Dance Ska La à Rennes et figure avec trois titres sur la compilation live du festival.

En 2004, Two Tone Club participe aux Eurockéennes de Belfort. Le deuxième album, « Turn Off », mixé par Victor Rice (Stubborn Allstars, Firebug, ex- Slackers…), sort sur le même label en 2005 et est réédité ensuite par Big 8 Records et Grover Records. Two Tone Club participe à de nombreux festivals, notamment le cultissime Postdammer Ska Fest en Allemagne et au Dutch Ska Fest aux Pays-Bas. Il obtient alors autant de succès par chez nous qu’au delà de nos frontières. (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSICS – DR WOGGLE & THE RADIO – Suitable (2001-Elmo Records)

« Rude Boy Train’s Classics », c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois…

UN PEU (BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Faut croire que ça faisait classe de se  la jouer docteur en Allemagne dans les 90’s !

En tous cas, c’est sous le drôle de sobriquet de Dr Woggle & The Radio que se pointent les sept zicos de Weinheim, pas loin de la frontière Alsacienne, juste avant le grand boom de l’année 2000. Leur style, plutôt orienté vers les 60’s est pourtant fortement marqué de l’empreinte du ska revival « à l’allemande » de leurs illustres aînés comme The Busters. Mais le talent est bien présent  et le mix prend si bien qu’ils sont lancé par Elmo Records, le side label de Grover pour un premier album en 2001, « Suitable », en parfait équilibre entre les deux inspirations sus-nommées…L’album reçoit un bon accueil qui leur permet de tourner un peu partout en Europe, avec quelques dates mémorables en France. (suite…)

Page suivante »