Rude Boy Train

THE NEW NORMAL COLLABORATION: UN EP POUR UN GROUPE LOIN D’ETRE « NORMAL »!

The New Normal Collaboration, c’est un des nombreux projets issus de cette période de quarantaine si frustrante, mais qui à laissé a de nombreux musiciens beaucoup de temps pour murir des projets et tisser de nouveaux liens d’amitié.

Sauf que celui là est mené par John Roy, le sax des feus Unsteady et Allen Teboul, le batteur proche de Jay Nugent des Slackers qui vient lui porter main forte.

Si vous rajoutez a tout cela Buford O’ Sullivan, Dave Hillyard, Victor Rice et autres pointures d’un peu partout dans le monde, on n’est forcément plus étonnés de la qualité des 4 titres proposés sur ce « Sneak Preview EP », composé d’un instru reggae nommé « Braintrust », d’une chanson ska aux influences latino chantée par John Roy nommée « Nobody Did It » et de deux instrus ska, « Hazard Pay » et « Quarantined On Easy Street », dans une veine très proche des prod de Victor Rice justement, le tout foisonnant de percus, débordant de cuivres et de solos de guitare impeccables. (suite…)

VICTOR RICE – Drink – Easy Star Records

UN PEU D’HISTOIRE : Inénarrable Victor Rice ! Pas facile de résumer la carrière de celui qui fût bassiste des Scofflaws, jouât dans quelques-uns des meilleurs groupes de la fin des 90’s, comme le New York Ska Jazz ensemble ou les Stubborn Alls-stars et qui développa ses talents de producteurs auprès des meilleurs groupes de l’époque, des Slackers aux Pietasters, en passant par les Toasters, et autres Adjusters.

Il s’installe aux studio Version City de King Django et se frotte au dub, dont il deviendra un  experts, travaillant « à l’ancienne », sur les bandes analogiques avec les effets favoris des pionniers du genre. « At Version City », son premier album sort en 99.

Il s’expatrie à Sao Paulo en 2002 et devient un des producteurs/mixeur favoris de la scène mondiale pour une pléthore de groupe, comme Firebug (dans lequel il joue aussi de la basse), les Moon Invaders, The Stingers ATX, plus récemment Johnny Reggae Rub Foundation ou même nos Frenchy de Two Tone Club sur « Turn Off ». Il marque chacun de ces disques de son empreinte. En 2003, il sort son second album « In America » qui instaure son style, entre ska-jazz et multiples influences, Sud-Américaines notamment. (suite…)

The Uppertones & Friends : ça continue

Depuis le début du confinement, Mr. T-Bone, frontman de THE UPPERTONES dont on ne peut que vous recommander le dernier album, « Easy Snapping« , s’amuse à inviter des potes – que des pointures – pour enregistrer des reprises à distance, confinement oblige. Et même que c’est pour financer un hôpital turinois (les dons c’est par ici).

Je sais pas si à la fin ça va donner un disque (espérons), mais pour l’instant on a vu défiler l’Anglais Ray Gelato, Roy Ellis, Jesse Wagner et Dr Ring Ding. Et y’en a plein d’autres qui vont débarquer… (suite…)

Victor Rice est de retour, et ça fait plaisir

On ne présente plus le grand VICTOR RICE, génie absolu de la basse et grand producteur, quand a souvent croisé du côté de la scène de New-York, jamais très loin des Slackers ou des Toasters.

Le gars est désormais installé à Sao Paulo au Brésil, et ceux qui l’ont vu avec son septet (composé de pas mal d’ancien Moon Invaders) sur sa dernière tournée européenne savent que c’est du très très haut niveau. (suite…)

KINGSTON FACTORY PRESENTS THE EAST COAST SESSIONS – Liquidator Music

UN PEU D’HISTOIRE : Rude Boy Train vous parle souvent, sans que vous vous en doutiez forcément, d’Esteban Descalzo. Et pour cause, il est quasiment dans tous les bons coups venus d’Argentine ces dernières années… La liste serait trop longue, mais le batteur et producteur natif de Buenos Aires tient ce rôle dans deux des meilleures formations locales, j’ai nommé Gigantes Magneticos et les fabuleux Los Aggrotones.

Avec son bon goût pour les sons jamaïcains old school et son appétit dévorant, il collabore au grés de ses aventures avec de très nombreux artistes comme Pat Kelly, Derrick Harriot,  The Upsttemians, The Upshifters ou bien les locaux Mimi Maura, Hogo Lobo, Smocking Flamingos et autres Satelite Kingston ou Los Hamptons.

Après un voyage sur la côte est des Etats Unis où il rencontre de nombreux artistes locaux de la scène ska et reggae, il est convaincu qu’il se doit d’y revenir pour monter un projet musical… Bagages sur le dos, remplis de titres aux contours déjà dessinés à Buenos Aires par le noyau des Gigantes Magneticos, il se pointe mi-2017, pour trois semaines de boulot, pendant lesquelles  il multiplie les sessions d’enregistrement un peu partout dans les studios des uns et des autres, de Washington en passant par Brooklyn ou le Queens entres autres coins de New York, lui permettant d’échanger en live avec chacune de ses rencontres parmis lesquelles figurent,  excusez du peu, Jay Nugent, Dave Hillyard, Larry Mac Donald, Victor Rice ou bien encore le batteur des Frightnrs Rich Terrana. (suite…)

THE PRESSURE DROPPERS – Ricochet – Autoprod

UN PEU D’HISTOIRE : Oui, vraiment un tout petit peu d’histoire, puisque fondé en 2014, autour de quelques ex-membres de Fishhedz, les Pressure Droppers from Cologne, n’ont jusqu’à ce jour à leur tableau de chasse qu’un seul 45 tours sur lequel on trouve deux titres déjà prometteurs « Let’s Go » et « The Scorchers » sorti début 2017.

Ils ont par contre largement écumé les différentes scènes de leur pays, ouvrant notamment pour les Aggrolites ou les Skatalites… Ils bossent parallèlement sur leur  premier album depuis plus d’un an et ont eu la merveilleuse idée de confier la prod à l’excellent Victor Rice… Voyons donc ce que vaut le résultat sorti en ce mois de juillet et nommé « Ricochet » (suite…)

RUDE BOY TRAIN’S CLASSIC – FIREBUG – On The Move (2006 – Grover Records)

« Rude Boy Train’s Classics« , c’est une série de chroniques d’albums qui ont marqué l’histoire du ska, du rocksteady ou du skinhead reggae. Standards objectifs reconnus par le monde entier ou chefs d’oeuvre personnels qui hantent nos jardins secrets, la rédac de Rude Boy Train vous fait découvrir ou redécouvrir ces albums majeurs qui méritent d’avoir une place de choix sur vos étagères ! Rendez-vous le premier vendredi de chaque mois ».

UN PEU(BEAUCOUP) D’HISTOIRE : Quand Firebug déboule du Brésil début 2007 par chez nous avec sous le bras son deuxième album «On The Move », on se demande bien où Grover Records a bien pu pêcher un tel groupe.

Mais en creusant un peu, on découvrit qu’il avait derrière tout ça l’incontournable Victor Rice, qui, en s’installant à Sao Paolo s’était trouvé avec le chanteur et guitariste Felipe Machado, un fameux comparse musical, lançant donc ce groupe, Firebug, avec un premier album éponyme sorti en 2003. Le skeud est très bon et donne d’emblée dans le son « Mr. Rice », avec ses lignes de basses limpides et claviers vaporeux. La voix chaude de Machado est sans chichi mais diablement efficace. (suite…)

VICTOR RICE – Smoke – Easy Star Records

UN PEU D’HISTOIREVICTOR RICE, personnage incontournable de la scène ska, rocksteady, reggae US, s’était fait repérer au mitan des années 90 dans le sillage de ses potes Slackers, à l’époque de « Better Late Than Never ». Mais le gars ayant la bougeotte, il décide de promener sa basse et son clavier du côté des Stubborn Allstars, de produire ou de participer à des tas d’albums de tas de groupes (Adjusters, Toasters, King Django, Rocket T, Crazy Baldhead…) avant de signer un premier album studio, « At Version City », sur Stubborn Records en 2000.

Il travaille ensuite avec Dr Ring Ding & TSA sur « Pick Up The Pieces », puis il part s’installer au Brésil (à Sao Paulo) et enregistre « In America » en 2003, avec des potes comme Larry Mc Donald, Victor Axelrod, Jayson Nugent, Rolf Langsjoen… c’est à dire la crème de la scène de la grosse pomme (le disque est enregistré entre Brooklyn de Sao Paulo). Le gars travaille ensuite avec Yellow Umbrella, Open Season, Mr T-Bone, PannoniaASSO… devient un producteur de classe mondiale pour le son jamaïcain, et dubbe à peu tout ce qui lui passe sous la main.  (suite…)

Belle prog à la MDE

L’image contient peut-être : 4 personnes, texteLa MAISON DES ETUDIANTS de Lille (enfin, de Villeneuve d’Ascq) aime programmer du ska et du reggae. L’avantage c’est que c’est au nord et que géographiquement ça va bien pour choper les combos qui tournent par là-haut.

La preuve une fois de plus avec la belle programmation d’automne qu’on nous annonce :

Le 19 octobre, LES SINGES VERTS, le groupe francilien qui mérite mieux que son nom, et les Belges de THE NICE GUYS qui viennent en quasi voisins depuis Gand.

Le 26 octobre, c’est rare donc c’est immanquable : VICTOR RICE, le musicien producteur américain qu’on ne présente plus et qui aime traîner du côté du Brésil (Firebug) se pointe avec le VICTOR RICE BAND annoncé comme une formation américano-belge. Franchement, si derrière y a pas Nico Léonard et ses potes, je veux bien qu’on m’arrache une couille. (suite…)

CAZ GARDINER & THE BADASONICS – Introducing Caz Gardiner & The Badasonics – Autoprod

 UN PEU D’HISTOIRE : CAZ GARDINER, c’est une chanteuse de Washington qu’on a connue au micro des Checkered Cabs et de Caz & The Day Laborers, et qui a sorti récemment un album « solo » de toute première catégorie entre reggae et soul. THE BADASONICS, c’est le backing-band belge composé d’une fine équipe presque entièrement transfuge des Caroloregians et (forcément) des Moon Invaders (y a pas les frères Hardison en fait).

A peine créé, le combo belgo-américain nous envoie un premier Ep quatre titres, enregistré au Pum Pum Hotel, le studio de Charleroi de Nico Leonard (le batteur), annonciateur d’un premier album qui doit sortir cette année. (suite…)

Page suivante »